France

Paris exige le retrait des "milices iraniennes" et du Hezbollah de Syrie

 Jean-Yves Le Drian accuse le régime de Damas, mais aussi la Turquie et l'Iran, de "violer" le droit international.

Des membres du Hezbollah lors des funérailles d'un combattant du parti chiite tué en Syrie, le 1er mars 2016. Archives/AFP.

La France exige le retrait de "tous ceux qui n'ont rien à faire en Syrie", "y compris les milices iraniennes et le Hezbollah", a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Invité de BFM TV, M. Le Drian a accusé le régime de Damas, mais aussi la Turquie et l'Iran, de "violer" le droit international en Syrie. "Il est violé par la Turquie, le régime de Damas, par l'Iran, il est violé par ceux qui attaquent la Ghouta orientale et ceux qui attaquent Idleb."
Il a concentré ses critiques sur l'armée turque, qui a lancé une offensive le 20 janvier contre les combattants kurdes (YPG) à Afrine, dans le nord de la Syrie, soulignant que la Turquie ne devait pas "ajouter de la guerre à la guerre".

Jean-Yves Le Drian, qui est attendu le 5 mars à Téhéran, en a profité pour adresser un message à la République islamique d'Iran, avec laquelle les relations sont tendues. Prié de dire s'il exigeait le retrait de l'armée turque du territoire syrien, il a répondu : "Le retrait de tous ceux qui n'ont rien à faire en Syrie, y compris les milices iraniennes, y compris le Hezbollah."


(Pour mémoire : Le Hezbollah en Syrie : les combattants, l’impact sur le terrain, les déclarations)


"Il faut aujourd'hui que le processus qui avait été initié à Genève - processus dit des Nations unies - se mette en place de façon sérieuse", a poursuivi le ministre. "Il faut que cela se passe dans l'enceinte des Nations unies, sinon on va avoir une cumulation de la guerre à la guerre qui va être dramatique", a-t-il insisté.

S'agissant de l'incursion turque, Jean-Yves Le Drian a répété "comprendre" qu'Ankara "veuille assurer la sécurité de ses frontières". "Mais assurer la sécurité de ses frontières, a-t-il poursuivi, ce n'est pas aller tuer des civils, et ça c'est condamnable". "Il ne faudrait pas, dans une situation très dangereuse aujourd'hui en Syrie, dramatique à tous égards, rajouter de la guerre à la guerre", a-t-il martelé.

Le chef de la diplomatie a fait valoir la "relation d'estime, d'amitié" unissant la France aux Kurdes.
"Les Kurdes ont été tout à fait exemplaires et tout à fait déterminants dans la reprise de Raqqa, les peshmergas ont joué un rôle très significatif" dans le combat contre l'Etat islamique (EI).




Lire aussi

Attaques chimiques en Syrie : Washington au pied du mur ?

Afrine : qui veut quoi et pourquoi ?

Des ONG mettent en garde contre un retour forcé des réfugiés syriens

Nouveaux soupçons d’attaques chimiques dans la Ghouta




La France exige le retrait de "tous ceux qui n'ont rien à faire en Syrie", "y compris les milices iraniennes et le Hezbollah", a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Invité de BFM TV, M. Le Drian a accusé le régime de Damas, mais aussi la Turquie et l'Iran, de "violer" le droit international en Syrie. "Il est violé par la Turquie,...

commentaires (9)

n'est ce pas curieux que la nouvelle approche des francais n'ait pas genere des reactions du wali fakih ?

gaby sioufi

11 h 14, le 12 février 2018

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • n'est ce pas curieux que la nouvelle approche des francais n'ait pas genere des reactions du wali fakih ?

    gaby sioufi

    11 h 14, le 12 février 2018

  • Au VII ème Siècle ,à la chute de l’empire sassanide les kurdes, peuple médique Zoroastre se convertissent à l’islam sans jamais s’arabiser. Au XIIème siècle leur plus émient représentant Saladin régnera sur l’Orient en maintenant une coexistence pacifique entre les communautés religieuses ; Sur les 25 dernières années ses instances ont été gérées par des dignitaires progressistes éclairés et laïcs. A la fin des années 80 Danièle Mitterrand "la mère des Kurdes" suspend progressivement un Génocide orchestré par Saddam Hussein. En 1991 François Mitterrand, réussit à sanctuariser le Kurdistan par sa résolution 688. Emmanuel Macron pour réussir sa médiation avec le pouvoir central en Irak s 'emploiera longtemps à unifier les kurdes, afin que les différent surmontés, ce plus grand peuple du monde sans Etat se projette vers un avenir au long terme . Avec le sacrifice de plusieurs milliers de combattants, les Kurdes sont les véritables maîtres d' œuvre de la chute de Raqqa capitale autoproclamée de l'Etat islamique. Depuis l'anéantissement de Daesh mené en partie par l'infanterie kurde, le risque sécuritaire s'est considérablement atténué en occident ... la France et les kurdes, sont ainsi mutuellement redevables. Par sa solidarité Jean-Yves Le Drian réclame le respect pour le sang versé au nom de cette communauté de destins qu'a façonné l'histoire.

    Hallak Andre

    23 h 14, le 07 février 2018

  • CA VIENT CAR CE N,EST PAS PARIS SEULE QUI EXIGE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 32, le 07 février 2018

  • Ce qui était fait par la Turquie en catimini il est fait depuis quelques semaines en plein jour Son soutien appuyé à Daech avec la complicité des turkmènes... relance la guerre!

    Sarkis Serge Tateossian

    18 h 00, le 07 février 2018

  • Etre aussi naîf et dire uqe les milices du Hezbollah se retirent ainsi que l'Iran , il faut croire au Père Noël !!!!! Et pourquoi pas la Russie

    FAKHOURI

    15 h 40, le 07 février 2018

  • Paris exige donc ......hahahahahaha.......que représente paris ici? Que lui même cad proche du 0.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 31, le 07 février 2018

  • ET VOILA, grace a l'etranger, un nouveau sujet passionnant sera debattu chez nous par les memes passionnes sujet TRES BIEN VENU apres le rabibochage des 4 grands.

    gaby sioufi

    13 h 05, le 07 février 2018

  • Bien parlé, mais qu'en est-il des Israéliens en Palestine ou des Saoudiens au Yémen? Il faudrait démilitariser tout le Moyen Orient.

    TrucMuche

    13 h 04, le 07 février 2018

  • Que ceux qui n'ont rien à y faire se retirent: bien sûr ! Juste une petite remarque. Au lieu de: "les milices iraniennes ET le Hezbollah ", "les milices iraniennes Y COMPRIS le Hezbollah " aurait été plus correct.

    Yves Prevost

    12 h 51, le 07 février 2018