X

À La Une

Une vidéo sur l'exploitation des ressources offshore fait le buzz au Liban

Sur le net

La vidéo s'inscrit dans le cadre d'une campagne nationale de sensibilisation intitulée “N'adoptons pas hâtivement les quatre lois sur le pétrole et le gaz",  à l'initiative des associations LOGI et Kulluna Irada. 

OLJ
06/02/2018

"Tout le monde va trouver du travail, c'en est fini de la pauvreté, le Liban va redevenir la Suisse du Proche-Orient"... C'est avec ces promesses, prononcées non sans ironie, que commence une vidéo sur l'exploitation du gaz et du pétrole offshore au Liban qui fait actuellement le buzz.   

Ces promesses sont rapidement suivies d'une mise en garde contre une mauvaise gestion du dossier des ressources offshore, "le seul secteur qui fonctionne au Liban... parce que nous ne l'avons pas encore gâché". "Nous avons complètement échoué à gérer les dossiers de l'électricité, des déchets et de l'eau et c'est pour ça que nous avons décidé d'adopter en urgence quatre lois sur le pétrole... et nous y réfléchirons plus tard", poursuit la présentatrice, devant des images notamment de déchets amoncelés dans les rues du pays. 



Campagne pour une bonne gouvernance
La vidéo, qui en quelques heures à peine a déjà accumulé plusieurs dizaines de milliers de vues sur les réseaux sociaux, est le fruit d'une collaboration entre les associations LOGI (Lebanese Oil and Gas Initiative) et Kulluna Irada, un mouvement de la société civile pour la réforme du système politique libanais.

Il s'agit de la vidéo de lancement d'une campagne nationale intitulée “N'adoptons pas hâtivement les quatre lois sur le pétrole et le gaz", à savoir la loi de création d'une société nationale pour le pétrole, celle de création d'un fonds souverain libanais, celle concernant l'établissement d'une direction générale pour le pétrole au sein du ministère des Finances et celle sur l'exploration des ressources pétrolières onshore. 

Selon le document expliquant la campagne et publié sur le site internet de LOGI, cette dernière vise notamment à pousser le pouvoir à mettre en place une stratégie nationale pour une bonne gestion du secteur pétrolier avant l'adoption de ces lois. La campagne a pour ambition de mettre en garde les autorités contre les conséquences d'une éventuelle "mauvaise gouvernance". "Lorsqu'on parle du développement d'un secteur, il faut comprendre qu'il peut aller dans les deux sens, qu'il ne s'agit pas automatiquement d'un développement positif", indique le texte. "Dans de nombreux pays, une mauvaise gouvernance a mené à des guerres, des famines, à la pauvreté, à l'endettement, aux inégalités et à des catastrophes environnementales", peut-on encore lire. 

Les contrats d’exploration et de production d’hydrocarbures offshore, liant l’État libanais au consortium international ayant obtenu des licences d’exploitation, seront signés en grande pompe le 9 février. A la mi-décembre, le gouvernement avait accepté les offres du consortium mené par le géant français Total, et composé de l’italien ENI et du russe Novatek, auquel ont été attribuées les licences d’exploration et de production pour le bloc 4 (au centre) et le bloc 9 (au Sud) de la zone économique exclusive (ZEE) libanaise.


(Lire aussi : Le Liban plus que jamais déterminé à engager les explorations en Méditerranée )


Opportunités d'emploi vs. Corruption
La vidéo ironise dans ce contexte sur la construction prochaine "de bâtiments et de bureaux", qui seront remplis de fonctionnaires "afin qu'ils ne restent pas vides", "même s'ils ne commenceront pas à travailler avant 4, 5, 7 ans". "On a bien une institution sur les chemins de fer, alors qu'on n'a ni rails, ni trains", ironise la présentatrice.

"On va aussi établir un fonds souverain pour commencer à dépenser l'argent du pétrole dès maintenant... même si on n'en verra pas la couleur avant 2025", ajoute-t-elle, soulignant que les forages commenceront "dans la mer, et sur le continent, sans plan ni stratégie". "Ce n'est pas comme si on avait des maisons, des montagnes, des sites archéologiques ou des réserves naturelles à protéger", poursuit-elle non sans cynisme.

 "Tout ce qu'il faut savoir, c'est que le pétrole peut changer nos vies, d'une façon ou d'une autre", déclare la présentatrice, pointant tour à tour sur l'écran les termes "opportunités d'emploi" et "croissance", puis "corruption", "pollution", "pauvreté". 

Et de conclure : "Nous cherchons à embaucher des gens dans le secteur du gaz et du pétole, alors si quelqu'un connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un, pensez à moi !"



Lire aussi 
Hydrocarbures offshore : le consortium a déposé les accords signés au ministère de l’Énergie

Une année décisive pour le dossier du gaz libanais

Hydrocarbures offshore : quelques clés pour comprendre le contentieux libano-israélien



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sam

Cela mérite une explication de texte , à questions précises réponses précises ? Une video sur les réseaux sociaux c’est bien, mais des articles de fond pour relayer c’est encore mieux.ainsi va la démocratie .

NAUFAL SORAYA

Très bien!

Ado

Nicolas Sarkis lisez son livre sorti il y a quarante ans #Le pétrole à l’heure arabe# et vous verrez combien ce Monsieur est visionnaire et digne de respect.J’espere qu’i Sera écouté et que sa lettre ouverte suivi d’effet.

Wlek Sanferlou

Mauvaise gestion? Hahaha...
Jamais de la vie !!!
Ceux-là même qui ont réussi à se gaver les poches des maigres ressources que ce pays et sa pauvre population possèdent sauront bien gérer cette nouvelle resource pour gaver même leurs cercueils!
Et le peuple meurtri sera quand même là à les acclamés "bil rouh bil dam...yallah yallah yallah"...
Allah yisseiidna...

Cherif Bedran

Nous, libanais, avons la chance d’avoir Monsieur Nicolas Sarkis comme compatriote. Il a écrit, ici même, au sujet du gaz et du pétrole plusieurs articles, que d’aucuns ont laissé pour compte.

Les organisations critiques des agissements du gouvernement devraient avoir recours à son savoir-faire. Comptons sur nous-mêmes et collaborons pour protéger ce qui devrait bénéficier un jour aux générations futures.

La tindahi, m’a fi 7ada...

Mounir Doumani

La video est en effet tres bonne.

Il faut quand meme preciser que meme si ces lois etaient les meilleurs du monde, le pouvoir auto-proproge 3 fois et qui est de nouveau plonge dans l'inconsitutionalite etant donne qu'il n'a meme pas prepare de budget dans les delais n'a aucune legitimite pour promulger de telles lois. Ils n'ont meme pas le droit de decider si nous devons exploiter ces resources ou pas.

IMB a SPO

Quand on pense que les voisins du sud ont mis des annees pour proceder a des etudes avant de commencer les prospections, alors nous, Libanais allons leur montrer comment en moins de deux nous allons les devancer...Wallaw??

LA TABLE RONDE

C'est bien vrai tout ça, mais y a urgence tout de même, on ne parle pas d'un pays qui peut se permettre le luxe de temporiser .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU PAYS DES MIRACLES ET DES MERVEILLES... DE LA LATTA ET DES LONGUES POCHES... LES DEMONS SONT CACHÉS ET DANSENT PARTOUT... DANS LE CIEL, SUR LA TERRE ET SUR LES EAUX !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué