Rechercher
Rechercher

Liban - Hydrocarbures offshore

Le Liban plus que jamais déterminé à engager les explorations en Méditerranée

Le ministre de l’Énergie a annoncé la tenue d’une cérémonie vendredi prochain, à l’occasion de la signature des contrats.

Le président Michel Aoun a assuré hier que le Liban menait une offensive diplomatique après les propos du ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, selon lesquels l’exploitation des ressources offshore par le Liban est une « provocation », et estimé qu’il fallait être vigilant face à « ce que trame Israël » contre le Liban. Dans le même temps, le ministre de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil, assurait que le Liban ne se laissera pas intimider par l’État hébreu et célébrera le 9 février, soit vendredi prochain, la signature des contrats avec le consortium formé par le groupe pétrolier français Total, l’italien Eni et le russe Novatek, pour ses premières explorations d’hydrocarbures en Méditerranée.
S’exprimant devant ses visiteurs au palais présidentiel de Baabda, le chef de l’État a pointé le « danger » que constituent les propos de M. Lieberman. « Le Liban a agi sur le plan diplomatique contre ces allégations israéliennes et souligné son droit à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale par tous les moyens disponibles », a-t-il ajouté. « Nous devons être vigilants face à ce que trame l’ennemi israélien contre le Liban, d’autant que certains dans le pays et à l’étranger œuvrent à créer un climat propice aux menaces israéliennes d’agression contre le Liban et son droit à exploiter ses ressources d’hydrocarbures offshore », a-t-il dit, sans donner plus de détail.
Mercredi, le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, avait rappelé avoir adressé une lettre à l’ONU, le 18 janvier, dans laquelle il indique que le Liban insiste à se défendre et à défendre ses intérêts économiques par tous les moyens possibles et légaux en cas d’agression, et à rendre la pareille. Hier, il avait adressé un autre mémorandum au secrétariat général des Nations unies, dans lequel il rejette les allégations israéliennes et revendique de nouveau la souveraineté territoriale libanaise sur le bloc 9.
« Lorsqu’ils (les autorités libanaises) attribuent l’exploitation d’un champ gazier, notamment le bloc 9, qui selon toutes les normes nous appartient, il s’agit d’un comportement très, très provocateur », a affirmé hier M. Lieberman, cité par l’agence Reuters, ajoutant que les compagnies s’engageant avec le Liban pour l’exploitation des champs gaziers sont « en train de commettre une grave erreur ».
« Le contrat avec le consortium a déjà été signé et les compagnies sélectionnées ont déjà placé leurs dépôts bancaires. Le 9 février, une cérémonie est prévue pour célébrer la conclusion des contrats », a écrit hier le ministre de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil, sur son compte Twitter, en assurant que le Liban « va faire tout ce qui est en son pouvoir pour défendre ses ressources pétrolières, même si Israël ne va épargner aucun effort pour l’empêcher d’en tirer profit ».

Le président Michel Aoun a assuré hier que le Liban menait une offensive diplomatique après les propos du ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, selon lesquels l’exploitation des ressources offshore par le Liban est une « provocation », et estimé qu’il fallait être vigilant face à « ce que trame Israël » contre le Liban. Dans le même temps, le...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut