X

À La Une

Hydrocarbures offshore : tollé des responsables libanais contre Lieberman

Conflit

Le président Aoun parle de "menace" pour le Liban.

Matthieu KARAM | OLJ/Agences
31/01/2018

Les propos du ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, selon lequel l'attribution par le Liban de licences d’exploration et de production d’hydrocarbures offshore, notamment à la frontière avec Israël, étaient une "provocation" ont suscité un tollé des responsables libanais mercredi, le président Michel Aoun parlant de "menace" pour le Liban.

Beyrouth a sélectionné en décembre un consortium mené par le géant français Total, et composé de l'italien ENI et du russe Novatek pour exploiter deux des cinq blocs pour lesquels l'appel d'offres a été lancé. L'un de ces blocs longe la frontière maritime entre le Liban et Israël, dont le tracé est contesté par les deux pays qui se disputent un triangle d'environ 860 km2 en Méditerranée.

"Lorsqu'ils (les autorités libanaises) attribuent l'exploitation d'un champ gazier, notamment le bloc 9, qui, selon tous les normes, nous appartient, il s'agit d'un comportement très très provocateur", a affirmé mercredi M. Lieberman, cité par l'agence Reuters.  "Les compagnies respectables qui sont concernées par l'attribution de l'exploitation de ces champs gaziers sont, à mon avis, en train de commettre une grave erreur, car cela est contraire à toutes les lois et les protocoles en la matière", a ajouté le ministre israélien dans le cadre d'une conférence sur la sécurité internationale organisée par le centre de réflexion INSS de l'université de Tel Aviv.


(Pour mémoire : La prospection gazière en Méditerranée ravive les craintes de conflits militaires avec Israël)


"Menace pour le Liban"
"Les propos de Lieberman sur le bloc 9 constituent une menace pour le Liban et son droit d'exercer sa souveraineté sur ses eaux territoriales", a réagi le président libanais, Michel Aoun, dans un message publié sur la page Twitter officielle de la présidence.


Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, en visite en Turquie, a lui aussi réagi. "Depuis plusieurs jours, des responsables israéliens envoient des menaces au Liban, les dernières étant celles du ministre israélien de la Défense  qui a affirmé que le bloc 9 était un bloc israélien et que le Liban a décidé de lancer un appel d'offres malgré cela", peut-on lire dans un communiqué de M. Hariri.

"Les affirmations (de M. Lieberman) sont infondées et s'inscrivent dans le cadre de la politique expansionniste et colonialiste israélienne qui menace les droits des autres et portent atteinte à la sécurité régionale", a poursuivi M. Hariri. "Le gouvernement libanais va suivre cette affaire du point de vue légal avec les instances internationales compétentes pour affirmer son droit à exercer sa souveraineté sur ses eaux territoriales (...). Les propos de Lieberman sont une provocation que le Liban rejette", a conclu M. Hariri.

Le chef du Législatif libanais, Nabih Berry, a lui aussi mis en garde contre "les propos dangereux" du ministre israélien de la Défense concernant le bloc 9.

"J'ai déjà dit, dans une lettre adressée à l'ONU le 18 janvier, que le Liban insiste à se défendre et à défendre ses intérêts économiques par tous les moyens possibles et légaux en cas d'agression, et à rendre la pareille", a de son côté rappelé le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil.

Quant au ministre de l'Energie et de l’Eau, César Abi Khalil, il a tenu un point de presse pour répondre au ministre israélien. "Les propos d'Avigdor Lieberman constituent une agression flagrante contre les droits du Liban. Nous n'accepterons que personne puisse nous imposer des restrictions, et le Liban usera de tous les moyens possibles pour exploiter ses ressources pétrolières" et gazières, a-t-il dit, rejetant toute objection israélienne contre les frontières maritimes du Liban.

"Les déclarations du ministre de la guerre du gouvernement de l'ennemi sont une nouvelle expression des convoitises israéliennes concernant les richesses du Liban, sa terre, et son eau, et elles rentrent dans le cadre de la politique d'agression contre le Liban, sa souveraineté et ses droits, a pour sa part réagi le Hezbollah dans un communiqué. Nous soutenons les positions prises par les trois présidents et le reste des responsables libanais contre cette nouvelle agression et nous réaffirmons que nous sommes prêts à riposter à toute agression contre nos droits pétroliers et gaziers et à protéger les richesses du Liban".

Lundi, le ministre Abi Khalil avait indiqué que le consortium international auquel ont été attribuées les licences d’exploration et de production d’hydrocarbures offshore pour le bloc 4 (centre) et le bloc 9 (sud, à la frontière avec Israël) de la zone économique exclusive (ZEE) libanaise a déposé au ministère de l’Energie les deux accords signés pour l’exploration et la production de pétrole. Le ministre a de plus déclaré que, conformément aux dispositions du protocole d’appel d’offres permettant aux détenteurs de droits pétroliers d’établir des filiales à 100 %, les deux accords d’exploration et de production ont été dûment signés par Total E & P Liban S.A.L. (établie au Liban et détenue à 100 % par Total S.A.), Eni Lebanon B.V. (établie aux Pays-Bas et détenue à 100 % par Eni International B.V.) et Novatek Lebanon (établie au Liban et détenue à 100 % par JSC Novatek).

Selon le président-directeur général d’Eni, Claudio Descalzi, les premiers forages auront lieu courant 2019, ajoutant que l’exploitation des ressources offshore dans la Méditerranée est "importante pour l’Europe".


(Lire aussi : Israël ne "tolérera pas" que le Liban devienne un site iranien pour missiles, avertit Netanyahu)


Guerre avec le Liban
En outre, Avigdor Lieberman, un faucon de la droite israélienne, cité par le quotidien israélien Haaretz, a abordé la question récurrente d'une éventuelle guerre avec le Liban, affirmant qu'Israël pourrait être amené à déployer ses soldats sur le terrain libanais.

"Manœuvrer (sur le terrain) n'est pas un objectif en soi. L'objectif est de terminer la guerre. Personne ne cherche des aventures.Mais si nous n'avons pas d'autre choix, l'objectif sera de terminer la guerre de la manière la plus rapide et la plus décisive", a expliqué Avigdor Lieberman. "Malheureusement, dans tous les conflits au Moyen-Orient, sans soldats sur le sol, la guerre ne se termine pas", a-t-il estimé. "Ce genre d'opérations requiert des efforts considérables, et nécessite malheureusement des pertes humaines. Toutes les options sont sur la table. Nous devons nous préparer à d'éventuels mouvements sur le sol, même si au final nous pourrions ne pas avoir recours à cela. Mais si c'est le cas, nous le ferons avec toute notre force, (...), nous irons de l'avant aussi rapidement que possible", a-t-il poursuivi.


(Lire aussi : En Israël, un responsable US promet de continuer à soutenir l'armée libanaise)


"Nous ne verrons pas des images comme celles provenant de la +deuxième guerre du Liban+ (juillet 2006) dans lesquelles on voit des habitants de Beyrouth à la plage, alors que les résidents de Tel Aviv se trouvaient dans des abris. Si en Israël les habitants doivent s'abriter, alors lors du prochain conflit, tous les habitants de Beyrouth devront s'abriter aussi", a-t-il menacé.

Israël et le Hezbollah se sont livrés en 2006 une guerre qui a fait plus de 1.200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, quasiment tous des soldats. Selon l'armée israélienne, le Hezbollah dispose actuellement de plus de 100.000 roquettes et missiles dont certains peuvent atteindre pratiquement tout le territoire israélien.


Pour mémoire

Le Hezbollah peut frapper les plateformes israéliennes de forage de gaz offshore, estime Israël


Lire aussi

L'Iran donne au Hezbollah "entre 700 millions et un milliard de dollars par an", selon Israël

Un règlement dans la région implique un désarmement du Hezbollah

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Ce lieberman est malheureusement fidèle à lui-même, toujours à menacer...tout en se posant en victime. C'est aussi le roi des fake News: Ainsi les Beyrouthins étaient à la plage et les habitants de Tell aviv aux abris en 2006? Et il croit qu'il y a encore des imbéciles pour avaler ses salades?

Sarkis Serge Tateossian

Les grosses sociétés européennes notamment TOTAL, un des toute premières entreprises pétrolières et gazières dans le monde qui s'engage à faire des travaux préliminaires pour ensuite exploiter le sol sous-marin pour le compte du Liban, vous pensez qu'elle le fait sans en être sur des droits d'exploitation de notre pays ?

C'est un peu osé de la part de ce ministre israélien.

ACE-AN-NAS

Faisons simple et demandons à avigdor ce qui appartient au Liban, ou s'il veut encore plus facile qu'est ce qui n'appartient pas à israel ?

Qu'il nous fasse une carte des frontières de ce pays usurpateur. Et on est prêt à tout lui accorder.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN FANFARON ! AR3ET ABOU MEN WEYN ?

Le Faucon Pèlerin

Adieu, veau, vache, cochon, couvée... C'est Avigdor Lieberman qui le dit à Nabih Berry, Gébran Bassil et César Abi-Khalil...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué