Liban

Des ONG réclament une enquête aux autorités

Cyberespionnage
OLJ
25/01/2018

Des ONG de défense des droits de l’homme – Human Rights Watch (HRW), SKeyes, ALEF, Alkarama Foundation, le Centre libanais pour les droits de l’homme, Media Association for Peace et SMEX – ont appelé hier le procureur général près la Cour de cassation à l’ouverture d’une enquête, après la publication, la semaine dernière, d’un rapport accusant les services de sécurité d’avoir piraté les smartphones de milliers de personnes.
Des applications contenant des logiciels malveillants – en apparence identiques aux applications de messagerie instantanée, comme WhatsApp – auraient été utilisées pour pirater les téléphones de militants, militaires, avocats ou journalistes dans plus de 20 pays, avaient dévoilé la semaine dernière des spécialistes. Leur étude porte notamment sur la découverte d’une vaste « infrastructure » dédiée au piratage informatique dans le monde entier, baptisée « Dark Caracal », et qui serait basée dans un bâtiment de la Direction générale de la Sûreté générale.
« Si ces accusations sont avérées, cette surveillance intrusive tourne en dérision le droit des personnes à la vie privée, et compromet la liberté d’expression et d’opinion », met en garde dans un communiqué la directrice adjointe de HRW pour le Moyen-Orient, Lama Fakih.
« Les autorités libanaises doivent mettre immédiatement fin à toute surveillance qui viole les lois du pays ou les droits de l’homme, et enquêter sur ces informations de violations flagrantes de la vie privée », souligne le communiqué de HRW.
« Les allégations selon lesquelles les données volées ont été laissées “à l’air libre” sur le web sont particulièrement préoccupantes, dans la mesure où cela mettrait en danger la vie privée des gens », a ajouté Mme Fakih.
« Il n’y a pas de justification pour une surveillance arbitraire à grande échelle, mais laisser l’information privée des gens exposée sur internet dépasse toutes les bornes », a-t-elle conclu.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RECLAMER PLUTOT DES RESPONSABILITES !

NAUFAL SORAYA

Pourquoi crier au scandale quand on sait tous pertinemment que chacun de nos mouvements est retracé, où qu'on soit dans le monde: vidéosurveillance, téléphones, téléphones portables, Internet, ordinateurs, cartes bancaires, etc...

Tout ce qui est soit-disant prévu pour nous faciliter la vie au quotidien est un outil de surveillance réel ou masqué!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Tête de Turc

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.