X

Liban

La cellule Abdelli au cœur de la visite de Aoun au Koweït

Dans les coulisses de la diplomatie
23/01/2018

Le président de la République, Michel Aoun, entame aujourd’hui une visite au Koweït où il doit notamment effectuer une rencontre au sommet avec l’émir, cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, au palais Bayan.
Selon une source digne de foi, plusieurs questions importantes devraient être soulevées lors de ce sommet, notamment la question de la cellule terroriste Abdelli, démantelée en 2015.

Le Koweït accuse le Hezbollah et l’Iran d’être liés à cette cellule, composée notamment de 21 Koweïtiens chiites, condamnés en 2017 à des peines de prison pour avoir projeté de commettre des attentats dans l’émirat.
Le Hezbollah, par le biais notamment de son secrétaire général, Hassan Nasrallah, avait démenti cela et les autorités sécuritaires libanaises concernées ont déjà informé le Koweït qu’elles ne disposaient d’aucun élément prouvant la participation du parti chiite à cette cellule.

Pourtant, l’émirat persiste dans ses accusations, précisant que des éléments du Hezbollah et des cadres d’autres nationalités sont partis de Beyrouth pour agir sur son territoire.
C’est la raison pour laquelle le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, se trouve au sein de la délégation officielle imposante emmenée par le chef de l’État. Il devrait tenir les responsables koweïtiens au courant des informations qu’il détient à ce sujet.

La délégation doit quitter Beyrouth ce matin à 8h. Outre la rencontre au sommet du président avec le cheikh Sabah, qui doit marquer le début de la visite, des entretiens bilatéraux sont prévus entre les ministres et leurs homologues koweïtiens.
Le président de la République devrait entre autres tenter de convaincre l’émir du Koweït d’accepter la nomination de l’ambassadeur Rayan Saïd à son poste aux Émirats arabes unis, qui semble être contestée par les autorités émiraties en raison de son appartenance à la communauté chiite, en vertu des recommandations du Conseil de coopération du Golfe de refuser l’accréditation de tout ambassadeur chiite au sein des pays membres. Le chef de l’État compte défendre son ambassadeur en vertu de ses qualités, en faisant valoir que sa non-acceptation par le Koweït conduirait à une crise politique avec le président de la Chambre, Nabih Berry, qui souhaite conserver ce poste à la communauté chiite.

Le chef de l’État devrait également réclamer la participation du Koweït à la conférence de Rome II de soutien à l’armée libanaise, le 28 février prochain. Il devrait en outre évoquer la question des réfugiés syriens et demander plus de soutien politique et financier de la part de l’émirat au Liban sur ce dossier. L’attaque turque en Syrie devrait aussi figurer à l’ordre du jour de la visite, de même que les négociations pour une solution politique à la crise syrienne, mais aussi la décision du président des États-Unis, Donald Trump, de déclarer Jérusalem comme capitale d’Israël.


Pour mémoire

La question du terrorisme en avant-plan des discussions de Aoun au Koweït

Aoun appelle l’émir du Koweït et le remercie pour son soutien au Liban

Démission de Hariri : Aoun contacte les responsables et ajourne son voyage au Koweït


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL TRANSPORTE LES REGRETS, LES EXCUSES ET UNE DEMANDE DE CLEMENCE ET DE PARDON POUR LE COMPTE DE LA MILICE ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON NE BLANCHIT PAS AVEC DE L,ENCRE !

Irene Said

Donc, M. Michel Aoun, Chef de l'Etat Libanais,

est maintenant aussi "l'ambassadeur" de Nabih Berry auprès du Koweit, et plaidera la volonté de celui-ci concernant une nomination d'ambassadeur chiite..."pour éviter une crise politique avec N. Berry !"

Monsieur Michel Aoun, jusqu'à quand vous laisserez-vous dicter vos actes et paroles par des personnes qui n'agissent jamais pour le bien du Liban, mais pour leurs intérêts personnels et ceux de leur commanditaire à Téhéran ?
Irène Saïd

Wlek Sanferlou

En somme on veut que le Koweït:
1. Ne crois pas ses services de renseignement mais plutôt ceux du Liban
2. Accepte un ambassadeur dont il ne veut pas, juste pour satisfaire l'un de nos trois présidents
3. Aille à Rome our nous donner de l'argent...

On prend les gens pour des tarés?

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

#MaBadnaNsedBouzna

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué