Rechercher
Rechercher

Liban - Dans les coulisses de la diplomatie

La question du terrorisme en avant-plan des discussions de Aoun au Koweït

Le président de la République, Michel Aoun, se rendra au Koweït mardi et mercredi prochains pour sa première visite officielle de l'année 2018. Les négociations devraient porter en majeure partie sur la question du terrorisme et notamment sur la cellule dite de Abdelli que le Koweït accuse le Hezbollah de soutenir.
Une source proche de la présidence a affirmé à L'Orient-Le Jour que « le terrorisme sera l'un des sujets de discussion principaux, même si le Liban et le Hezbollah démentent officiellement l'implication du parti chiite dans la cellule de Abdelli ».

Le président compte par ailleurs régler l'affaire du futur ambassadeur du Liban au Koweït, Rayane Saïd, que le gouvernement n'a pas encore officiellement désigné car il a appris que l'émirat le refuserait parce qu'il est de confession chiite. Selon certaines sources, le président de la Chambre, Nabih Berry, tiendrait à ce que ce poste continue d'être attribué à des chiites. L'émirat du Koweït, lui, serait en train d'appliquer une décision du Conseil de coopération des pays du Golfe consistant à ne pas accepter d'ambassadeur chiite libanais dans aucun des pays du Conseil.

La question des réfugiés syriens sera également au menu des discussions entre Michel Aoun et l'émir du Koweït, Sabah al-Ahmad Sabah. Des sources assurent à L'OLJ que le Koweït « comprend le fait que le Liban ne peut pas accueillir davantage de réfugiés et que le gouvernement, avec toutes ses composantes, est favorable à leur retour dans les zones qui ont été arrachées à Daech et aux autres groupes terroristes ».
Les projets conjoints financés par la Caisse nationale koweïtienne ainsi que les relations bilatérales seront également abordés par MM. Sabah et Aoun. Le président de la République devrait également inviter les Koweïtiens à revenir au Liban.

 

Pour mémoire

Aoun appelle l’émir du Koweït et le remercie pour son soutien au Liban

Démission de Hariri : Aoun contacte les responsables et ajourne son voyage au Koweït

Le président de la République, Michel Aoun, se rendra au Koweït mardi et mercredi prochains pour sa première visite officielle de l'année 2018. Les négociations devraient porter en majeure partie sur la question du terrorisme et notamment sur la cellule dite de Abdelli que le Koweït accuse le Hezbollah de soutenir.Une source proche de la présidence a affirmé à L'Orient-Le Jour que...

commentaires (3)

Donc, Nabih Berry a aussi son mot à dire concernant les nominations d'ambassadeurs libanais ? Et pourquoi exige-t-il que l'ambassadeur libanais au Koweit, pays à majorité sunnite...soit chiite ? N'avons-nous pas déjà assez de problèmes avec certains pays arabes...justement à cause du Hezbollah qui est chiite et qui agit ouvertement pour les projets venant de Téhéran ? Pauvre Liban dirigé par des marionettes manipulées et vendues ! Irène Saïd

Irene Said

16 h 45, le 16 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Donc, Nabih Berry a aussi son mot à dire concernant les nominations d'ambassadeurs libanais ? Et pourquoi exige-t-il que l'ambassadeur libanais au Koweit, pays à majorité sunnite...soit chiite ? N'avons-nous pas déjà assez de problèmes avec certains pays arabes...justement à cause du Hezbollah qui est chiite et qui agit ouvertement pour les projets venant de Téhéran ? Pauvre Liban dirigé par des marionettes manipulées et vendues ! Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 45, le 16 janvier 2018

  • DISCUTEZ PLUTOT DES RELATIONS BILATERALES AVEC TOUS LES PAYS ARABES POUR LES RENFORCER ET RENFORCER L,APPARTENANCE LIBANAISE DANS LA FAMILLE ARABE !

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    08 h 19, le 16 janvier 2018

  • C'est triste. Si la diplomatie arabe se résume encore à "je ne veux pas un ambassadeur, chiite, sunnite ou je ne sais quelle confession", ça devient vraiment désespérant. Et si on s'acceptait et on créait des ponts à la place des mûres entre pays sensés être amis voir fraternels?

    Sarkis Serge Tateossian

    02 h 27, le 16 janvier 2018

Retour en haut