Rechercher
Rechercher

Liban - Liban-Sud

La loi d’amnistie toucherait les Libanais en Israël

Un panorama des collines de Galilée à partir de Aïn Ebel.

Un panorama des collines de Galilée à partir de Aïn Ebel.

« La loi d’amnistie générale sur laquelle planche actuellement le ministre de la Justice, Salim Jreissati, touchera les Libanais ayant fui en Israël en mai 2000, avec le retrait israélien. » C’est ce qu’a annoncé hier, dans un entretien téléphonique avec L’Orient-Le Jour, Alain Aoun, député de Baabda (Courant patriotique libre), qui note cependant que vu les tiraillements politiques, « cette loi mettrait plus de temps que prévu pour être adoptée ».

Le texte prévoit la remise en liberté de fondamentalistes sunnites, majoritairement de Tripoli et Saïda, et de criminels impliqués dans le trafic de drogue et de vols de voitures appartenant en grande partie à la communauté chiite et originaires de la Békaa. Le marché communautaire qui sera conclu touchera également les chrétiens qui appellent, depuis le retrait israélien, au retour des Libanais réfugiés en Israël en l’an 2000 par peur des représailles du Hezbollah, qui avait à l’époque menacé de tuer tous ceux qui avaient traité avec l’État hébreu. Ces déclarations avaient effrayé les habitants de la bande frontalière qui ont décidé de franchir l’actuelle ligne bleue et de partir vers la Galilée. Leur nombre s’élevait à une petite dizaine de milliers de personnes, appartenant aux communautés chrétienne, druze et chiite. Au bout des trois premières années, beaucoup sont rentrés au Liban, d’autres sont partis vers d’autres pays, comme l’Australie, la Suède et l’Allemagne.

Aujourd’hui, il reste un peu plus de 2 500 Libanais en Israël. Ils sont majoritairement chrétiens. « Ils seront touchés par la loi d’amnistie et cela s’ils ne traitent pas actuellement avec l’armée israélienne ou encore s’ils n’ont pas occupé à l’époque un poste haut placé dans l’armée du Liban-Sud (ALS) », a souligné M. Aoun, rappelant que « le CPL a été le premier à militer pour qu’une loi d’amnistie touchant les Libanais exilés en Israël soit adoptée ».

Cette amnistie ne touche pas les femmes libanaises, chrétiennes et druzes, mariées à des Arabes israéliens de leur communauté et qui ne peuvent plus rentrer dans leur pays natal, à moins qu’elles quittent définitivement maris et enfants, ou qu’une éventuelle paix entre le Liban et Israël soit signée. L’amnistie ne prévoit pas non plus les mesures qui devraient être adoptées envers les personnes qui étaient en Israël, qui sont rentrées au Liban il y a quelques années et qui jusqu’à présent sont déchues de leurs droits civils.


(Lire aussi : Les islamistes investissent la rue pour réclamer une amnistie « sans exceptions »)


Laissés-pour-compte
On ignore également si, une fois rentrées au Liban, ces personnes seront effectivement en sécurité et si elles ne seront pas victimes d’actes de vengeance, comme c’était le cas dans le village frontalier de Houla, exclusivement chiite, où de nombreux règlements de comptes avaient eu lieu après 2000 – ceux qui étaient restés hors du village lors de l’occupation israélienne ont fait payer un prix élevé, à travers des assassinats ciblés, à ceux qui ne l’avaient pas quitté.

On ne sait pas non plus quelle procédure sera suivie pour les Libanais nés en Israël et qui ont pour seul document prouvant leur appartenance au pays du Cèdre leur certificat de baptême célébré en Israël et légalisé auprès des Églises au Liban grâce au travail des évêques de diverses communautés, présents aussi bien à Haïfa, Jérusalem, Bkerké, Raboué ou Balamand (localités qui abritent les sièges respectifs des communautés maronite, grecque-catholique et grecque-orthodoxe).

Traités depuis le retrait israélien comme des laissés-pour-compte, les habitants des villages chrétiens de la bande frontalière restent sceptiques. Pierre Lalous, originaire de Aïn Ebel, membre du mouvement Hakkon Yerjaho (Ils ont droit au retour), souligne au téléphone à L’Orient-Le Jour que « cette loi d’amnistie demeure floue. Nous ignorons qui pourra rentrer en toute sécurité au Liban et qui restera de l’autre côté de la frontière ».

Pour le père Nagib Amil, responsable de la paroisse de Rmeich, le plus important village maronite de la bande frontalière, « cette loi est venue trop tard : Israël a quitté le Liban-Sud il y a 18 ans. Les familles ont construit leur vie là-bas. Des gens se sont mariés en Israël, d’autres ont eu des enfants… Imaginez les petits qui avaient quitté le Liban à l’âge d’un ou de deux ans. Ce sont actuellement de jeunes adultes qui ont fait leur vie en Israël. Ils y ont des amis et un avenir », relève-t-il. « Il reste cinquante personnes de Rmeich en Israël aujourd’hui. Nous savons déjà que dix rentreraient (si la loi est adoptée). Ce sont des hommes seuls, dont les femmes et les enfants les ont précédés au Liban. Le reste ne reviendrait pas », martèle-t-il.

Les Libanais qui avaient fui en Israël en 2000 avaient misé sur une paix – bien improbable – entre les deux pays. En franchissant la frontière, dans un mouvement de panique, ils n’avaient jamais imaginé que leur retour sera si difficile. Leurs familles restées au pays sont lasses de parler de la situation du Liban-Sud durant les années soixante-dix et de rappeler que Saad Haddad, premier commandant de l’ALS, était avant tout un officier de l’armée libanaise envoyé par le commandement à la bande frontalière…

Cela dit, certains veulent rester positifs, penser aux grandes réconciliations libanaises, comme celle de la Montagne en août 2001 scellée entre le patriarche maronite Nasrallah Sfeir et le chef du PSP Walid Joumblatt. L’espoir fait vivre, dit-on...



Lire aussi

Loi d’amnistie générale : la course contre la montre a commencé

La loi d’amnistie, moyen d’apaisement ou atout électoral ?


Pour mémoire

Oum Pierre, de Aïn Ebel, est morte sans jamais avoir revu son fils, parti en Israël

« Aujourd’hui, un tiers des habitants de Qleyaa vivent toujours en Israël »

« Ils ont le droit de rentrer », un mouvement pour sensibiliser au retour les Libanais d’Israël

« La loi d’amnistie générale sur laquelle planche actuellement le ministre de la Justice, Salim Jreissati, touchera les Libanais ayant fui en Israël en mai 2000, avec le retrait israélien. » C’est ce qu’a annoncé hier, dans un entretien téléphonique avec L’Orient-Le Jour, Alain Aoun, député de Baabda (Courant patriotique libre), qui note cependant que vu les...
commentaires (4)

Cette loi d’amnistie demeure non seulement floue mais injuste ou on ne peut pas mettre à cause de la confession les grands criminels avec ceux qui ont été obligés à cause de la guerre à quitter le pays pur élire domicile en Israël .

Antoine Sabbagha

19 h 58, le 22 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Cette loi d’amnistie demeure non seulement floue mais injuste ou on ne peut pas mettre à cause de la confession les grands criminels avec ceux qui ont été obligés à cause de la guerre à quitter le pays pur élire domicile en Israël .

    Antoine Sabbagha

    19 h 58, le 22 janvier 2018

  • Ces gens la ont été très mal traite malgré les sacrifices consentis durant la guerre. Au lieu de les traite comme des parias et des criminels c'est en héros qu'ils se doivent de rentrer. Ils ont sauver le Liban Sud des palestiniens et si ce n’était la menace du Hezbollah, ils seraient tous au Liban jouissant de leurs plein droits. Ils vivent aujourd'hui dans un pays qui les traite 100 fois mieux que s'ils étaient dans le leur. A part quelque vieux je ne penses pas qu'ils reviendront tant que le Hezbollah se permettra de se comporter comme une organisation mafieuse. Prenez l’exemple de Ghajar, des chiites, qui ont refuse de retourner dans le giron de la république Libanaise. Ils sont heureux la ou ils sont. Ils vivent! Un petit exemple démontrant que les Libanais même chiites, ne sont pas du tout intéressé par le projet d’état islamique a la Fakih!

    Pierre Hadjigeorgiou

    14 h 28, le 22 janvier 2018

  • nous lisons que cette loi englobera les chiites, appelons les "gangsters". les sunnites appelons les " terroristes", les libanais de la bande frontaliere , appelons les "traitres " , MAIS, et les autres prisoniers, ceux attendant d'etre condamnes , CHRETIENS CEUX LA ? appelons les " macedoine " de ts les crimes cites ci-haut ? seront ils eux aussi amnisties ? je ne lis rien a ce propos, silence radio surtout de la part du CPL qui combat pour les droits des chretiens

    Gaby SIOUFI

    10 h 45, le 22 janvier 2018

  • ENFIN !

    LA LIBRE EXPRESSION

    08 h 48, le 22 janvier 2018

Retour en haut