X

À La Une

Deux films, The Post de Spielberg et Jungle, interdits au Liban

Censure

"Qui va nous rembourser" les pertes financières, se demande une source d'Empire Cinemas, chargée de la distribution du film Jungle au Liban.

15/01/2018

Les autorités libanaises ont interdit la diffusion de deux films, The Post du célèbre réalisateur américain Steven Spielberg, qui devait sortir en salle jeudi, et la production australienne Jungle, conformément au boycottage arabe d'Israël respecté par Beyrouth.

Une source autorisée au sein de la Sûreté générale, interrogée lundi par L'Orient-Le Jour, a expliqué que la commission chargée de la censure des films cinématographiques diffusables (qui ne dépend pas de la SG), a émis un avis dans lequel elle propose l'interdiction du film de Spielberg.

"The Post ne peut dans ce cadre pas être diffusé avant la décision du ministre de l'Intérieur, Nohad Machnouk, qui a le dernier mot à ce sujet", a expliqué cette source. "La décision d'interdire la diffusion du film au Liban ne relève donc pas de la SG", a-t-elle tenu à préciser.

La Sûreté générale doit elle aussi émettre son avis sur la diffusion du film et le transmettre au ministre. Ce service de sécurité se prononce également sur les livres et le pièces de théâtre.

M. Spielberg figure sur la liste noire du Bureau central de boycottage de la Ligue arabe, pour avoir donné un million de dollars à Israël pendant la guerre de 2006 entre l'Etat hébreu et le Hezbollah au Liban, a rappelé la source au sein de la SG. The Post a été interdit en raison de cette liste "que le Liban respecte", a-t-elle précisé.

Le Liban est officiellement toujours en guerre avec Israël. La guerre de 2006 avait fait près de 1.400 morts dont 1.200 côté libanais. En 1982, Israël avait envahi une partie du Liban qui était alors plongé dans une guerre civile meurtrière (1975-1990).

The Post réunit à l'affiche Meryl Streep et Tom Hanks. Il revient sur la publication inédite en 1971 par le Washington Post de documents confidentiels du Pentagone, exposant les mensonges des Etats-Unis en lien avec la guerre du Vietnam.

 

"Des protestations"
Un autre film, la production australienne Jungle, qui raconte la descente aux enfers d'un voyageur israélien incarné par Daniel Radcliffe, a vu sa licence retirée après plusieurs jours de diffusion dans les salles au Liban, a par ailleurs indiqué le responsable de la SG. Jungle retrace le périple tragique de l'aventurier israélien Yossi Ghinsberg, égaré dans la forêt amazonienne en Bolivie en 1981.

Le film avait été critiqué il y a quelques jours par un communiqué de la "Campagne pour le boycott des soutiens d'Israël au Liban", qui protestait contre la diffusion du film car il traite d'un "voyageur israélien" et l'une de ses productrices est israélienne.

"Nous avons expliqué au distributeur du film que sa diffusion pouvait provoquer des troubles. Il semble que le distributeur ait décidé de le retirer des salles", a confié la source sécuritaire à l'OLJ.

 

"Risque sécuritaire"
Contactée par l'OLJ, une source au sein d'Empire Cinemas, la compagnie responsable de la distribution du film Jungle dans les salles libanaises, donne une version différentes des faits. "Le film est d'abord entré au Liban normalement. Après examen, la commission (chargée de la censure des films cinématographiques diffusables) nous a demandé de censurer certains passages du film, chose que nous avons acceptée", explique cette source. "Nous avons ensuite été surpris par la Sûreté générale qui nous a expliqué que la diffusion du film constituerait un risque sécuritaire pour les salles de cinémas et qu'elle souhaitait le retrait du film. Nous avons alors réclamé à la SG un document officiel qui décrète l'interdiction du film, ce que nous n'avons pas obtenu", regrette la source. Elle affirme que "des agents de la SG ont été envoyés dans les salles de cinémas où le film était diffusé, afin d'intimer aux salles d'arrêter cette diffusion". "Ils ont même envoyé des agents au Cascada Mall à Zahlé dans la Békaa! Vous imaginez?".

Cette source déplore un manque à gagner considérable qui se chiffre "entre 10 et 15.000 dollars, sans parler des frais de publicités qui ont déjà été réservées". "Qui va nous rembourser ces montants?", lance la source.

Les ressortissants libanais n'ont pas le droit de se rendre en Israël, les produits israéliens sont interdits au Liban, et les productions artistiques perçues comme donnant une image positive de l'Etat Hébreu provoquent toujours de houleux débats.

L'ONG libanaise March a dénoncé dimanche, dans un entretien à l'OLJ, "une incohérence" au niveau de la censure au Liban, rappelant qu'au cours des trois dernières années, plus de cinq films réalisés ou produits par Spielberg ont été projetés au Liban, au nombre desquels Transformers: The Last Knight, Bridge of Spies et Jurassic World.

En juin 2017, le pays du Cèdre avait interdit la diffusion du film américain Wonder Woman, incarné par l'actrice israélienne Gal Gadot. Plus récemment, en septembre, le réalisateur franco-libanais Ziad Doueiri avait eu des démêlés avec la justice pour des scènes de son film L'Attentat tournées en Israël avec des acteurs israéliens.

 

Lire aussi
Un rapport de March pointe la censure du doigt

"Wonder Woman" projeté en avant-première au Liban par Grand Cinemas avant d'être retiré

 

Pour mémoire
Trois films programmés au BIFF interdits, une « atteinte inacceptable »

Le film « Spotlight », sur un scandale de pédophilie au sein de l'Église, ne sera pas projeté au Liban

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Houri Ziad

Juste une precision...j'ai deja achete JUNGLE ...en dvd pour une livre libanaise...d'ailleur le film est excellent...

yves kerlidou

on va surement s'améliorer avec ce type de censure! on est rentré dans une ère de dictature? C'est peut être cela le changement ?

Gros Gnon

Excellente initiative! Je suis sûr que le gouvernement israélien doit être en train de trembler de peur devant cet acte magnifique de résistance. Il vacille sûrement sur sa base à présent. Encore une ou deux interdictions de ce genre et ce sera la fin de l’état hébreux...

Enfin, je suppose que c’est ce que devait penser celui qui nous a pondu une connerie de ce genre. Sinon je ne vois pas...

Wlek Sanferlou

La censure devrait aussi interdire les trois religions sorties du moyen orient toutes basées sur des récits écrits par des juifs ainsi que tout les films histoires et les lieus de culte qui leurs sont dédiés.
Comme ça on aura boucler la boucle et on se mettra à la queue le leu sur le chemin du paradis...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DOMMAGE ! LE VIRUS DE L,OBSCURANTISME INFECTE AUSSI CHEZ NOUS !

DC

Bienvenue au Liban du 17ème siècle et demi où, parce qu'ils ont sans doute décidé de lancer le concours de la décision la plus idiote, des (ir)responsables patentés ne font, en fait, que lancer un "dîner de cons" à la sauce locale dont ils sont les figures de proue, à l'insu de leur plein gré bien évidemment.

Bery tus

j'oubliais aussi le starbuck .. il faut tous les fermer au liban et dans les pays arabe aussi .. bande d'ignorant

Bery tus

c'est faire preuve d'ignorance ... alors dans ce cas il faut ne plus utiliser les PC et telephone intelligent car leur micro-processeur a été invente qu'on l'avoue ou non par un israélien ... illogique est surement ignorance

Antoine Sabbagha

Que de films sur notre petit écran dont les producteurs sont israéliens et les responsables sont ignorants ,bizarre .

LA TABLE RONDE

Qu'est ce que ça va nous apporter de voir ces films ?

On s'en tape comme de notre 1ere culotte.

IMB a SPO

Malade, le Liban est malade....en phase terminale meme!Ces idiots de la censure ne savent pas que dans qq mois, n'importe qui pourra visionner ces filmes sur Netflix ou sur Youtube??

Eleni Caridopoulou

Tous les réalisateurs aux USÂ sont juifs et maintenant ils se sont réveillés, nous sommes gouvernés par eux, même en Chine il y a des juiffs

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre menaces de « date butoir » et « lenteur prudente », le gouvernement piétine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué