X

Liban

Silvio Chiha, un jeune homme engagé qui perçoit le Liban avec son cœur

Le portrait de la semaine
15/01/2018

Il est jeune, il est beau ; il déborde d'énergie et d'enthousiasme. À vingt-sept ans seulement, Silvio Chiha place déjà toutes ses capacités et sa vitalité au service de son pays, mû par une profonde volonté de changement. Originaire du Kesrouan, il a présenté sa candidature lors des dernières élections municipales dans la ville de Jounieh. Il sera le seul de sa liste à être élu et a percé en force la liste gagnante, se forgeant ainsi une place de choix au sein du conseil municipal de la « capitale » du Kesrouan. « C'est l'une des plus belles expériences de ma vie », affirme celui qui a eu une brillante carrière d'athlète, remportant de nombreuses compétitions internationales – en ski nautique, en judo et en ski de fond.

Interrogé sur ce qu'il voudrait changer au Liban, M. Chiha répond sans hésitation : « La classe politique traditionnelle. » « Lorsque je me suis lancé dans cette aventure municipale, je ne savais pas à quel point les Libanais étaient assoiffés de changement, ni à quel point ils en avaient ras le bol des politiciens actuellement au pouvoir, affirme-t-il. En me lançant dans cette bataille, je voulais prouver à tous les jeunes Libanais qu'il ne faut pas nécessairement être le fils d'une grande famille politique pour se consacrer à la chose publique. Il suffit d'aimer ce pays, de vouloir opérer un certain changement et d'avoir une vision claire de la voie à suivre. »

En sa qualité de membre du conseil municipal, Silvio Chiha s'implique, certes, dans tout ce qui concerne sa ville côtière, mais le comité qu'il dirige et auquel il consacre une bonne partie de son temps est bien évidemment celui des sports. « Nous organisons des événements sportifs de toutes sortes, notamment des marathons dans l'ancienne ville de Jounieh, parallèlement à des matchs dans diverses catégories. Cette nouvelle casquette que je porte m'a beaucoup aidé à comprendre certaines réalités au Liban, parce que lorsque nous ne sommes pas en plein dans le feu de l'action, nous ne pouvons pas bien percevoir ce qui se passe véritablement sur le terrain », souligne-t-il.

En complément de son action au sein du conseil municipal, Silvio Chiha s'est lancé un plus grand défi : celui de montrer au monde entier le vrai visage de son pays. « J'ai eu cette idée pour la première fois lorsque la crise des déchets a fait la une de la presse étrangère », relève-t-il. C'est alors qu'a vu le jour le premier reportage d'une série de courts-métrages axés sur le beau visage du Liban. Se succéderont ainsi Le Liban à travers mes yeux, Les rivières du Liban, Le visage blanc du Liban ou encore, tout récemment, Tripoli. Silvio Chiha évoque avec enthousiasme ce dernier reportage qui met en relief les magnifiques vestiges et la gloire de la capitale du Liban-Nord.

Mais assoiffé de connaissances et voulant obstinément croquer la vie à pleines dents, M. Chiha ne s'intéresse pas uniquement à la pierre. Il s'efforce de comprendre et de découvrir l'homme, le citoyen libanais, dans toute sa dimension. « Je me suis rendu dans un quartier avoisinant Bab el-Tebbané et Jabel Mohsen, deux régions tripolitaines qui se sont longtemps entretuées, et j'ai découvert, à ma plus grande surprise, l'immense talent de ces jeunes qui faisaient du rap arabe », raconte-t-il avec émerveillement, comme s'il s'agissait d'une aventure. « J'ai tout de suite décidé de choisir leur chanson comme musique de fond du reportage sur Tripoli et j'ai convaincu sur ce plan le producteur ainsi que l'équipe qui travaillait sur le reportage filmé. Le résultat que ce choix a finalement donné était à la hauteur de mes attentes », affirme-t-il.

Dans ses documentaires ou son action au sein du conseil municipal, ou même parfois dans ses compétitions sportives, Silvio Chiha perçoit le Liban avec son cœur plutôt qu'avec ses yeux, ou encore sa raison. Il porte, en tout cas, sur son pays un regard teinté d'enthousiasme pour contribuer à mettre en relief ce qui est beau et faire évoluer les choses vers ce qui est innovateur et porteur de changement.

 

Dans la même rubrique

Soha Bsat Boustani, la dame en noir au service de l'enfance

Youssef Fenianos, abadaye zghortiote et fier de l'être

Zeina Daccache, la voix des couches sociales défavorisées

Mona Hraoui, une « lady » proche des gens...

Vera el-Khoury Lacoeuilhe, une diplomate chevronnée qui ambitionne de changer l’Unesco

Élie Karamé, quand engagement et opposition riment avec l’attachement aux fondamentaux

Karim Mroué, éternel rebelle

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué