X

Liban

Abi Nasr et Dib appellent à l’annulation des naturalisations illégales

C. A. | OLJ
04/01/2018

Nehmetallah Abi Nasr et Hikmat Dib, députés du Courant patriotique libre (CPL), se sont à nouveau soulevés hier contre la naturalisation illégale de nombreux Palestiniens, effectuée en vertu d'un décret émis en 1994, qui avait ensuite fait l'objet d'une décision d'annulation du Conseil d'État en 2003, décision qui n'a jamais été appliquée.
Lors d'une conférence de presse conjointe, les deux parlementaires ont affirmé avoir adressé une question au gouvernement, en novembre dernier, au sujet de la non-exécution par le ministère de l'Intérieur de cette décision du Conseil d'État en vertu de laquelle tout individu devrait se voir retirer la nationalité libanaise qu'il aurait obtenue de manière anticonstitutionnelle ou illégale.
« Plus de cinquante jours après la présentation de notre question au gouvernement, nous n'avons toujours pas de réponse », a déclaré M. Abi Nasr, affirmant avoir demandé à la présidence de la Chambre de convertir la question en interpellation du ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, et la faire figurer à l'ordre du jour de la prochaine séance du Parlement; d'autant, a-t-il souligné, que « les décisions du Conseil d'État sont obligatoires et engagent toutes les administrations et les institutions de l'État ».
« Vingt-quatre ans se sont écoulés depuis la naturalisation d'environ 300 000 individus, dont des centaines, voire des milliers ont perpétré des actes criminels après leur obtention de la nationalité libanaise », a en outre affirmé le député aouniste, se demandant « pourquoi aucun des ministres de l'Intérieur qui se sont succédé depuis n'a retiré la nationalité à ces criminels ? ».
Contacté par L'Orient-Le Jour, M. Abi Nasr a toutefois rappelé qu'« en 2004 Élias Murr et Sleiman Frangié, tour à tour ministres de l'Intérieur au sein du gouvernement de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, avaient désigné une commission composée de 18 hauts magistrats et officiers, chargés de déterminer ceux dont la nationalité devait être retirée sur base de l'arrêt du Conseil d'État ». Il a souligné que « la commission avait alors proposé de dénaturaliser 1 940 individus », affirmant que M. Frangié, se fondant sur ce rapport, « a élaboré un projet de décret en ce sens et l'avait soumis au secrétariat du Conseil des ministres, qui le lui a retourné sans le signer, lui réclamant de mentionner, devant chacun des 1 940 noms, la raison de la demande de retrait ». Ce que M. Frangié fit, mais le projet de décret modifié qu'il a expédié au bureau du Conseil des ministres lui a encore une fois été retourné sans être signé.
Le député aouniste a par ailleurs déploré une prochaine participation de ces personnes naturalisées aux élections législatives, mettant en garde contre « l'impact qu'elles auraient sur les résultats, et le pouvoir qu'elles exerceraient sur la décision nationale ».
À son tour, M. Dib a évoqué « une confiscation de la décision nationale », soulignant que « si dans les pays développés, même le citoyen de souche peut se voir retirer sa nationalité dans le cas où il commet des crimes ou s'affilie à des organisations terroristes, à plus forte raison, qu'en devrait-il être pour ceux qui ont acquis leur nationalité dans la fraude et l'illégalité ? ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST QUE AUX PALESTINIENS CHEZ LES UNS DES IRANIENS CHEZ LES AUTRES ETC... ETC... ETC...

George Khoury

slogan populaire...les elections approchent...chants des sirenes....je ne voterais pour aucun parti politique historique....

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La réconciliation Frangié-Geagea : une dimension morale et une convergence d’intérêts

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

N’oubliez pas les femmes

Commentaire de Anthony SAMRANI

Il y a le feu dans la maison Saoud

Un peu plus de Médéa AZOURI

Dans ma bulle

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué