X

À La Une

Hariri ordonne la fermeture du centre de traitement des déchets de Tripoli

Liban

Le Premier ministre s'est engagé à trouver des solutions viables et à long terme à la crise des déchets "lors de prochains Conseils des ministres".

OLJ
29/12/2017

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a ordonné la fermeture du centre de tri de Tripoli, au Liban-Nord, apprend-on vendredi, alors que la crise des déchets est revenue ces derniers jours à la table de l'exécutif.

M. Hariri avait demandé le 12 décembre au Conseil du Développement et de la Reconstruction (CDR) de fermer aussi immédiatement la décharge de la ville, dont les irrégularités mettaient en péril l'environnement et la santé publique, l'invitant à effectuer des travaux de rénovation, selon un communiqué publié vendredi par son bureau de presse. M. Hariri s'est en outre engagé à trouver des solutions viables et à long terme à la crise des déchets "lors de prochains Conseils des ministres".

Après la décision de M. Hariri, l'ancien Premier ministre Najib Mikati, a remercié sur son compte Twitter la fédération des municipalités d'al-Fayha', pour avoir "rapidement répondu à notre appel de fermer le centre de tri de Tripoli en cause de l'odeur pestilentielle qui s'en dégage". M. Mikati a appelé à la mise en œuvre de "solutions scientifiques et sanitaires" à la crise des déchets, en coopération avec la municipalité et les administrations concernées "car Tripoli mérite un environnement propre".

Mardi, la commission ministérielle sur les déchets, présidée par M. Hariri, avait adopté le plan à long terme de gestion des déchets du ministère de l'Environnement. Mais la décision controversée de l'agrandissement des deux décharges officielles côtières (saturées de manière précoce et accueillant les déchets de Beyrouth et du Mont-Liban) n'a pas été discutée.

Le plan préparé par le CDR à la demande du gouvernement propose l'agrandissement des deux décharges côtières existantes, celles de Bourj Hammoud et de Costa Brava (respectivement au nord et au sud de Beyrouth). Il a été présenté comme la seule alternative au retour des déchets dans les rues. Les deux décharges côtières, construites à même la mer, sont pourtant au cœur d'une polémique en raison de leur potentiel de pollution et leur sursaturation très rapide, alors qu'elles avaient été conçues, dans le plan de mars 2016, comme étant une solution pour quatre ans.

 

 

Lire aussi

Contestation du plan d’agrandissement des décharges maritimes

Déchets : de mesures hâtives en reports successifs...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FERMER LA DECHARGE DE TRIPOLI... C,EST BON... MAIS OU IRONT LES DECHETS ? A LA MER ?

Irene Said

Eh bien...voilà une décision courageuse de la part de M. Saad Hariri !

On lui dit MERCI
et surtout COURAGE,

car il lui en faudra pour mener à bien ce projet.
Il va faire face à mille oppositions de la part de ceux qui profitent de cette crise des déchets honteuse et dégradante...pour le Liban tout entier.

Allez, Monsieur Saad Hariri, on compte sur vous !!!
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TERGEVERSATIONS ET REPORTS... DE NOS INCAPABLES ET IRRESPONSABLES/RESPONSABLES ! INDIGNES DE GOUVERNER MEME LE PLUS MINCE ATOLL...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

En attendant que le premier drone livre ses secrets...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants