X

À La Une

Statut de Jérusalem : les Etats-Unis condamnés à l'ONU malgré les menaces de Trump

Diplomatie

Sur les 193 pays membres, 128 ont voté en faveur d'une résolution condamnant la décision de Trump, 35 Etats se sont abstenus, 21 n'ont pas pris part au scrutin et neuf pays ont voté contre ce texte qui répond à une initiative des Palestiniens.

OLJ/AFP
21/12/2017

Les Etats-Unis ont essuyé jeudi à l'Assemblée générale de l'ONU une large condamnation de leur reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, après avoir multiplié les menaces financières contre les pays opposés à leur position.

Malgré sa défaite, Washington estime avoir limité la casse: l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley, qui avait promis de "noter les noms" des pays qui voteraient une résolution condamnant la décision de Donald Trump sur Jérusalem, a remercié jeudi sur Twitter, liste à l'appui, les 65 Etats qui, à ses yeux, "n'ont pas cédé aux méthodes irresponsables de l'ONU" en choisissant le vote contre ou l'abstention.

Sur les 193 pays membres de l'ONU, 128 ont voté en faveur de cette résolution non contraignante, dont de nombreux alliés de Washington comme la France et le Royaume-Uni. Neuf ont voté contre, parmi lesquels bien entendu les Etats-Unis et Israël qui ont fait savoir que le texte ne changerait rien dans les faits.

Washington avait multiplié menaces et pressions, à la stupéfaction de nombre de diplomates onusiens. Signe que ces avertissements ont pesé? Trente-cinq Etats, dont le Canada, le Mexique, la Pologne ou la Hongrie, se sont abstenus et 21 n'ont pas pris part au scrutin. Avant le vote, plusieurs ambassadeurs interrogés par l'AFP anticipaient une adoption plus large, avec un score oscillant entre 165 et 190 votes pour.

"Les Etats-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus être cloués au pilori devant l'Assemblée générale pour le seul fait d'exercer notre droit de pays souverain", avait déclaré Nikki Haley avant le vote.  "Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution" financière à l'ONU, a-t-elle lancé, menaçant à nouveau de "mieux dépenser" l'argent des Américains à l'avenir.

Donald Trump avait pris les devants mercredi: "Ils prennent des centaines de millions de dollars et même des milliards de dollars et, ensuite, ils votent contre nous", avait tempêté le président américain. "Laissez-les voter contre nous, nous économiserons beaucoup, cela nous est égal."

 

(Lire aussi : Nikki Haley, le visage de la diplomatie américaine)

 

'Poignée de dollars'"
Il est clair que de nombreux pays ont donné la priorité à leur relation avec les Etats-Unis par rapport à une tentative vaine de nous isoler", s'est réjoui un porte-parole de Nikki Haley après l'annonce des résultats.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui avait plus tôt qualifié l'ONU de "maison des mensonges", a aussi réagi "avec satisfaction face au nombre important de pays qui n'ont pas voté en faveur" de la résolution.

Au contraire, les Palestiniens, à l'initiative de cette résolution, ont salué un "revers cinglant" pour les Etats-Unis. Cela "réaffirme que la juste cause des Palestiniens bénéficie du soutien du droit international", a estimé le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, qui espère ainsi maximiser son poids lors d'une éventuelle reprise du processus de paix.

"Nous attendons de l'administration Trump qu'elle revienne sans délai sur sa décision regrettable, dont l'illégalité a été clairement établie", a lancé pour sa part le président turc Recep Tayyip Erdogan. Parmi les opposants les plus virulents à la position américaine malgré l'alliance entre Washington et Ankara, il avait auparavant exhorté la communauté internationale à ne pas se "vendre" pour "une poignée de dollars" face aux menaces de Donald Trump de couper des aides financières.

 

 

Les Palestiniens ne décolèrent pas depuis que le président américain a annoncé le 6 décembre sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, rompant avec la position américaine traditionnelle et le consensus de la communauté internationale qui n'a jamais reconnu l'annexion de la partie orientale de la ville par l'Etat hébreu.

Les Etats-Unis avaient d'abord semblé vouloir laisser passer l'orage des protestations internationales mais un premier vote lundi, au niveau du Conseil de sécurité, a déclenché leur fureur.

Ce vote "est une insulte que nous n'oublierons pas", avait lancé, l'oeil noir, Nikki Haley à ses quatorze partenaires du Conseil, dont ses alliés européens, qui avaient unanimement approuvé la condamnation de la décision américaine. In fine, cette résolution-là n'avait pas été adoptée, les Etats-Unis ayant utilisé leur veto de membre permanent, mais l'unité des autres membres avait résonné comme un cinglant désaveu pour Washington.

A l'Assemblée générale de l'ONU, aucun pays n'a de droit de veto et le texte a donc été largement adopté jeudi. Il affirme que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée". Il souligne que cet épineux statut doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens, ces derniers voulant établir à Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

 

 

Lire aussi

Leïla Shahid : Pour les Palestiniens, la phase diplomatique est aujourd'hui terminée

La mobilisation des Palestiniens pour Jérusalem fait quatre nouveaux morts

Erdogan à la tête de la « oumma » pour la défense de la Palestine

Pourquoi la question de Jérusalem est-elle cruciale pour les évangélistes américains ?

Y a-t-il un risque de dérapage à Gaza ?

Malgré la colère, la résignation l’emporte chez les Palestiniens

« Trump fait partie de ceux que l’on appelle les chrétiens sionistes »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DENIGRÉS PLUTOT PAR LEURS PLUS STRICT ALLIÉS !

Georges MELKI

"Neuf ont voté contre, parmi lesquels bien entendu les Etats-Unis et Israël qui ont fait savoir que le texte ne changerait rien dans les faits."
Oui, on sait très bien que ces deux pays sont des hors-la-loi, qui ont été fondés sur l'usurpation des droits de leurs habitants d'origine...Donc, le texte ne changera rien dans les faits, c'est sûr!

Irene Said

Trump, Netanyahu...de dangereux voyous...
Nikki Haley...une inconsciente vivant dans sa petite bulle américaine...dommage...!
Irène Saïd

Gros Gnon

Quel clown. Si ce n’était si triste j’en rirais...

AIGLEPERçANT

Tant qu'à faire s'il s'agit de fric sale, faites voter l'extermination du peuple palestinien messieurs les amerloques humaines . Ne vous arrêtez pas en si bon chemin, retenez les noms et si nathanyahou considère que c'est une maison du MENSONGE, israel a été créé par une maison de mensonge donc , n'est ce pas ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants