X

Culture

Quand « la » Hamdan ouvre le bal...

Festival

Dix artistes internationaux au programme du Beirut & Beyond International Music Festival.

08/12/2017

Cette année, le Beirut & Beyond International Music Festival revient en grande pompe avec un agenda bien chargé. Du 7 au 10 décembre, la capitale vivra au rythme des différents artistes venus pour l'occasion.
C'est la chanteuse Yasmine Hamdan qui a ouvert les festivités, hier soir, par un concert au Grand Factory. Plus en forme et plus sensuelle que jamais, elle n'a pas déçu son public beyrouthin qui l'attendait de pied ferme, malgré le chamboulement du programme. L'attente en valait la peine. La jeune chanteuse s'est déhanchée en dévoilant ses nouvelles créations musicales (son nouvel album al-Jamilat), mais aussi ses grands classiques, sous les spots multicolores et sur un fond de dessins psychédéliques, devant un public de 1 600 personnes.

Ce concert s'inscrit dans le cadre de la tournée mondiale de la jeune artiste libanaise pour promouvoir son nouvel album. Hamdan avait été précédée par HAT (Hatim Belyamani), une première pour ce musicien américano-marocain qui n'a encore jamais joué dans la région.

À partir d'aujourd'hui, vendredi 8 décembre, le festival se déplacera au KED (secteur Quarantaine) où se dérouleront plusieurs concerts, à commencer par celui de Lynn Adib Quartet. La chanteuse syrienne et son quartette feront découvrir au public un subtil mélange entre jazz, chants arabes, musique contemporaine et musique traditionnelle syrienne, afin de donner un petit avant-goût de leur premier album qui sortira en 2018. Née à Oman, la musicienne qui suivra s'appelle Amal Waqar. Activiste dans l'âme, elle fut la première femme joueuse de oud à effectuer un récital dans son pays. C'est finalement Richard Dawson et sa mélodieuse guitare, venus tout droit d'Angleterre, qui clôtureront cette deuxième journée du festival.

La soirée du samedi 9 décembre débutera avec une performance du musicien libanais punk/pop Khodor Ellaik, alias Kid Fourteen. Le groupe Panstarrs prendra ensuite possession de la scène pour une prestation endiablée. Le trio égyptien mêle en effet le rythme post-punk, aux mélodies électroniques, avec une once de rock progressif. Le musicien américano-irakien Mark Gergis, alias Porest, promet de faire vibrer la salle en clôture de la soirée.

Pour le dimanche 10 décembre, le KED accueillera deux artistes. La première vient d'Égypte et s'appelle Dina el-Wedidi. La chanteuse et compositrice a déjà fait quelques prestations en Europe et au Moyen-Orient, mais elle a aussi participé à de nombreux ateliers dans le monde, comme le TEDGlobal en Écosse. C'est le collectif sud-africain The Brother Moves On qui clôturera finalement cette édition 2017 du festival. Ce groupe au style original, entre le ninja gospel et le maskandi rock, présente un large panel de musiciens variés.

Les concerts débutent chaque soir à 20h30.

 

 

Lire aussi

L'éternelle renaissance de la Jamila

Avec Yasmine Hamdan, en coulisses et dans la salle...

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.