X

À La Une

Le régime intensifie ses frappes contre la Ghouta orientale

Syrie

Plus de 20 civils ont été tués dans les bombardements.

OLJ/AFP
26/11/2017

Des bombardements du régime syrien ont tué 23 civils dimanche dans la Ghouta orientale, une région rebelle près de Damas en proie à une grave crise humanitaire, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Assiégée depuis 2013 par le régime de Bachar el-Assad, la Ghouta orientale fait partie des quatre zones de "désescalade" mises en place cette année dans plusieurs régions du pays en vue d'instaurer une trêve durable. Malgré cela, le régime a intensifié depuis la mi-novembre ses frappes contre cette région --où quelque 400.000 habitants sont confrontés à de graves pénuries de nourritures et de médicaments--, après une attaque des rebelles contre une base militaire dans le même secteur.

Dimanche, les frappes aériennes du régime contre les localités de Mesraba et de Madira ont tué 21 civils, tandis que des tirs d'artillerie sur la ville de Douma ont fait deux morts, selon l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays.

Dans un hôpital de Mesraba, un collaborateur de l'AFP a vu un infirmier examiner un bébé en pleurs, le crâne entouré d'un bandage ensanglanté. Les blessés, hommes et enfants aux visages couverts de sang, étaient soignés à même le sol. Une petite fille pleurait pendant qu'on lui pansait le crâne.
Accroupi près d'un mur, un homme pleurait en silence, étouffant ses sanglots le visage enfoui dans ses bras croisés. Dans une autre pièce, les cadavres des victimes avaient été enveloppés dans des linceuls blancs.

"Le bilan pourrait être revu à la hausse en raison de blessés graves", a précisé le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane. Quatre enfants font partie des civils tués.
Les raids meurtriers qui ont visé la Ghouta ces deux dernières semaines ont fait plus d'une centaine de morts, selon la même source. En représailles à ces frappes, les rebelles ont tiré des obus et des roquettes sur la capitale, faisant plusieurs morts.

L'ONU a récemment tiré la sonnette d'alarme sur la situation humanitaire dans la Ghouta, qualifiée "d'épicentre de la souffrance" en Syrie par un responsable onusien.

Déclenché en 2011 par la répression gouvernementale de manifestations pacifiques prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes.
Il a fait plus de 340.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.


Lire aussi

Près de sept ans de conflit en Syrie

La fillette qui pleure, parce qu'« aujourd'hui, ce n'est pas son tour » de manger...

Poutine place Assad au centre des discussions pour la paix

Conflit syrien : les enjeux du sommet en Russie avant les négociations à l'ONU

 

Pour mémoire

L’opposition syrienne rejette une proposition russe de pourparlers

Trump et Poutine "d'accord pour dire que le conflit en Syrie n'a pas de solution militaire"

Assad a gagné la guerre, mais doit remporter la bataille politique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants