L’édito de Michel TOUMA

Diabolique diversion

L’édito
14/11/2017

Une crise chasse l'autre... L'ouragan qui s'est abattu sur le pays, il y a un peu plus d'une semaine avec l'annonce, à Riyad, de la démission du Premier ministre Saad Hariri avait posé de manière crue et ferme, sans détours, LE principal problème de fond auquel la région et le Liban sont confrontés et qui est la source de la situation explosive actuelle : l'expansionnisme iranien et l'implication du Hezbollah dans des combats et des actions de déstabilisation dans plusieurs pays du Moyen-Orient, au service du projet de résurgence d'un nouvel empire perse. La portée stratégique de la démission de M. Hariri réside dans le fait qu'elle est placée sous le signe de la stigmatisation de la ligne de conduite hégémonique de l'Iran et du parti chiite. Sauf que rapidement, la forme a pris le pas sur le fond et de là où le débat devait porter sur cette question d'ordre existentiel, il a été plutôt axé pendant plusieurs jours sur le nécessaire retour parmi les siens du chef du gouvernement démissionnaire.

Dans le contexte présent, c'est de bonne guerre que la mouvance du Hezbollah se montre plus haririenne que le chef du courant du Futur lui-même en menant campagne de manière soutenue pour réclamer la présence du Premier ministre au Liban. Nul n'est dupe, cependant, et il n'échappe à personne qu'il s'agit là non pas d'un sursaut souverainiste mais d'une façon commode de dévier le débat et de détourner l'attention du problème de fond...

ll est incontestable que le flou qui entoure la présence de M. Hariri à Riyad est inconcevable, et dans ce cadre, le Liban officiel, politique et populaire ne pouvait agréer que son Premier ministre se trouve dans une situation équivoque, quelle que soit la raison. Force est de relever à ce propos qu'il y a eu, dès le départ, dans cette affaire une incroyable et fâcheuse maladresse à Riyad. Comme nous l'avons déjà souligné dans ces mêmes colonnes, nous sommes au Liban, et ce qui pourrait être valable ailleurs ne l'est certainement pas ici. Il devenait aisé, de ce fait, de mettre en marche au niveau du Hezbollah une machine diabolique appelée à distiller de manière insidieuse et progressive, en allant crescendo, un climat de stigmatisation de l'attitude saoudienne, alors que le problème se situe, à la base, au niveau de l'attitude iranienne. La manœuvre de diversion était d'autant plus facile que la « victime » est le principal leader sunnite du pays. Malencontreusement, la présidence de la République s'est engagée sur cette pente tortueuse et a fait ouvertement le jeu du camp pro-iranien sur ce plan en augmentant quotidiennement sa dose de critiques à l'égard de Riyad.

L'interview télévisée, dimanche soir, du Premier ministre démissionnaire a sans doute court-circuité une telle manœuvre. D'abord, en s'adressant en direct aux Libanais dans un face-à-face qui ne paraissait pas du tout complaisant, et en affirmant qu'il sera de retour à Beyrouth dans les tout prochains jours. Ensuite, en déjouant les pronostics de la présidence de la République qui aurait enjoint, selon certaines informations, à plusieurs chaînes locales de ne pas retransmettre l'interview, laissant entendre que M. Hariri pourrait tenir des propos incendiaires sous la contrainte. En adoptant un ton calme (comme à son accoutumée, d'ailleurs) et en évitant de tomber dans le piège de l'escalade verbale, le Premier ministre a coupé court à l'opération de diversion enclenchée par la présidence et les alliés de Téhéran, visant à transposer le débat du terrain iranien au terrain saoudien.

Pour déjouer la manœuvre de son camp adverse, M. Hariri a ainsi adopté une attitude souple sur le plan de la forme et du discours, tout en ramenant la discussion, de manière claire, au véritable problème fondamental de base : les ingérences iraniennes déstabilisatrices dans les affaires de certains pays arabes, et la question de la ligne de conduite du Hezbollah sur la double scène libanaise et régionale. Il a même été plus loin : pour la première fois, un leader sunnite, de surcroît Premier ministre en exercice, prône ouvertement l'option de la neutralité du Liban comme porte de sortie à la crise existentielle qui ébranle le pays, remettant ainsi sur le tapis la déclaration de Baabda concoctée à l'initiative de l'ancien président Michel Sleiman et, surtout, brisant ce qui était un tabou à ce sujet au début de la guerre libanaise.

Plus que jamais, le général Michel Aoun peut jouer aujourd'hui un rôle salutaire et rassembleur, en sa qualité de président de la République dont le rôle est d'être à égale distance de toutes les factions et, surtout, d'être le garant de la souveraineté de l'État central, dans toute l'acception du terme. Ces dernières semaines, le président a glissé subrepticement – par ses prises de position publiques – vers les thèses du camp pro-iranien. Puisse l'électrochoc provoqué par la démission du Premier ministre replacer le régime sur la seule issue de secours, celle de la neutralité positive face à l'implacable bras de fer régional. Mais le Hezbollah est-il prêt ou a-t-il la volonté de couper le cordon ombilical avec son mentor iranien ?

Lire aussi à la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Le Hezbollah vis-à-vis de l'Iran joue le même rôle qu'avait joué le parti communiste français vis-à-vis de l'Union soviétique. Le PCF est entré dans la Résistance à l'occupation allemande le 22 juin 1941 soit le jour même de l'invasion de l'Union soviétique par Hitler le 22 juin 1941. Avant cette date, les communistes français sont restés inactifs sous la botte nazie.

Georges MELKI

Toujours est-il que le Premier Ministre a été FORCE à présenter sa démission, dans des conditions humiliantes: C'EST INACCEPTABLE, point à la ligne!

Soeur Yvette

Excellent...parfaitement bien objectif,comme toujours merci....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN ARTICLES DES PLUS OBJECTIFS ! TOUTES LES RUMEURS ABJECTES ET MALICIEUSES, FAUSSES PRISES DE POSITION ET ORDRE HONTEUX AUX MEDIAS DE NE PAS TRANSMETTRE L,INTERVIEW SONT TOBMES A L,EAU...
LES LIBANAIS SAVENT PLUS QUE JAMAIS QUI SONT LES INFEODES QUI RISQUENT L,EXISTENCE ET L,AVENIR DU PAYS POUR LES INTERETS ETRANGERS...

Bery tus

Parfaitement bien dit ... ici je voudrais rappeler que les patriotes demandent une distanciation donc avoir un comportement NEUTRE et l’arabiE est prête à se satisfaire de ça ... or normalement un pays arabe devrai soutenir sinOn se ranger avec les autres pays arabe ne serais ce que par respect pour les 400000 libanais travaillant au GCC sinon il y a bien d’autres raisons ....

Par concequent l’arabie Saoudite ne demande au Liban que la distanciation et non se ranger avec le pays arabe agresser militairement socialement et verbalement c’est cbien que devrait Loa logique

Saliba Nouhad

La réponse à votre dernière question est évidente: le Hezbollah n’a certainement pas la volonté ni ne peut se permettre de couper le cordon ombilical avec son mentor iranien!
Simple question existentielle et de principe pour eux.
Ils ne pourront jamais embarquer dans ce jeu de neutralité du Liban, sinon ils vont saborder toutes ces années de travail de sape de la souveraineté Libanaise au profit d’un programme d’hégémonie régionale iranienne dont ils étaient le fer de lance...
Soyons donc réalistes: ils vont peut-être lâcher un peu de lest, minimes concessions de façade, mais l’animosité mortelle entre les deux géants chiite-sunnite s’est bel et bien installée chez nous...
Seule question majeure: quel sera le prix que le Liban va payer?
Faillite économique, grogne et révolte populaire, retour des chemises noires où même des assasinats politiques, et pire éventualité d’une attaque israélienne dévastatrice?
Autant de scénarios catastrophe!
J'espère tant me tromper, mais en voyez-vous d’autres plus optimistes?

Wlik Sanferlou

Excellent

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

Les obligations de la classe politique libanaise

Décryptage de Scarlett HADDAD

La récente crise a renforcé les liens entre les responsables...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.