Récompense

« Bakhita » de Véronique Olmi, choix Goncourt de l’Orient 2017

Le débat public entre les étudiants, Éric-Emmanuel Schmitt et Leila Slimani. Photo DR

Au terme de près d'un mois de lectures et de délibérations des romans de la 2e sélection de l'académie Goncourt, les étudiants de plusieurs pays du Moyen-Orient et d'Afrique ont tranché : ils ont choisi de récompenser l'histoire d'une esclave africaine convertie au catholicisme et canonisée. C'est donc Bakhita de Véronique Olmi qui remporte le choix Goncourt de l'Orient 2017.
La proclamation a eu lieu hier à la salle Samir Frangié du Salon du livre francophone de Beyrouth, au BIEL, suite à la délibération à huis clos du grand jury étudiant du prix littéraire francophone régional organisé par l'AUF Moyen-Orient et l'Institut français du Liban.
C'est en présence d'Éric-Emmanuel Schmitt, membre de l'académie Goncourt, et de Leila Slimani, lauréate du prix Goncourt 2016, que l'annonce s'est faite en arabe et en français, pour rester fidèle à l'esprit du dialogue des langues et des cultures qui caractérise ce prix, dont la lauréate sera traduite, selon la tradition, en arabe. Comme elle sera invitée au Salon du livre francophone de Beyrouth en 2018.
Le jury était composé de 39 jurés, représentant 33 universités de 12 pays du Moyen-Orient : Djibouti, Égypte, Émirats arabes unis, Éthiopie, Irak, Iran, Jordanie, Liban, Palestine, Soudan, Syrie et Yémen. « La mobilisation et le soutien des ambassades de France à Amman, à Bagdad et à Khartoum ont contribué à la réussite de l'activité auprès des universités jordaniennes, irakiennes et soudanaises », soulignent les organisateurs.
Un débat public entre les étudiants, Éric-Emmanul Schmitt et Leila Slimani, modéré par la présidente du grand jury, Salma Kojok (romancière francophone), a suivi sur cet ouvrage qui met en relief la « force des femmes d'hier et d'aujourd'hui ». Ou comment Bakhita a pu préserver son humanité dans une période de grande inhumanité. Une belle leçon d'espoir, en somme, pour les lecteurs.
À signaler que les activités du prix se prolongeront tout au long de l'année 2018 dans les pays de la région à travers les campus numériques francophones de l'AUF et les Instituts français.

Pour en savoir plus
lechoixdelorient.blogspot.com
|www.auf.org/moyen-orient


Au terme de près d'un mois de lectures et de délibérations des romans de la 2e sélection de l'académie Goncourt, les étudiants de plusieurs pays du Moyen-Orient et d'Afrique ont tranché : ils ont choisi de récompenser l'histoire d'une esclave africaine convertie au catholicisme et canonisée. C'est donc Bakhita de Véronique Olmi qui remporte le choix Goncourt de l'Orient 2017.

commentaires (0)

Commentaires (0)