Rechercher
Rechercher

Liban

Le gouvernement remet le dossier des déchets sur la table

Réunion vendredi de la commission chargée de la mise en œuvre de la loi électorale.

Le ministre libanais des Finances, Ali Hassan Khalil, et le Premier ministre, Saad Hariri, le 26 octobre 2017, au Grand Sérail, à Beyrouth. Photo Dalati et Nohra

Le gouvernement libanais, réuni depuis la fin de la matinée en Conseil des ministres au Grand Sérail sous la présidence du Premier ministre, Saad Hariri, s'est principalement penché jeudi sur la question de la gestion des déchets.

 

"Waste-to-energy"
Ainsi, le gouvernement a approuvé une première partie du cahier des charges dans le cadre de l'appel d'offres sur les incinérateurs d'ordures fonctionnant selon la technologie dite "waste-to-energy" ou de la décomposition thermique. "Le travail sur la mise en place d'une solution à la question des déchets a commencé", a déclaré sur ce sujet le ministre de l'Information, Melhem Riachi, à l'issue du Conseil des ministres.

La construction d'incinérateurs fait partie de la stratégie globale de gestion de déchets. En mars 2016, le gouvernement avait adopté un plan qui se voulait provisoire, après neuf mois de crise des ordures dans les rues, basé sur la construction des décharges côtières de Bourj Hammoud et de Costa Brava. Plusieurs mouvements de la société et responsables politiques se sont élevées contre ces décharges.

Sur ce thème, le ministre des déplacés, Talal Arslane, très présent dans la région de Choueifate où est installée la décharge de Costa Brava, a déclaré à sa sortie du Conseil des ministres son opposition à un éventuel agrandissement de cette décharge.

Par ailleurs, le gouvernement a prorogé de quatre mois le délai pour la transmission des données télécoms complètes aux services de sécurité.

Sur un autre plan, M. Riachi a déclaré que la question des nominations du conseil d'administration de la chaîne publique Télé Liban était "en cours de règlement".

 

Loi électorale
Par ailleurs, le ministre d'Etat aux Affaires du Parlement, Ali Kanso, a déclaré à sa sortie du Conseil des ministres que "les divergences sur le dossier de la loi électorale sont encore présentes", indiquant que la commission ministérielle en charge de la mise en œuvre de la loi électorale se réunira demain, avec la question de la pré-inscription et les cartes d'identité biométriques.

Avant le début de la réunion, plusieurs ministres s'étaient exprimés sur ce sujet. "Les élections législatives (...) auront lieu dans les délais", a assuré une nouvelle fois le ministre de l'Intérieur, Nohad Machnouk. Le scrutin est censé se tenir en mai prochain. "Les élections ne peuvent se tenir sans pré-inscription" des électeurs dans leur lieu de résidence, a insisté le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, affilié au mouvement Amal. Même son de cloche de la part du ministre des Transports et des Travaux publics, Youssef Fenianos. "Le fait de torpiller la nouvelle loi électorale et les réunions autour de cette question est intentionnel et cela est le fait de tous", a déploré le ministre des Déplacés, Talal Arslane.

La question de la pré-inscription avait fait débat mercredi lors de la réunion de la commission ministérielle en charge de la mise en œuvre de la loi électorale. M. Machnouk, avait assuré que le pré-enregistrement des électeurs dans leur lieu de résidence était "inéluctable". Il s'est attiré une réplique du ministre des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, qui s'oppose à ce pré-enregistrement. "La liberté de l'électeur est visée", a estimé ce dernier.

Les législatives sont censées avoir lieu en mai 2018, alors que les députés ont renouvelé à trois reprises leur mandat depuis 2009. La commission ministérielle ne s'était plus réunie depuis six semaines. M. Hariri avait invoqué des raisons logistiques.

 

Lire aussi
Berry appelle les expatriés à participer aux prochaines élections

Les législatives, une nouvelle carte de pression aux mains du Hezbollah ?

 

Repère
Libanais de l'étranger : tout ce qu'il faut savoir pour pouvoir voter aux législatives de 2018


Le gouvernement libanais, réuni depuis la fin de la matinée en Conseil des ministres au Grand Sérail sous la présidence du Premier ministre, Saad Hariri, s'est principalement penché jeudi sur la question de la gestion des déchets.
 
"Waste-to-energy"Ainsi, le gouvernement a approuvé une première partie du cahier des charges dans le cadre de l'appel d'offres sur les incinérateurs...

commentaires (2)

Nos ministres tournent en rond et ne font rien pour soulager le fond des problèmes . Triste .

Antoine Sabbagha

19 h 41, le 26 octobre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Nos ministres tournent en rond et ne font rien pour soulager le fond des problèmes . Triste .

    Antoine Sabbagha

    19 h 41, le 26 octobre 2017

  • BON APPETIT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 50, le 26 octobre 2017