X

À La Une

Le Parlement adopte le premier budget depuis 12 ans

Liban

Sur 125 députés, soixante-et-un ont voté en faveur du budget 2017, quatre ont voté contre, et huit se sont abstenus. Les autres étaient absents.

N.B. | OLJ
19/10/2017

Après trois journées de débats au Parlement, place de l’Étoile, dans le centre-ville de Beyrouth, les députés ont adopté le budget de l’Etat pour l’exercice 2017. Le dernier budget voté par la Chambre remontait alors à 2005, tandis que le dernier bilan voté est celui de l'exercice 2003 (voté en 2005).

Le vote du projet s'est fait à main levée, article par article. Sur 125 députés, soixante-et-un ont voté en faveur du budget 2017, quatre ont voté contre, et huit se sont abstenus. Des députés Kataëb, ainsi que le député Boutros Harb sont ceux qui ont voté contre. Parmi les abstentionnistes, figurent des députés des Forces libanaises, du Hezbollah, et le député Nagib Mikati. Les autres députés étaient absents.

Mercredi soir, 57 députés avaient voté en faveur de l'ajout d'un article permettant l'adoption du budget sans bilan arrêté. Onze députés ont voté contre et un seul, Imad el-Hout, s'est abstenu. Le député Ibrahim Kanaan, qui avait mené la bataille du Courant patriotique libre sur l'exigence du bilan comptable avant l'élection de Michel Aoun à la magistrature suprême, s'était retiré de la séance d'hier avant le vote.

A l'issue de la séance, le Premier ministre Saad Hariri a assuré que "le gouvernement commencera l'étude du budget 2018 à partir de la semaine prochaine".

Voici les principaux articles votés avec les principales déclarations faites lors du débat :

- Le Parlement adopte le budget du ministère des Télécoms en le diminuant de près de 76,5 milliards de livres. Les députés décident également de reporter au budget 2018 75 milliards de livres.

Un débat a lieu entre les députés concernant la société en charge de l'installation de la fibre optique.
Saad Hariri : "Le secteur des télécoms est l'un des plus importants et il faut œuvrer pour son développement".
Nabih Berry : "Les députés qui souhaitent interroger le ministre de l'Information peuvent présenter une demande (...). Personnellement, je préfère que les appels d'offres passent par la direction des adjudications pour éviter les rumeurs et les accusations. Présentez une loi pour que les appels d'offres soient tous examinés par la DDA".

 

- Le Parlement adopte un budget de 1 388 milliards de livres pour les réserves de budget.

- Les députés ont voté à deux reprises le budget du Centre libanais pour la conservation de l'énergie (LCEC). La première fois l'octroi d'une somme de 6 milliards de livres est refusé. Après une intervention du Premier ministre, du ministre des Finances et de celui de l'Energie une somme de 2 milliards de livres est octroyée.

- Le Parlement adopte le budget du ministère de la Justice.


(Sur le même sujet : Budget 2017 : Kanaan souhaite renforcer le contrôle parlementaire sur les dépenses)

 

- Le Parlement adopte le budget du ministère des Affaires étrangères.

Lors des discussions concernant cet article, le député Hassan Fadlallah demande des informations au sujet du loyer du bâtiment abritant les locaux de l'Escwa. "Le dossier est en négociation entre le ministère des Affaires étrangères et l'Escwa", a alors répondu le ministre de la Justice, Sélim Jreissati. L'article relatif à l'Escwa a été mis en suspens.

- Le Parlement adopte le budget du ministère de l'Intérieur.
"Une augmentation de douze milliards a été faite au budget des FSI", indique le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil.

- Le Parlement adopte le budget du ministère de l'Information.
"Le dossier du Conseil d'administration de Télé Liban sera étudié en Conseil des ministres demain ou lors de la prochaine séance", déclare Saad Hariri.

- Le Parlement adopte les budgets des ministères de l’Économie, l'Agriculture et l’Éducation.
Le président du Parlement, Nabih Berry,  demande que les associations caritatives qualifiées de fictives soient identifiées afin qu'elles ne bénéficient plus de l'aide publique.

- Le Parlement approuve une augmentation de dix milliards de livres de l'aide publique octroyée à la Croix-Rouge libanaise suite au rôle qu'elle a joué dans la bataille du jurd.

- Le Parlement adopte les budgets de la présidence de la République, de la présidence du Conseil des ministres, de la Chambre des députés, de la Cour des comptes, de l'Inspection centrale, des tribunaux religieux, du Conseil supérieur de la défense, de la direction générale de la Sécurité de l'État et du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR).

- "Nous voulons contrôler les dons et les crédits par la Cour des comptes, sachant que les trois quarts des problèmes relatifs aux bilans comptables incombent au fait que les dons étaient uniquement contrôlés par le donneur", a expliqué le député Ibrahim Kanaan lors de la séance du soir.

- Les députés suspendent la clause relative aux employés dont les salaires sont subventionnés par le Pnud.

  - Vers 19h, le ministre d'Etat pour les Affaires des réfugiés, Mouïn Merhebi, s'est brièvement retiré de la séance pour protester contre l'absence de crédits alloués pour les appropriations dans les régions de Baalbeck-Hermel et Akkar. "Le Parlement ne peux plus ajouter des crédits au budget", a répondu M. Berry, ce qui n'a pas empêché M. Merhebi de sortir pour un moment de la Chambre en colère.



Lire aussi

La politique monétaire s’invite dans le débat public

Le budget 2017, un « exploit » pour les uns, une « mascarade » pour les autres

Grille des salaires : Las d'attendre, les enseignants du privé se préparent à la grève

Réunion de la sous-commission parlementaire chargée de mettre en place un système de retraite

Gemayel déterminé à jouer son rôle « démocratique et constitutionnel » jusqu'au bout

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE PREMIERE -DERNIERE- CAR ELLE A COMMENCE PAR LA QUEUE !

Antoine Sabbagha

Les 30 milliards de livres libanaises pour la caisse des locataires sera-t-elle votée? Wait and see .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué