X

Économie

Budget 2017 : Kanaan souhaite renforcer le contrôle parlementaire sur les dépenses

Budget 2017
OLJ
18/10/2017

Le président de la commission des Finances et du Budget, le député Ibrahim Kanaan (CPL), a publié hier son rapport sur le projet de budget pour l'exercice 2017, actuellement examiné en session plénière. La commission avait entamé fin avril l'examen du texte, approuvé un mois plus tôt par le gouvernement, « avec plus de sept mois de retard », a une nouvelle fois souligné M. Kanaan, hier.


Le rapport, qui relève plusieurs violations de la Constitution et du code de comptabilité publique dans les pratiques budgétaires, pointe d'abord du doigt « l'absence de lois de finances pendant plus de onze ans, qui empêche toute possibilité de contrôle parlementaire sur les dépenses et les recettes de l'État », ainsi que l'absence de « bilans arrêtés pendant de nombreuses années ». Le dernier budget voté par le Parlement est celui de l'exercice 2006, tandis que le dernier bilan voté est celui de l'exercice 2003 (voté en 2005).
M. Kanaan insiste également, dans son rapport, sur la nécessité de respecter « le principe constitutionnel d'unité du budget ». « Les prêts et les dépenses des autorités, institutions et conseils travaillant pour le compte de l'État ne sont pas inclus dans le budget », a-t-il dénoncé.


Il s'étonne aussi du fait « qu'une partie importante des fonds prévus comme réserves de budget ait été décaissée dès janvier 2017, soit avant même que le projet de budget ne soit approuvé par le gouvernement ». Le projet de budget a fixé une enveloppe de 987 millions de dollars pour les réserves de budget, représentant 6,2 % du total des dépenses, alors que le code de comptabilité publique fixe cette part à 1 % seulement.
Afin de renforcer le contrôle des dépenses réalisées par l'exécutif, la commission a inclus notamment deux amendements dans le projet de budget de 2017. Le premier exige un plafonnement de l'autorisation d'emprunt (par les députés au gouvernement) et une notification régulière du Parlement sur son état d'avancement. Le deuxième exhorte le gouvernement à soumettre au contrôle de la Cour des comptes l'ensemble des dépenses des dons extérieurs dont il bénéficie.


À noter enfin que dans ce rapport sur le projet de budget, dont nous avions présenté les grandes lignes dans notre édition du 6 octobre dernier, la commission préconise principalement une réduction budgétaire d'environ 663 millions de dollars, qui permettrait de réduire les dépenses publiques de 4 % à 15,1 milliards de dollars. Elle évalue les recettes publiques à 10,97 milliards de dollars, ce qui porterait le déficit à 4,1 milliards de dollars, contre 4,8 milliards de dollars prévus dans la version initiale du projet de budget.

 

Lire aussi

Grille des salaires : Las d'attendre, les enseignants du privé se préparent à la grève

Chez Berry, Salam met en garde contre « la surenchère »

Réunion de la sous-commission parlementaire chargée de mettre en place un système de retraite

Gemayel déterminé à jouer son rôle « démocratique et constitutionnel » jusqu'au bout

 

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants