Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Samy Gemayel s'en prend à nouveau au pouvoir et en appelle aux forces vives

"Sommes-nous devenus un peuple que l'on piétine impunément ?", a lancé le chef des Kataëb.

Le chef des Kataëb, Samy Gemayel. Photo Ani

Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, s'en est violemment pris lundi au pouvoir en place, évoquant plusieurs dossiers. Il a appelé les forces vives de la Nation à se soulever.

Législatives
"En empêchant la tenue des élections législatives partielles, vous entravez le droit du peuple à participer au destin du pays", a déclaré M. Gemayel lors d'une conférence de presse organisée à Saïfi, appelant à l'organisation de ce scrutin.

Ce scrutin doit se tenir à Tripoli et dans le Kesrouan afin de pourvoir aux sièges vacants de Michel Aoun (élu président de la République le 31 octobre 2016), de Robert Fadel (qui a présenté sa démission le 30 mai 2016) et de Badr Wannous (décédé le 5 janvier 2017).

M. Gemayel a ensuite évoqué le dossier des législatives générales, prévues en principe au printemps prochain. "Le ministre de l'Intérieur, Nohad Machnouk, a expliqué que toutes les formations politiques sont représentées au sein du comité de supervision. Comment peut-il être considéré comme indépendant ?", s'est interrogé le leader des Kataëb.

Il a également également critiqué la décision du gouvernement, la veille, d'adopter l'usage de la carte électorale biométrique à la place de la carte d'identité régulière pour voter. "C'est une atteinte à la liberté des électeurs, a jugé M. Gemayel. L'émission de ces cartes doit coûter 120 millions de dollars et aucun appel d'offres n'a été lancé...c'est une blague, un scandale, a-t-il poursuivi. Soit vous voulez annuler les élections, ou vous les voulez à votre mesure", a-t-il lancé.

"Vous entravez le droit du peuple à participer au destin du pays comme lorsque vous avez accepté que le Hezbollah négocie et évacue les combattants ennemis du groupe Etat islamique de la frontière libano-syrienne", a affirmé M. Gemayel, déplorant une atteinte à la souveraineté du pays.

 

(Lire aussi : La carte biométrique adoptée, mais...)

 

"N'acceptez pas ce qui se passe"
Par ailleurs, le député du Metn a évoqué la question des navires-centrales produisant de l'électricité. "Vous n'avez pas honte ? Vous voulez absolument faire revenir la société avec laquelle vous avez passé un accord", s'est-il écrié. Dans la matinée, le propriétaire des navires-centrales turcs, Orhan Ramzi Karadeniz, a défendu les tarifs qu'il pratique au Liban, menaçant de porter plainte contre ceux qui l'attaquent. "Allez-y, faites-le ! Nous acceptons que notre immunité parlementaire soit levée", a-t-il réagi.

En outre, M. Gemayel a dénoncé les mensonges dans le dossier des décharges. "Vous êtes des menteurs ! Vous avez simplement jeté les déchets à la mer", a-t-il déploré, proposant que les fédérations des municipalités soient chargées de cette question. La cour d'appel du Mont-Liban a décidé plus tôt dans la matinée de suspendre la mise en application de la décision de fermer la décharge de Costa Brava, située sur le littoral de Choueifate, le temps d'examiner une plainte déposée par un groupe d'avocats de la société civile.

Il est ensuite revenu sur les taxes devant financer la grille des salaires pour la fonction publique. "Nous avons des propositions que nous présenterons après la décision que prendra le Conseil constitutionnel sur notre recours. Le Conseil constitutionnel, qui s'est réuni aujourd'hui pour examiner le recours en invalidation déposé par les Kataëb et cinq autres députés contre les mesures de financement de la grille des salaires pour la fonction publique, n'a pas pris de décision et se réunira à nouveau mercredi.

Sur un autre plan, le leader des Kataëb a exprimé sa solidarité avec les habitants de Mansourieh-Aïn Saadé, dans le Metn, mobilisés depuis plusieurs et qui protestent contre l'installation de lignes à haute tension dans leur secteur. Comme les riverains, M. Gemayel s'est prononcé pour l'installation de câbles souterrains.

Samy Gemayel a ensuite lancé un appel "aux élèves, aux étudiants, à la société civile, aux leaders d'opinion et aux médias". "N'acceptez pas ce qui se passe. Le pouvoir compte sur votre léthargie. C'est à nous de décider. Sommes-nous devenus un peuple que l'on piétine impunément ?", a-t-il lancé.

 

 

Lire aussi

Élie Karamé, quand engagement et opposition riment avec l’attachement aux fondamentaux

Déliquescence de l’État libanais

Joumblatt, les « hautes sphères magnétiques » et Galilée

Forcing de Aïn el-Tiné pour la tenue du scrutin dans les délais

L’autoroute brièvement coupée à Mansourieh


Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, s'en est violemment pris lundi au pouvoir en place, évoquant plusieurs dossiers. Il a appelé les forces vives de la Nation à se soulever.
Législatives"En empêchant la tenue des élections législatives partielles, vous entravez le droit du peuple à participer au destin du pays", a déclaré M. Gemayel lors d'une conférence de presse organisée à...

commentaires (1)

Excellente intervention! Il est urgent de commencer la mobilisation de la société civile. L’appel lancé aux étudiants, aux forces vives de la nation et aux medias doit être immédiatement mis en œuvre autour de thèmes fédérateurs et incitatifs comme les scandales qui envahissent notre quotidien. Le peuple doit absolument bouger et s’affirmer comme une force incontournable avec laquelle il va falloir compter pour les décisions majeures qui le concernent et qui seront prises à l’avenir. Une bonne planification ainsi qu’une organisation méticuleuse de la mobilisation sont essentielles pour sa réussite dans la durée.

Citoyen volé

18 h 34, le 18 septembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Excellente intervention! Il est urgent de commencer la mobilisation de la société civile. L’appel lancé aux étudiants, aux forces vives de la nation et aux medias doit être immédiatement mis en œuvre autour de thèmes fédérateurs et incitatifs comme les scandales qui envahissent notre quotidien. Le peuple doit absolument bouger et s’affirmer comme une force incontournable avec laquelle il va falloir compter pour les décisions majeures qui le concernent et qui seront prises à l’avenir. Une bonne planification ainsi qu’une organisation méticuleuse de la mobilisation sont essentielles pour sa réussite dans la durée.

    Citoyen volé

    18 h 34, le 18 septembre 2017

Retour en haut