X

À La Une

Préparatifs militaires près d'un des deux derniers bastions de l'EI en Irak

Conflit

Après Rawa et Anna, l'objectif pour les troupes irakiennes sera al-Qaïm, dernière localité avant la frontière syrienne et la province de Deir Ez-Zor.

OLJ/AFP
13/09/2017

Les forces irakiennes accompagnées d'unités paramilitaires se préparaient à l'assaut sur l'un des deux derniers bastions du groupe Etat islamique (EI), trois localités du désert oriental frontalier de la Syrie, a constaté un correspondant de l'AFP.

Plusieurs unités d'artillerie se positionnaient dans les environs de Rawa et Anna, deux localités toujours aux mains des jihadistes, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Les tirailleurs installaient leurs canons dans l'étendue rocailleuse, soulevant des nuages de poussière beige à chaque tir et formant des remblais d'où se postaient des tireurs. A distance régulière, l'infanterie postait des hommes, appuyés par un nombre importants de combattants issus des tribus locales, sunnites, associées aux troupes gouvernementales, majoritairement chiites, a rapporté ce correspondant.

Cheikh Qatari Kahlane, commandant d'une unité tribale, assure à l'AFP que "toutes les tribus ont tenu à participer à la libération et au combat contre l'EI", groupe ultraradical sunnite. "Des membres des tribus dans les villes de Anna et Rawa nous donnent des informations et assurent que la bataille sera féroce mais rapide", poursuit-il, fusil automatique en main, pointé vers l'horizon où seuls quelques palmiers se dégagent dans un paysage désertique traversé par une longue route asphaltée.

Après Rawa et Anna, l'objectif pour les troupes irakiennes sera al-Qaïm, dernière localité avant la frontière syrienne et la province de Deir Ez-Zor, où l'EI est également sous les feu des forces du régime de Bachar el-Assad ainsi que d'une coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis.

 

(Lire aussi : La province de Deir ez-Zor, au cœur de la course pour l’Est syrien)

 

La bataille pour la reconquête de ces trois localités, où se trouvent, selon un général irakien, "plus de 1.500 jihadistes", pourrait intervenir en même temps ou après l'assaut sur l'autre bastion jihadiste d'Irak. Hawija et ses environs, à 300 km au nord de Bagdad, ont été annoncés récemment comme le prochain objectif des forces anti-EI en Irak.

L'Irak a infligé un rude coup à l'EI en lui reprenant début juillet Mossoul, la deuxième ville du pays dans le nord, trois ans après sa chute entre les mains des jihadistes. Après neuf mois d'une sanglante guérilla urbaine dans les rues de Mossoul, les troupes irakiennes devront mener à Rawa, Anna et al-Qaïm un combat d'un type différent.

"Cela fait trois ans que nous combattons l'EI, donc nous connaissons ses méthodes: voitures piégées, bombes et snipers. Les jihadistes privilégient ces armes dans les villes et elles nous causes des pertes", affirme à l'AFP le général de brigade Qotaïba Assaad. "Mais dès lors qu'il s'agit du désert, la bataille (à Rawa, Anna et al-Qaïm) elle sera courte et à notre avantage", poursuit le commandant dont l'unité de l'armée s'installait al-Sagra, à quelques kilomètres de Rawa et Anna.

Pour couper la route aux jihadistes qui traversent régulièrement la poreuse frontière entre l'Irak et la Syrie, "il va y avoir une vraie coordination entre toutes nos forces car il ne faut pas laisser à l'ennemi tirer profit d'un espace sans contrôle", plaide le lieutenant-colonel Jamal Amr, de l'artillerie irakienne.

 

 

Lire aussi

L’Irak détient plus de 1 300 femmes et enfants de jihadistes

Dans Mossoul "libérée", la vie tarde à reprendre son cours

Quel bilan pour Abadi après trois ans au pouvoir ?

En déroute en Irak et en Syrie, l'EI se replie dans le désert

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Toute la symbolique du sommet de Sotchi...

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Floué !

Un peu plus de Médéa AZOURI

Waiting room

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.