X

À La Une

Hariri au Monde : Moi-même et le président Aoun avons laissé les jihadistes franchir la frontière

Liban

Sur les batailles menées contre les jihadistes, le premier ministre libanaise affirme qu'en comparaison avec le Hezbollah, "c'est l'armée libanaise qui a eu le plus grand rôle".

 

OLJ
01/09/2017

Le Premier ministre libanais Saad Hariri, qui a été reçu vendredi par le président français Emmanuel Macron au palais de l’Élysée, a accordé une interview au quotidien Le Monde au cours de laquelle il est revenu sur plusieurs sujets d''actualité, dont l'évacuation des jihadistes du groupe État islamique de la frontière libano-syrienne. 

Cet accord est très controversé au Liban, où beaucoup ont exprimé leur indignation de voir les jihadistes de l'EI partir à bord de "bus climatisés" après avoir exécuté des soldats libanais. 

Interrogé sur l'évacuation des jihadistes de l'EI se trouvant à la frontière entre le Liban et la Syrie, M. Hariri explique que "le plus important est la sécurité des soldats" libanais. Il explique que le Liban ayant depuis août 2014 des militaires retenus en otage par le groupe EI, l'objectif était "de savoir où ils étaient enterrés". "Nous avons donc resserré notre siège et eux ont alors proposé des négociations. Ils nous ont donné des informations sur les lieux où se trouvaient les corps de nos soldats, explique M. Hariri. En échange, ces combattants ont pu quitter le territoire libanais sans combat avec leur famille". 

A la question de savoir "qui a pris cette décision ?" M. Hariri répond : "Moi-même et le président Michel Aoun. Nous les avons laissé franchir la frontière, mais leur transport en bus vers l'est de la Syrie a été décidé par le Hezbollah et les Syriens".

 

(Lire aussi : Macron à Hamadé : « Le Liban peut compter sur le soutien indéfectible » de la France)

 

Sur les batailles menées contre les jihadistes, M. Hariri affirme qu'en comparaison avec le Hezbollah, "c'est l'armée libanaise qui a eu le plus grand rôle". "Elle a fait tout le travail, assure-t-il. Je sais comment l'armée a mené son offensive. Nous ne nous sommes pas lancés à l'aveuglette, nous avons pris le temps de préparer la bataille".

Concernant les accusations d'Israël selon qui l'Iran a établi des fabriques clandestines de missiles au Liban, destinées au Hezbollah, M Hariri affirme que "les Israéliens savent bien qu'il n'y a aucune fabrique de missiles au Liban". "Ils sont coutumiers de telles campagnes de désinformation. Ils disent que le Hezbollah contrôle le Liban, ce n'est pas vrai. Le Hezbollah existe, il est au gouvernement, il bénéficie d'un soutien dans le pays, mais cela ne veut pas dire que tout le Liban est contrôlé par le Hezbollah, affirme-t-il. Notre problème avec Israël, c'est que ses dirigeants parlent toujours de guerre et de sécurité, jamais de paix". 

M. Hariri a également été interrogés au sujet du mandat de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), le rôle du Liban et de la France, le retour des réfugiés syriens dans leur pays, la situation financière au Liban, la situation en Syrie ainsi que sur les difficultés de son entreprise, Saudi Oger, en Arabie saoudite. 

 

Lire l'intégralité de l'entretien ici

 

Lire aussi

Macron au Liban au printemps prochain

« Pas d’angélisme » contre « le terrorisme islamiste », annonce Macron

 

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Pourquoi Saad Hariri se sent-il obligé de se justifier de ce qui c'est passé avec le retour des jihadistes en Syrie ?
L'Armée Libanaise a fait son devoir avec honneur, et nous pouvons être fiers d'elle devant le communauté internationale !

Ce que les "autres" ont manigancé ne concerne qu'eux et ceux qui les commandent de Téhéran et Damas, c'est l'évidence même !
Irène Saïd

FAKHOURI

Il m'est très difficile de lire ces lignes dans cet article. Cela veut dire , pour moi, un simplet, que Hariri entre dans le jeu des politiques libanais corrompus. C'est très grave.

ACQUIS À QUI

Petit saad deviendra GRAND, il n'est jamais trop tard pour comprendre la géopolitique qui se trouve très loin des rêves et illusions dans lesquels l'occident a formolé certains crédules.

EN tout cas personnellement j'ai jamais cru à leurs balivernes à 2 sous .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JUBILER AUJOURD,HUI C,EST PLEURER DEMAIN !

Irene Said

Dans notre pays, il y en a qui s'imaginent avoir grandi, parce qu'ils se laissent berner depuis des années par des forces illégales ici et là qui veulent dominer les autres au nom de "leur DIEU".
Et il y a ceux qui, même maladroitement mais sincèrement, essayent de sauver leur pays, leur patrie, le Liban !
Irène Saïd

Bery tus

Alors la on comprend plus rien hien !!

Saliba Nouhad

Pourquoi doit-on aller au journal le Monde pour lire l'intégralité de l'entretien de notre Premier Ministre concernant tous les autres sujets aussi importants pour les Libanais?
Comme si c'était des faits divers qui ne nous intéressent pas.
À moins qu'il y ait des frais d'auteur et d'exclusivité?
Dommage de la part de l'OLJ.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOUS AVEZ, LE PRESIDENT ET VOUS, MAL AGI EN LAISSANT LES TARES PARTIR AINSI...

ACQUIS À QUI

Ils mûrissent vite ces jeunots.
Bravo saad tu grandis.

Sarkis Serge Tateossian

C'est à dire : Une décision du gouvernement et du chef de l'état ... (peut-on imaginer autrement ? ce serai trop grave pour nous tous.

"c'est l'armée libanaise qui a eu le plus grand rôle".
Ok et un grand respect à notre armée. Nous devons ce respect car il est le garant de nos libertés et de notre protection.

Mais cette phrase est gênante, car elle reconnait la présence d'une "rivalité" ...d'un adversaire !

Mon vœu le plus cher : Que le Liban soit "un", "fort" et "capable d'assumer son indépendance" uniquement par son armée, fruit (composé), de tous ses enfants!)

Vive le Liban avec ses différences mais dans l'union et l'harmonie de toutes ses composantes

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué