Rechercher
Rechercher

À La Une - Crise du Golfe

Le Qatar accusé d'avoir voulu renverser le régime bahreïni

Le Premier ministre qatari aurait contacté le chef de l'opposition bahreïni Ali Salmane, aujourd'hui en prison.

La télévision d'Etat à Bahreïn a accusé mercredi le Qatar d'avoir cherché à renverser le régime à Manama, qui a donné du crédit à ces accusations en annonçant plus tard l'ouverture d'une enquête. Photo d'archives du drapeau bahreïni/ Reuters

La télévision d'Etat à Bahreïn a accusé mercredi le Qatar d'avoir cherché à renverser le régime à Manama, qui a donné du crédit à ces accusations en annonçant plus tard l'ouverture d'une enquête.

Bahreïn fait partie - avec l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte- des pays qui ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar en l'accusant d'entretenir des liens avec des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran. Doha a rejeté en bloc ces accusations et une crise diplomatique se poursuit depuis plus de deux mois dans le Golfe.

La chaîne de télévision d'Etat de Bahreïn a diffusé mercredi après-midi une émission spéciale au cours de laquelle le Qatar est accusé d'être derrière des manifestations appelant à un gouvernement élu à Bahreïn, petit royaume majoritairement chiite dirigé par une dynastie sunnite et qui est secoué par des troubles depuis six ans.

La chaîne publique bahreïnie a affirmé qu'en 2011, le Premier ministre de l'époque au Qatar, Hamad ben Jassem Al-Thani, avait contacté le chef de l'opposition bahreïni Ali Salmane (aujourd'hui en prison) pour lui demander de s'assurer que les manifestants à Bahreïn restent dans les rues afin de maintenir la pression sur le régime.

 

(Lire aussi : « Le monde sunnite va rester éparpillé et décentralisé »)

 

Plus tard, le gouvernement de Bahreïn a annoncé que le procureur général avait ouvert une enquête sur des appels téléphoniques entre l'ex-Premier ministre du Qatar et Ali Salmane en vue de "porter atteinte aux intérêts" et à "la stabilité" du royaume.

Le mouvement d'Ali Salmane, Al-Wefaq, principal groupe de l'opposition chiite à Bahreïn, a été dissous en 2016 sur ordre de la justice après avoir été accusé de "favoriser le terrorisme". Cheikh Salmane est incarcéré depuis 2014. Jusqu'ici, le pouvoir à Bahreïn accusait l'Iran chiite de fomenter des troubles dans le royaume.

Cette semaine, dans un rapport annuel sur la liberté religieuse, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a accusé Bahreïn et l'Arabie saoudite de discriminations. Mercredi, le ministère des Affaires étrangères à Bahreïn a qualifié les remarques de M. Tillerson "d'inappropriées", ajoutant qu'elles reflètent "un profond manque de connaissance".

Bahreïn, proche allié de Washington, abrite le siège de la Ve Flotte des Etats-Unis.

 

 

Pour mémoire

Le ballet diplomatique s’intensifie dans le Golfe

Golfe : retour sur deux mois de crise

« Le choix des navires de guerre n’est pas anodin » pour Doha

Riyad et ses alliés veulent contrôler la politique étrangère du Qatar, dénonce Doha

Aucun compromis tant que le Qatar ne renonce pas au terrorisme, avertit l’Égypte

Les efforts diplomatiques d’Erdogan sont-ils vains ?

L’émir du Qatar se dit prêt au dialogue sous conditions

La crise du Golfe "ne profite à personne", affirme Paris

La télévision d'Etat à Bahreïn a accusé mercredi le Qatar d'avoir cherché à renverser le régime à Manama, qui a donné du crédit à ces accusations en annonçant plus tard l'ouverture d'une enquête.
Bahreïn fait partie - avec l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte- des pays qui ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar en l'accusant d'entretenir...

commentaires (3)

DES ARABES ! ON NE PEUT RIEN DIRE D,AUTRE...

JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

20 h 43, le 17 août 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • DES ARABES ! ON NE PEUT RIEN DIRE D,AUTRE...

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    20 h 43, le 17 août 2017

  • Dans cette salade arabo-wahabite , je ne retiens qu'une chose amusante d'ailleurs , c'est le rôle qu'à l'amérique du clown et de son tillerson là , plus que celui de l'Iran NPR .. Ils ont des bases de part et d'autres et vendent des armes aux 2 coqs dans cette arène de foire d'empoigne . la question reste whose's next ? lol.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 19, le 17 août 2017

  • et voila la vérité commence a sortir !! voici ce royaume qui se croyaient plus grand que le monde ...

    Bery tus

    20 h 52, le 16 août 2017

Retour en haut