X

Sur le net

« Mr. Erbil », ces dandys qui veulent changer l'image du Kurdistan irakien

sur le net

Un mouvement destiné à montrer le Kurdistan irakien sous un autre jour attire des milliers d'adeptes sur les réseaux sociaux.

09/08/2017

À Erbil, capitale du Kurdistan irakien, de plus en plus de jeunes hommes se démarquent par leur look d'hipster. Barbes et moustaches bien dessinées, costumes bien taillés: ils sont les nouveaux dandys de la région. Ces jeunes hommes sont membres de « Mr. Erbil », un mouvement destiné à montrer le Kurdistan irakien sous un autre jour.

Car cette région autonome fait souvent parler d'elle pour son conflit avec Bagdad et les pays voisins. Le 25 septembre, elle organisera un référendum sur son indépendance, une initiative qui risque de faire grincer des dents en Turquie, en Syrie, en Iran et en Irak. C'est en outre à Erbil, située à 77 kilomètres de Mossoul, ancien fief du groupe Etat islamique en Irak, qu'ont trouvé refuge des milliers de personnes fuyant ce groupe terroriste.

Créé en février 2016, ce club réunit régulièrement les jeunes Kurdes partageant une passion : la mode. Un véritable Pitti Uomo oriental. Leurs costumes, bien que d'inspiration anglaise et italienne, se veulent également le reflet de leur vision de l'homme kurde : éduqué, poli et élégant. Des costumes confectionnés par des couturiers locaux à qui les membres du club fournissent patrons et modèles. Car l'un des objectifs du club « Mr. Erbil » est, au delà des défilés chics, de faire la promotion des vêtements « made in Kurdistan » afin de soutenir l'économie locale.

 

Aller au-delà de la sensibilisation
Ces gentilshommes au physique très agréable, sont aussi de fervents défenseurs de la cause féministe : ils consacrent en effet leur jeudis à vanter, sur les réseaux sociaux, les succès de jeunes femmes kurdes. Ils apportent également leur aide à celles qui voudraient se lancer en affaires.

« Nous essayons de sensibiliser les citoyens sur plusieurs dossiers importants comme le droit des femmes, la protection de l'environnement et la situation économique du pays. Nous œuvrons surtout à aller au-delà de la sensibilisation en trouvant des moyens de résoudre ces problèmes auxquels nous faisons face quotidiennement dans notre région », expliquent les fondateurs du mouvement, Omer Nihad, Ahmed Nauzad et Goran Pshtiwan, contactés par L'Orient-Le Jour.

Ces derniers sont également de brillants entrepreneurs : ils ont mis sur pied la gamme de soins de la barbe, Rishn, qui connaît un succès fou à Erbil. En kurde, « Rish » signifie barbe. « Rinsh » tient pour « barbu ».

Le 4 juillet dernier, le groupe a aussi pris part à une levée de fonds organisée par une organisation locale, Chro Project, afin de soutenir la recherche sur le cancer du sein. Avec les fonds récoltés, l'organisation espère ouvrir un centre de recherche au Kurdistan même.

Un an et demi après sa création, le mouvement « Mr. Erbil » a séduit des milliers d'adeptes sur les réseaux sociaux. Son compte Instagram réunit plus de 85 000 followers. Quant à sa page Facebook qui compte plus de 35 000 « j'aime », elle est témoin de leur activisme : événements de charité, galas de mérite, concerts pour une bonne cause, tout est là.

La suite? « L'un de nos objectifs principaux est la création de notre propre ligne de vêtements, répondent les fondateurs. Les jeunes hommes pourront acheter tout ce qui leur faut pour assister à nos événements. Cette ligne sera également adressée à tous ceux qui désirent porter des vêtements confectionnés au Kurdistan ». Les fondateurs envisagent également d'ouvrir un siège pour le club, où ils pourront se réunir et offrir des services de barbier et de styliste à leurs membres.

Lire aussi

Retour à la page "Sur le net"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.