X

Sur le net

Quand des nationalistes norvégiens confondent sièges de bus et femmes en burqa

Sur le net
03/08/2017

Un soir de profond ennui, fin juillet, Johan Slattavik a décidé de jouer un tour à un groupe d'irréductibles nationalistes norvégiens.

Le Norvégien a ainsi interpellé les 13 000 membres du groupe Facebook Fedrelandet Viktigst (« La patrie d'abord ») en postant la photographie de l'intérieur d'un bus avec une question : « Que pensent les gens de ça ?».

Alors que la photo représente de simples sièges de bus, nombre de membres du groupe y ont vu des femmes en burqas, et n'ont pas tardé à brandir le cliché comme preuve de « l'islamisation de la Norvège ».

Cette affaire intervient alors que le pays est en proie à un vaste débat sur l'interdiction du voile intégral.

Le 12 juin dernier, le gouvernement conservateur a déposé un projet de loi visant à interdire le port du voile intégral dans l'enseignement national public ou privé, de la crèche à l'université. Une interdiction qui devrait s'appliquer aux professeurs, aux élèves et aux employés des jardins d'enfant. Selon les médias norvégiens, la loi devrait être votée au printemps 2018.

 

Dans ce contexte, le post de Johan Slattavik n'a pas tardé à susciter une foule de réactions. Sur le groupe Facebook Fedrelandet Viktigst, un déluge de commentaires racistes et agressifs s'est rapidement déversé sous la publication : « Ça fait vraiment peur, ça devrait être interdit. On ne sait jamais qui se trouve là-dessous. Ce pourrait être des terroristes avec des bombes »; « Faites-les sortir de notre pays, celles qui ressemblent à des parapluies effondrés. Époque effrayante que nous vivons »...

 

 

Ces réactions ont suscité, à leur tour, les railleries d'internautes du monde entier. « Que se passe-t-il quand une photo de sièges de bus vides est publiée sur un groupe Facebook dégoûtant et que presque tout le monde pense que c'est une horde de burqas ? » a ironisé Sindre Beyer, un politicien local, captures d'écran à l'appui. Le président du Centre Norvégien contre le Racisme (Antirasistisk senter) a renchéri en déclarant que « les gens voient ce qu'ils ont envie de voir, et ce qu'ils ont envie de voir ce sont de dangereux musulmans. »

Interrogé par la rubrique WorldViews du Washington Post, l'auteur de la plaisanterie n'a pas caché avoir eu un « fou rire » en découvrant les commentaires suscités par la photographie.

 

 

Lire aussi

Retour à la page "Sur le net"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.