La carte du tendre

L’Automatique, repère mythique de la rue Weygand

Situé sur la rue Weygand en face de la municipalité de Beyrouth et de la rue Foch, sa position stratégique, à mi-chemin de la place des Martyrs, de la place de l'Étoile et de Bab Idriss, en a fait un point de repère mythique des années glorieuses. Logé au rez-de-chaussée d'un immeuble caractéristique dont l'angle apparaît sur une dizaine de cartes postales de l'époque, le café « Automatique Idriss » était un pôle d'attraction pour le Tout-Beyrouth, des hommes de lettres aux politiciens, mais aussi un lieu pratique de rendez-vous entre deux courses dans les vieux souks qui ceinturaient le quartier.

De jour comme de nuit, les passants appréciaient tout particulièrement ses desserts, surtout une mhallabiyeh dont la saveur unique persiste dans les souvenirs de ceux qui ont eu la chance de la déguster. Notre belle du jour vient justement de passer devant l'Automatique, et son chemin croise celui du photographe qui, ayant immortalisé la scène, va lui donner une petite carte de visite afin qu'elle puisse retirer sa photo le lendemain dans un « studio » du quartier. Portant épaulettes larges, lunettes de soleil typiques de la fin des années 1940 et la coiffure qui va avec, elle représente l'archétype de la Beyrouthine à l'élégance irréprochable. Contrairement à la mhallabiyeh, le destin du quartier laisse un goût amer car, si certains bâtiments alentour seront soigneusement restaurés après la guerre, l'immeuble de l'Automatique succombera sous les coups de pelleteuses ignares pour laisser place à un minijardin public et un parking souterrain. La photo, elle, finira à la poubelle : c'est de là que, par chance, elle pourra être sauvée par un collectionneur nostalgique.

Photo Georges Boustany
1948, Place des Martyrs à Beyrouth, devant le café Automatique Idriss.

 

Dans la même rubrique

Le quartier de hajj Daoud

Les joueurs de dames

Les plages de Jnah

Venise à Beyrouth

Quand la place Riad el-Solh s'appelait Assour...

L’avenue des Français et le Kit Kat

Le Minet el-Hosn des années 1930 avant les plages huppées

 


Situé sur la rue Weygand en face de la municipalité de Beyrouth et de la rue Foch, sa position stratégique, à mi-chemin de la place des Martyrs, de la place de l'Étoile et de Bab Idriss, en a fait un point de repère mythique des années glorieuses. Logé au rez-de-chaussée d'un immeuble caractéristique dont l'angle apparaît sur une dizaine de cartes postales de l'époque, le café...

commentaires (7)

La veille de Noël, nous partions avec maman acheter nos chaussures de fête chez Red shoe (des mocassins à glands, j'adore, et vernis de préférence) puis nos robes chez Khabbaz. La tradition familiale voulait que nous fassions tout à la dernière minute. Comme nous affichions des mines boudeuses quand nous ne trouvions plus nos tailles dans les modèles qui nous plaisaient, la virée shopping s'achevait immanquablement à l'Automatique ou au Semiramis.

Marionet

18 h 32, le 05 août 2017

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • La veille de Noël, nous partions avec maman acheter nos chaussures de fête chez Red shoe (des mocassins à glands, j'adore, et vernis de préférence) puis nos robes chez Khabbaz. La tradition familiale voulait que nous fassions tout à la dernière minute. Comme nous affichions des mines boudeuses quand nous ne trouvions plus nos tailles dans les modèles qui nous plaisaient, la virée shopping s'achevait immanquablement à l'Automatique ou au Semiramis.

    Marionet

    18 h 32, le 05 août 2017

  • C'est vrai Automatique=chocolat mou (le meilleur)

    Wlek Sanferlou

    18 h 28, le 05 août 2017

  • Je me permets d'ajouter ces menus détails pour respecter la vérité. J'ai commencé ma vie professionnelle en novembre 1948 et ce, durant quatre ans à 50 mètres du célèbre café "Automatique". Donc, j'ai bien connu les lieux. "Automatique" était célèbre par ses glaces avec crème Chantilly ajoutée, son chocolat mou qu'on appelle aujourd'hui chocolat liégeois. Les méhallabiyé, sahleb et autres riz au lait étaient la spécialité d'une boutique située à 20 mètres face à "Automatique" en allant vers le Parlement.

    Honneur et Patrie

    17 h 40, le 05 août 2017

  • Semiramis, fresques murales rappelant celles du cinema Amir, et meilleur chocolat mou ...

    Remy Martin

    14 h 58, le 05 août 2017

  • ET LE CAFE EL 3AZARIYE TOUT AUSSI...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 10, le 05 août 2017

  • FEYN IYEMAK EL HELWE YIA AUTOMATIQUE ! C,ETAIT UN LIEU DE RENDEZ-VOUS DE TOUS LES AMOUREUX... TOUS COMPRIS...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 09, le 05 août 2017

  • Au-dessus d'Automatique, se trouvait l'Arab Bank. A l'est d'Automatique, le disquaire Mitri el-Murr et, à côté, un restaurant de kafta, hommos et foul. Le prix de 200 grammes de kafta + hommos + radis et menthe + deux pains = 225 piastres. Des serveurs d'Automatique l'avaient quitté pour ouvrir le "Sémiramis" à la rue Weygand avant de Bab-Edriss. A la place de "Sémiramis" il y avait "Prilimit" qui appartenait à une chaîne juive mondiale qui avait fermé ses portes suite à la création d'Israël en 1947.

    Honneur et Patrie

    13 h 52, le 05 août 2017