Rechercher
Rechercher

Liban - La carte du Tendre

Venise à Beyrouth

Novembre 1967, Beyrouth inondée. Photo d'archives de la famille Georges Alfred Tarazi via Camille Tarazi.

Les colères soudaines d'une nature capricieuse combinées à l'imprévoyance légendaire de l'administration publique libanaise font que les rues de Beyrouth, déjà étroites et mal drainées, peuvent se transformer en torrents impétueux à la moindre occasion, durant les saisons de grandes pluies.

Le phénomène, toujours d'actualité en 2017 malgré la raréfaction des pluies, se produisit en novembre 1967 d'une manière suffisamment brutale et massive pour permettre au photographe amateur Georges Tarazi de saisir un instant d'exception : Venise à Beyrouth.

Pris devant l'hôtel Alcazar appartenant à la famille, le cliché montre le légendaire hôtel Saint-Georges comme surgi des eaux, avec à l'avant-plan le seul moyen de locomotion disponible dans cette situation : une petite barque équipée de rames.

Les sourires affichés par les « victimes » permettent de relativiser, comme toujours au Liban, la gravité des faits et, pour ajouter au caractère cocasse de la scène, un livreur d'arak ne sachant plus à quel saint se vouer attend patiemment la fin du déluge, réfugié dans sa camionnette comme sur un îlot de fortune.

 

 

Dans la même rubrique

Quand la place Riad el-Solh s'appelait Assour...

L’avenue des Français et le Kit Kat

Le Minet el-Hosn des années 1930 avant les plages huppées

La place des Martyrs des années 50


Les colères soudaines d'une nature capricieuse combinées à l'imprévoyance légendaire de l'administration publique libanaise font que les rues de Beyrouth, déjà étroites et mal drainées, peuvent se transformer en torrents impétueux à la moindre occasion, durant les saisons de grandes pluies.
Le phénomène, toujours d'actualité en 2017 malgré la raréfaction des pluies, se produisit...

commentaires (4)

A VENISE ON SE BALLADE ! A BEYROUTH ON SE NOIE !

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

20 h 09, le 11 juin 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • A VENISE ON SE BALLADE ! A BEYROUTH ON SE NOIE !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    20 h 09, le 11 juin 2017

  • Notre Liban est le pays des miracles inimaginables...Venise de Berouth....!!!!!!!

    Soeur Yvette

    16 h 19, le 10 juin 2017

  • La camionnette du livreur d'arak cognait le mur de ce qui était l'agence Buick de la famille Hébri.

    Honneur et Patrie

    16 h 04, le 10 juin 2017

  • C'était tout à fait naturel, chaque hiver des centaines d'automilistes dont mo, calaient dans cette mare/mer. Quoique nous soyons au début de l'été il n'y a pas de période pour rappeler les (bons) souvenirs. Rizkallah, Merci M. Boustany.

    TYAN Georges

    08 h 50, le 10 juin 2017

Retour en haut