Rechercher
Rechercher

Liban - La carte du tendre

Quand la place Riad el-Solh s'appelait Assour...

Photo Archives G.B.

Avant de prendre le nom de Riad el-Solh, premier président du Conseil de l'indépendance assassiné en 1951, la place éponyme s'appelait Assour, de l'arabe dialectal as-sour (la muraille), parce qu'elle était située à la limite du vieux Beyrouth. Elle devait devenir, durant les années 1950, avec la construction de deux immeubles modernistes, ceux de la PanAm et de Esseily, un carrefour aussi encombré que sa voisine, la place des Martyrs, témoignant du vibrant dynamisme du Liban de l'époque.

Cette photo surprise date donc du début des années 1950, avant la construction de l'immeuble de la PanAm. On y voit un îlot urbain assez décrépit, constituant un charmant témoignage de l'aspect bigarré de la vieille ville : un furn surmonté d'une cheminée noircie, des affiches de cinéma placardées sur ce qui reste d'une ancienne bâtisse à arcades, une publicité pour un savon, Mizan, aujourd'hui oublié, et une banderole électorale au nom d'un certain Zouheir Osseirane. À gauche, un jardin public triangulaire a été aménagé après la destruction des halles qui occupaient le centre de la place : la statue de Riad el-Solh ne viendra que plus tard.

Plus loin, la scène est dominée par le clocher de la charmante église arménienne Saint-Nichan, ainsi que par le Grand Sérail, siège du gouvernement libanais. Les trois femmes (sont-elles sœurs, amies?...), objet de la photo, se tiennent par le bras et sourient à la vie. Que d'insouciance dans le Beyrouth de notre nostalgie...

 

Dans la même rubrique

L’avenue des Français et le Kit Kat

Le Minet el-Hosn des années 1930 avant les plages huppées

La place des Martyrs des années 50


Avant de prendre le nom de Riad el-Solh, premier président du Conseil de l'indépendance assassiné en 1951, la place éponyme s'appelait Assour, de l'arabe dialectal as-sour (la muraille), parce qu'elle était située à la limite du vieux Beyrouth. Elle devait devenir, durant les années 1950, avec la construction de deux immeubles modernistes, ceux de la PanAm et de Esseily, un carrefour...

commentaires (1)

La Place Assour, me rappelle surtout le cinéma Capitole et les films de mon idole Esther Williams (1921-2013), ses maillots "Jantzen", ses films de la M.G.M. "Bathing Beauties" "Fiesta"... projetés au cinéma Capitole dont le hall d'entrée recevait toutes les beautés beyrouthines ! En face les rails du tramway Basta-Dora...à 150 mètres le Grand-Théâtre et la rue Maarad...

Honneur et Patrie

11 h 57, le 27 mai 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • La Place Assour, me rappelle surtout le cinéma Capitole et les films de mon idole Esther Williams (1921-2013), ses maillots "Jantzen", ses films de la M.G.M. "Bathing Beauties" "Fiesta"... projetés au cinéma Capitole dont le hall d'entrée recevait toutes les beautés beyrouthines ! En face les rails du tramway Basta-Dora...à 150 mètres le Grand-Théâtre et la rue Maarad...

    Honneur et Patrie

    11 h 57, le 27 mai 2017

Retour en haut