X

À La Une

Projet d'attentat à bord d'un avion à Sydney : deux hommes inculpés

terrorisme

Selon Mick Fuller, chef de la police de la Nouvelle-Galles du Sud, qui s'exprimait jeudi, "les preuves recueillies sont très solides" contre les inculpés.

OLJ/AFP
03/08/2017

Deux hommes ont été inculpés pour infraction terroriste, ont annoncé jeudi les autorités australiennes, après la mise en échec d'un projet présumé d'attaque contre un avion.

Quatre hommes avaient été arrêtés à Sydney le 29 juillet, accusés d'avoir projeté de faire exploser un avion avec une bombe artisanale. Deux d'entre eux, âgés de 32 et 49 ans, ont été inculpés pour préparation d'acte terroriste, a annoncé jeudi la police australienne.
Les deux inculpés, qui doivent comparaître vendredi devant un tribunal à Sydney, encourent la prison à perpétuité s'ils sont reconnus coupables.

Selon Mick Fuller, chef de la police de la Nouvelle-Galles du Sud, qui s'exprimait jeudi, "les preuves recueillies sont très solides" contre les inculpés.
Un autre suspect a été relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. Concernant le quatrième homme, la police peut le détenir sans inculpation jusqu'au week-end.

 

(Pour mémoire : Projet d'attentat à bord d'un avion à Sydney : la presse australienne évoque des suspects d'origine libanaise)

 

Failles dans la sécurité
Ces inculpations interviennent alors que le syndicat des pilotes australiens a dénoncé mercredi des failles dans la sécurité des aéroports du pays, malgré les efforts des autorités pour renforcer les contrôles après la révélation du projet d'attaque.
Les pilotes, qui sont contrôlés au même titre que le reste de l'équipage, les passagers et les employés des commerces des aéroports, expliquent que les mêmes contrôles ne sont pas appliqués à des personnels comme les bagagistes ou les employés chargés du ménage, lesquels se voient simplement délivrer des cartes de sécurité.
"Les pilotes et les équipages sont contrôlés régulièrement en même temps que les passagers, mais de nombreux personnels au sol ont accès aux avions sur le tarmac sans les mêmes niveaux de contrôles", a déclaré mercredi soir Murray Butt, président de l'Association des pilotes de ligne australiens.
"Nous estimons que la sécurité des aéroports serait renforcée si tous les personnels des compagnies aériennes ayant accès aux avions subissaient les mêmes niveaux de contrôle que le personnel qui passe par les terminaux".

Des spécialistes de l'aviation ont également évoqué des failles, comme l'utilisation de vigiles d'entreprises privées au lieu de fonctionnaires aux aéroports et le fait que sur les vols intérieurs, les identités des passagers ne soient pas vérifiées.
Le ministre des Transports Darren Chester a défendu jeudi les mesures en vigueur, faisant valoir que les cartes de sécurité délivrées aux personnels au sol ayant accès aux avions ne l'étaient qu'après des vérifications exhaustives.
"Nous avons durci les règles d'obtention de ces cartes afin d'assurer que les personnels ayant accès aux aéroports soient dignes de confiance", a-t-il déclaré.

L'Australie a relevé son niveau d'alerte aux attaques terroristes en septembre 2014, de peur d'attentats inspirés par des organisations comme le groupe Etat islamique.

Depuis lors, une dizaine d'attaques ont été déjouées et 70 personnes ont été inculpées. Les autorités n'ont cependant pas pas empêcher d'autres attaques, parmi lesquelles une prise d'otages dans un café de Sydney, au cours de laquelle deux personnes et l'auteur avaient été tués.

 

Lire aussi 

Un premier jihadiste australien d'origine libanaise déchu de sa nationalité

 

Pour mémoire

Canberra dans l'embarras face à cinq orphelins d'un jihadiste australien d'origine libanaise

La supplique d'une belle-mère de jihadiste australien d'origine libanaise

L’Australie promet la transparence et renforce sa sécurité

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants