X

Liban

Un petit mammifère très ingénieux, cet écureuil...

Faune et flore
15/07/2017

Comme une petite boule rousse, l'écureuil est un mammifère à l'aspect sympathique qui se nourrit de toutes sortes de graines et se constitue un stock de nourriture pour toute l'année. C'est en cette saison qu'il est très actif pour cueillir un maximum de « provisions ». Ce mammifère n'a pas seulement des prédateurs naturels, mais fait face à une série de menaces venant des activités humaines. Même si on constate une certaine augmentation du nombre d'individus à l'état sauvage depuis quelques années, Mounir Abi Saïd, expert en gestion de la biodiversité, professeur à la faculté des sciences de l'Université libanaise (UL) et directeur du refuge d'animaux sauvages « Animal Encounter » à Aley, insiste sur la nécessité de protéger ce petit animal.

Nom scientifique :
Sciurus anomalus syriacus – une sous-espèce de l'écureuil caucasien.

Description :
Ce mammifère natif de la région du Moyen-Orient est de petite taille, bien plus petit que ses cousins d'autres régions. Sa couleur est rougeâtre, ce qui lui vaut le surnom de « red squirrel » en anglais. L'écureuil a une très longue queue par rapport à sa taille, et il en fait bon usage pour mieux supporter les aléas climatiques, l'utilisant comme couverture quand il fait froid, et comme parasol pour se protéger du soleil !

Mode de vie et alimentation :
Ce sympathique mammifère se nourrit de toutes sortes de noix et de graines, mais aussi parfois des œufs de certains oiseaux. En tant que petit animal, son territoire de vie est généralement limité, ce qui le rend vulnérable aux pertes d'habitats. Il a également une faculté importante de camouflage pour tenter d'échapper à ses prédateurs qui sont, en milieu naturel, les chats, les rapaces ou encore certains serpents qui avalent ses petits.

Lieu de prédilection :
Au Liban, l'écureuil vit de préférence dans les pinèdes ou les forêts de chênes ou autres. Il vit à différentes altitudes, puisqu'on le trouve du littoral jusqu'à 2 000 mètres à peu près. On constate sa présence particulièrement dans des réserves comme celles de Horch Ehden, des Cèdres du Chouf ou encore à Jabal Moussa.

Impact positif en milieu naturel :
L'écureuil est un animal qui collecte, au cours de la bonne saison, tout le stock de nourriture dont il a besoin toute l'année. Ce faisant, il stocke bien plus de graines et de noix dont il aura vraiment besoin. Au final, il ne mangera pas tout, et les graines ensevelies çà et là finiront par donner des arbres et contribuer à la régénération des forêts. Il est cependant erroné de dire que l'écureuil oublie l'emplacement de ses graines : en fait, il peut toujours les repérer même sous la neige. De plus, son instinct de conservation le rend vraiment ingénieux : ainsi, il sépare les graines qu'il compte consommer rapidement de celles qui lui serviront durant l'hiver. Les premières sont ensevelies telles quelles pour qu'elles restent fraîches. Les autres sont décortiquées pour une conservation plus longue.
Toutefois, le fait que les écureuils se nourrissent parfois d'œufs d'oiseaux pourrait faire d'eux une menace pour certaines espèces de volatiles. Mais comme leur nombre reste limité en milieu sauvage, cette menace n'est pas très grave.

Menaces et dangers :
Le nombre d'écureuils au Liban avait dramatiquement chuté il y a quelques années, selon les observations d'experts. Il semble, selon Mounir Abi Saïd, qu'il y ait un accroissement de leur nombre dernièrement, probablement en raison de la désertion de certaines forêts par les habitants, et de la création de réserves.
Toutefois, les menaces auxquelles fait face ce mammifère restent nombreuses. La perte de leurs habitats par les incendies de forêts et la déforestation les affectent durement, les tuant directement ou les privant de leur source de nourriture. Les pesticides peuvent causer leur empoisonnement par le biais des graines. Sur les routes, à l'instar des jeunes renards et chacals, les écureuils sont souvent victimes d'accidents quand ils traversent imprudemment la chaussée. Sans compter que certaines personnes les tuent par ignorance, ou alors les capturent pour les revendre comme animaux domestiques, ce qui les expose à une mort certaine.

Moyens de protection :
Selon Mounir Abi Saïd, si l'écureuil a été moins exposé aux dangers ces dernières années, c'est parce que les humains ont déserté certaines forêts, mais cela ne signifie pas que la menace est levée. Pour cela, il insiste sur l'importance de la sensibilisation à la conservation de ce petit mammifère. Il faut aussi intensifier les efforts pour combattre les feux de forêt, notamment par l'élagage des arbres. Dans les zones où les écureuils s'emparent de graines destinées à l'agriculture (noix, amandes, marrons...), plusieurs solutions peuvent être envisagées pour sauver les récoltes et la vie de ces animaux d'un coup : il faut soit briser le cycle agricole, en d'autres termes ne pas avoir des récoltes continues, ce qui les éloignera de facto, soit utiliser des épouvantails pour les faire fuir, ou encore demander l'aide d'experts pour les déplacer vers d'autres zones.
Par ailleurs, comme pour d'autres mammifères, il faut sensibiliser les conducteurs à la nécessité de les éviter autant que possible sur les routes de montagne.

 

 

Dans la même rubrique
Les trois origans du Liban : une histoire d'arôme, de goût et d'écologie

Renards et chacals : des champions de l’adaptation, mais...

De belles dames si fragiles : les iris du Liban...

Le hérisson : quand se mettre en boule ne suffit plus pour se protéger

Le pommier sauvage du Liban, aux « feuilles d’érable »

« Même les cigognes désertent nos cieux »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants