X

Liban

Renards et chacals : des champions de l’adaptation, mais...

Faune et flore
17/06/2017

Les renards et les chacals sont deux espèces de mammifères qui présentent plusieurs points communs, notamment le fait qu'ils s'adaptent intelligemment à un monde dominé par les hommes. Ils sont discrets, sortent surtout la nuit, mais sont parfois persécutés sans raison. Ces similarités entre les deux espèces poussent Mounir Abi Saïd, expert en gestion de la biodiversité, professeur à la faculté des sciences de l'Université libanaise (UL) et directeur du refuge d'animaux sauvages « Animal Encounter » à Aley, à les aborder en parallèle dans cette rubrique.

Noms scientifiques :
Les deux espèces dont on parle dans cette rubrique sont endémiques de la région :
- Pour le renard, Vulpes vulpes palestina, étant donné qu'il a été découvert et décrit pour la première fois en Palestine
- Pour le chacal, Canis aureus syriacus .

Description :
Ces deux animaux sont de la famille des canidés, de lointains cousins du chien. Ils présentent cependant des différences entre eux, et non seulement par la couleur (plus rousse dans le cas du renard). En effet, ils sont facilement reconnaissables en pleine lumière, mais plus difficilement identifiables la nuit, à l'heure où l'on est le plus susceptible de les croiser. C'est par la forme et la couleur de la queue qu'on peut les reconnaître : la queue du chacal est plus longue que celle du renard, et celle du second se termine par une boule blanche. Le chacal aurait pu être confondu avec certaines espèces de chiens n'était sa voix caractéristique.

Mode de vie et d'alimentation :
Alors que le chacal vit, se déplace et chasse en groupe, le renard est un animal solitaire. Les deux animaux, des omnivores, agissent souvent en charognards, mais chassent également de petits gibiers. En tant que charognards, ils se rabattent souvent sur les déchets organiques, qui abondent dans un pays où ce problème est si mal traité. Ainsi, on retrouve souvent les chacals dans le voisinage des fermes de poulets, où ils cherchent à profiter des cadavres de volatiles.

Lieu de prédilection :
Les deux espèces sont très bien réparties sur l'ensemble du territoire. Mais le renard peut mieux s'adapter aux altitudes, alors que le chacal n'est pas visible à plus de 1 200 mètres d'altitude. Cela donne un avantage au renard qui a la possibilité de se retrouver dans des territoires plus protégés et plus éloignés des habitations.

Impact positif en milieu naturel :
Autant le renard que le chacal aident à débarrasser la nature des carcasses d'animaux morts. Ils se nourrissent également d'insectes et réduisent ainsi le nombre de nuisibles. Ils contribuent aussi, dans une certaine mesure, à réduire le volume des déchets organiques, puisqu'ils se nourrissent souvent à partir des poubelles. Le renard et le chacal contribuent à leur manière à la reforestation : quand ils se nourrissent de certains fruits, ils en dispersent les graines dans la nature.

Menaces et dangers :
Autant le chacal que le renard ne sont pas des espèces actuellement en danger au Liban. Leur nombre n'a pas tendance à se réduire dangereusement, selon Mounir Abi Saïd, d'autant que les hommes, notamment les chasseurs, ont décimé certains de leurs compétiteurs naturels comme les blaireaux et les loups. C'est surtout leur intelligence et leur adaptabilité qui leur permettent jusque-là de se tirer d'affaire. Toutefois, les dangers restent omniprésents et pourraient finir par avoir raison de la ténacité de ces mammifères : les pièges qui leur sont tendus, la destruction de leurs habitats, la chasse... Sans compter la circulation qui fait de nombreuses victimes parmi les plus jeunes, ceux qui ne sont pas encore habitués à se méfier des voitures.

Moyens de protection :
Mounir Abi Saïd insiste sur l'importance de la sensibilisation. Ces animaux sont bénéfiques pour la nature et pour l'homme, ils ne constituent en aucun cas une menace pour les humains qui n'ont aucune raison de les persécuter. Le fait que ces animaux si discrets ne courent pas de danger imminent de disparition ne devrait pas empêcher les efforts de protection.

 

Dans la même rubrique

De belles dames si fragiles : les iris du Liban...

Le hérisson : quand se mettre en boule ne suffit plus pour se protéger

Le pommier sauvage du Liban, aux « feuilles d’érable »

« Même les cigognes désertent nos cieux »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS SONT BIEN INSTALLES AUSSI ETOILEMENT CHEZ NOUS ET NOUS RENDENT LA VIE DURE, PERILLEUSE ET INCERTAINE...

M.V.

Le renard est tout de même dangereux pour le fromage... c'est le corbeau qui me la dit.....!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué