Liban

Le hérisson : quand se mettre en boule ne suffit plus pour se protéger

Faune et flore
20/05/2017

Dans la nature, pour fuir les prédateurs, le hérisson se met en boule et leur oppose ses nombreuses épines. Or devant la folie des bolides de l'homme, cela ne lui sert plus à grand-chose. Cet insectivore populaire et très utile dans la nature est en grand danger du fait de l'inconscience et de la perte d'habitats qui menacent son mode de vie fragile. Le point avec Mounir Abi Saïd, expert en gestion de la biodiversité, professeur à la faculté des sciences de l'Université libanaise (UL) et directeur du refuge d'animaux sauvages Animal Encounter à Aley.

Nom scientifique
Erinaceus concolor – Hérisson oriental

Description
C'est un mammifère de petite taille, reconnaissable aux nombreuses épines qui recouvrent son corps. Mounir Abi Saïd explique que l'animal a développé ces épines qui ont peu à peu remplacé les poils, afin de pouvoir se protéger, étant donné qu'il n'a pas la possibilité de fuir en courant. Ainsi, le hérisson, quand il se sent menacé, se roule en boule afin de dissuader ses prédateurs de l'approcher.

Mode de vie et d'alimentation
Alors que tout le monde le prend pour un herbivore, le hérisson est surtout un insectivore. Avec les chauves-souris et les crocidures (genre de musaraignes), le hérisson est l'un des principaux mammifères insectivores du pays. Il hiberne en hiver, étant donné que cette saison n'est pas favorable à la prolifération des insectes. Pour ce faire, il se réfugie dans un nid de feuilles au cœur des forêts denses, sans s'enfouir sous terre.

Lieu de prédilection
Le hérisson oriental vit dans toutes les régions du Liban, du littoral jusqu'à plus de 2 000 mètres d'altitude. C'est une espèce native de la région, qui est observable dans tous les pays des environs, même dans les milieux désertiques où les hérissons sont plus hauts sur leurs pattes, avec des oreilles très développées pour les aider à se rafraîchir (un peu comme l'éléphant).

Impact positif en milieu naturel
En tant que mammifère principalement insectivore, le hérisson a des bénéfices évidents dans la nature, qu'il aide à nettoyer des nuisibles, comme les insectes et les chenilles, y inclus ceux qui sortent la nuit. Les agriculteurs devraient lui en savoir gré... Dans certaines régions, il peut aussi manger des œufs d'oiseau, ce qui n'est pas très grave puisque, ce faisant, il aide à l'équilibre des naissances, étant donné qu'il favorise l'émergence des individus les plus solides et les plus sains.

Menaces et dangers
Bien qu'aucun chiffre ne soit disponible, Mounir Abi Saïd constate que le nombre de hérissons a diminué drastiquement dans le pays. Pour cet animal fragile et au mode de vie vulnérable, les menaces sont nombreuses :
1- Ce mammifère souffre de la disparition d'insectes décimés par les insecticides puissants utilisés dans l'agriculture.
2- Son habitude de s'immobiliser et de se rouler en boule à l'approche du moindre danger l'expose trop souvent à être écrasé par les voitures.
3- Quand il entre en hibernation dans les forêts, il devient vulnérable aux activités écotouristiques qui peuvent le réveiller (sans nourriture suffisante, il va droit vers la mort), ou aux activités agricoles qui peuvent le tuer accidentellement, lors du défrichage des terrains par exemple.
4- Certains le recherchent et le chassent pour l'utiliser dans des sortes de médecines alternatives comme la médecine chinoise par exemple.

Moyens de protection
Pour mieux protéger cette espèce désormais en danger, Mounir Abi Saïd suggère une mesure assez générale qui, en soi, est bénéfique pour l'environnement et la santé humaine : la réduction de l'utilisation des pesticides chimiques, afin de favoriser les prédateurs naturels des insectes, comme les hérissons. Pour lui, il convient également de protéger les forêts où le petit mammifère hiberne, en sensibilisant les randonneurs qui y passent ou encore en réglementant les activités agricoles. Enfin, il faut prévenir les automobilistes de ne pas écraser les hérissons en boule quand ils les aperçoivent sur la route, notamment en montagne : il suffit de descendre de voiture et de les écarter, ils ne représentent aucun danger pour l'homme malgré leurs épines. De telles mesures sont d'autant plus cruciales au printemps, quand l'animal sort de son hibernation. À savoir que le hérisson est protégé dans plusieurs pays du monde.

La biodiversité remarquable du Liban est en danger en raison de nombreux facteurs qui sont désormais connus, notamment la déforestation et l'urbanisation sauvage (donc la perte des habitats naturels), la chasse non réglementée, la pollution... La rubrique « Faune et flore » visera à faire connaître à chaque fois une espèce animale ou végétale, le plus souvent caractéristique ou endémique au pays, l'objectif étant de mettre l'accent sur l'importance de ces espèces, leurs bienfaits sur la nature et la nécessité de les protéger.

 

Dans la même rubrique

Le pommier sauvage du Liban, aux « feuilles d’érable »

« Même les cigognes désertent nos cieux »

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois sommets pour un résultat

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.