Le billet de Gaby NASR

La malle ou la balle

Billet
Gaby NASR | OLJ
07/07/2017

Un pays évolué et humaniste, c'est barbant et déprimant. En revanche, un pays attardé et réac, c'est bien, c'est dynamique, c'est même parfois attendrissant. C'est pourquoi il faut se battre pour pérenniser le modèle libanais.

Chez nous, cela s'appelle une ambiance interactive. L'ado boutonneux vient de décrocher son brevet ? Qu'à cela ne tienne, les ahuris de la famille et les proches, dont on ne soupçonnerait pas que la fibre académique ait jamais particulièrement vibré pour ce prestigieux diplôme, iront cliqueter et pétarader du kalach, semant la panique dans leur quartier... et la mort en des lieux plus lointains. Le jour où le morveux aura son bac, les patibulaires fêteront l'événement au missile balistique, question sans doute de bien montrer que chez eux, le sous-développement durable est un concept culturel gravé au burin dans leur ADN.

Autres lieux, autres imbéciles. Tel le chtarbé à bord de son 4 x 4 noir, vitres peinturlurées en noir, lunettes noires et barbe noire. Lui, faut pas le fixer des yeux, encore moins le doubler, surtout quand il pianote des âneries cruciales sur son smartphone au beau milieu du carrefour. Il est le parent par alliance du cousin issu de germain du concierge d'un ministre, et se croit par conséquent investi d'un pouvoir discrétionnaire l'habilitant à faire danser au rythme du barillet le manant qu'il croise. Avec lui, les dragées pleuvent dru et ont tôt fait de transformer la panse du quidam en égouttoir de vidange.

S'accrochant aux branches dont on fait les plus solides langues de bois, le ministre de la Justice, au nom admirablement prédestiné, a littéralement sonné les cloches à son collègue Pendu de l'Intérieur, développant l'idée que chez nous le pouvoir judiciaire est, paraît-il, indépendant. Sans doute. Sauf que certains juges, sans être aux ordres des neuneus de la politique, vont instinctivement au-delà de leurs plus ardents désirs.

Il est vrai qu'au Liban, on en est encore à gratter le bas de caisse en matière de séparation des pouvoirs. À défaut de se faire la malle, ne reste plus qu'à attendre que cette République pour rire soit classée définitivement dans le patrimoine mondial de l'art de vivre... et de mourir.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

waegnoor

Clair - net et précis . Bravo

VITESSE DE CROISIÈRE

Paraît il que samedi, jour des résultats du bac c'est Beyrouth ville morte.

Au sens réel et figuré.

Nadine Naccache

Hehehe... C'est la fête à neuneu....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SUPERBE GABY NASR !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!