X

Économie

Au Qatar, les habitants s’adaptent à l’embargo

Crise du Golfe

L'émirat gazier a réussi à éviter les pénuries d'aliments, mais ses habitants continuent de subir de lourdes conséquences dans leur vie quotidienne.

OLJ/AFP
04/07/2017

Ils achètent des légumes venus d'Iran ou de Turquie, surveillent plus attentivement leurs dépenses et se résignent à des voyages plus longs : les habitants du Qatar s'adaptent tant bien que mal à l'embargo imposé à l'émirat par ses voisins du Golfe.

Quatre semaines après la fermeture par l'Arabie saoudite de l'unique frontière terrestre du Qatar par laquelle passait la majorité des importations, le petit émirat gazier a réussi à éviter les pénuries d'aliments. La Turquie et l'Iran se sont portés à son secours en acheminant des denrées par les airs et par la mer. « L'État a trouvé des alternatives et le problème (de l'approvisionnement) ne se pose pas (...) malgré une légère hausse des prix que nous pouvons toutefois supporter », témoigne Mohammad al-Chib, un fonctionnaire de 48 ans faisant ses courses dans un supermarché de Doha. « Nous avons tiré la leçon (de la crise) et nous consommons selon nos besoins », ajoute-t-il cependant.

Passé le choc des premiers jours de la crise et la crainte de pénuries, l'affluence a repris son rythme normal dans les supermarchés et les épiceries où les étals proposent désormais des produits laitiers, des légumes et des fruits en provenance de Turquie et d'Iran. Avant ces produits venaient surtout de Jordanie, de Syrie et du Liban par une voie terrestre passant par l'Arabie saoudite. « Nous n'avons plus besoin de faire des stocks. Le marché est bien fourni, mais les prix ont un peu augmenté », indique Maya, une expatriée libanaise rencontrée dans une grande surface de Doha.

Un habitant indien, qui tient une petite échoppe dans un quartier populaire, déplore de son côté la hausse des prix. « Après la fermeture des frontières, les prix ont bondi notamment pour la roquette, le persil et la ciboulette. »

 

(Lire aussi : Qatar : la porte des discussions est-elle totalement close ?)

 

« Cauchemar »
Les restrictions aériennes imposées à l'émirat pèsent davantage sur la vie quotidienne des 2,4 millions d'habitants du Qatar, dont plus de 90 % d'étrangers. Les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite et Bahreïn ont en effet interdit le survol de leur espace aérien aux avions de Qatar Airways, entraînant des temps de vol rallongés pour certaines destinations. Et les compagnies de ces pays ont aussi mis fin à leurs liaisons vers Doha.

« Le blocus est un cauchemar dont nous espérons une fin rapide », lance Maya, exprimant un sentiment partagé par plusieurs expatriés qui se plaignent des difficultés rencontrées lors de leurs déplacements par avion. Avec la suppression de certaines liaisons par les pays du Golfe, « un transit peut désormais atteindre jusqu'à neuf heures » via d'autres aéroports étrangers pour rejoindre certaines destinations depuis le Qatar, explique Maya.

Un ressortissant jordanien dit avoir « passé six heures en transit » à l'aéroport de Mascate pour un vol reliant Amman à Doha, via la capitale du sultanat d'Oman, alors qu'il allait bien plus vite auparavant en passant par Dubaï. Mais le plus dur a été la décision des adversaires du Qatar de renvoyer chez eux les citoyens qataris se trouvant sur leur territoire et le rappel de leurs propres ressortissants vivant au Qatar.

« Pas moins de 13 314 ressortissants des quatre pays (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahreïn et Qatar) ont été directement affectés » par cette mesure, a recensé le Comité national des droits de l'homme (NHRC) du Qatar dans un communiqué publié samedi.

« C'est une violation » des droits de l'homme, a accusé le comité, qui a cité « la séparation de familles » et le piétinement des droits des citoyens « à la libre circulation, à l'éducation, à la santé, au travail et à la liberté d'expression ».

Human Rights Watch (HRW) a, pour sa part, évoqué samedi le cas d'un homme, Zayed al-Marri, bloqué depuis le 17 juin à la frontière avec l'Arabie saoudite. Dans un communiqué, l'organisation humanitaire a appelé le Qatar à le laisser entrer sur son territoire, du moment que l'homme affirme avoir vécu depuis 1996 en Arabie saoudite après avoir été déchu de sa nationalité qatarie.

 

 

Lire aussi

Investissements : face à Riyad, Doha veut déployer ses « tentacules » aux États-Unis

Le sultanat d'Oman discret dans la crise du Golfe

La Turquie « n'a plus de place de médiateur » dans le Golfe

L'ONU juge « inacceptable » la demande de fermeture d'al-Jazira

 

Des expatriés priés de rester au Qatar

 

Essor dans la diplomatie, action dans la médiation, la tribune de Mevlüt Çavuşoğlu

Quel rapprochement possible entre Israël, l'Arabie saoudite et Abou Dhabi ?

 

Pour mémoire

Crise du Golfe : Poutine appelle les protagonistes au dialogue

Washington joue le médiateur entre Riyad et Doha

Le Qatar juge déraisonnable la liste des demandes de ses adversaires

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La visite du ministre des AE turc à Beyrouth, un timing sensible

Un peu plus de Médéa AZOURI

Les ami(e)s de mes ami(e)s

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants