X

À La Une

Le Qatar juge déraisonnable la liste des demandes de ses adversaires

Crise du Golfe

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte exigent entre autres du Qatar une réduction de ses relations avec l'Iran et la fermeture de la chaîne de télévision Al Jazeera.

OLJ/AFP
24/06/2017

Le Qatar a affirmé samedi étudier une liste de 13 demandes formulées par ses adversaires mais a jugé qu'elle n'était pas "raisonnable", éloignant la perspective d'un règlement rapide de la crise du Golfe.

Dans cette liste, circulant sur les réseaux sociaux mais qui n'a pas été dévoilée officiellement, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte exigent entre autres du Qatar une réduction de ses relations avec l'Iran et la fermeture de la chaîne de télévision Al Jazeera.

Le document fixe au Qatar un délai de 10 jours pour satisfaire à ces demandes, une requête jugée irréaliste par Doha.
La liste n'est "pas destinée à combattre le terrorisme mais à empiéter sur la souveraineté du Qatar et à s'ingérer dans sa politique étrangère", a déclaré samedi dans une première réaction le directeur du bureau de communication gouvernemental, cheikh Saif ben Ahmed Al-Thani.
Rappelant que le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, en contact avec Doha et Riyad, avait espéré mercredi que la liste de demandes "sera raisonnable et réalisable", cheikh Saif a estimé que la liste présentée "ne répond à de telles normes".

La liste a été transmise jeudi à Doha par le médiateur koweïtien, plus de deux semaines après la rupture par les quatre pays de leurs relations diplomatiques avec le Qatar qu'ils accusent de soutenir des groupes terroristes et de se rapprocher de l'Iran, rival régional du royaume saoudien.
Les quatre pays exigeraient aussi que le Qatar rompe les liens qu'il entretient, selon eux, avec les groupes jihadistes Etat islamique (EI) et el-Qaëda ainsi qu'avec le mouvement chiite libanais Hezbollah et les Frères musulmans. Ils exigeraient aussi la fermeture d'une base militaire turque au Qatar, selon une version de la liste circulant sur les réseaux sociaux.

Le Qatar est également sommé d'extrader les opposants aux régimes de ces pays et à fermer, outre Al Jazeera --dont la ligne éditoriale est jugée par ses détracteurs trop favorable aux islamistes--, les médias qu'il soutient, dont les sites d'information en ligne Arabi21, Rassd, Al-Arabi Al-Jadid et Middle East Eye.

(Lire aussi : La crise du Qatar, terrain idéal pour Rex Tillerson)

Garanties européennes

Le ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, a réclamé samedi des "garanties" européennes et américaines sur un éventuel accord de sortie de crise. "Si le Qatar suit la voie de la sagesse et réalise que son aventure l'isole de son voisinage", il faudrait, "pour préserver notre sécurité et stabilité, une sorte de mécanisme de contrôle" sur l'application d'un éventuel accord, a dit le ministre, en appelant à "des garanties européennes et américaines". "Nous avons enregistré un très grand intérêt de la part de l'Europe et des Etats-Unis car ils ont été (eux aussi) affligés par des attentats terroristes", a-t-il poursuivi.
La veille, M. Gargash avait pressé Doha de prendre "au sérieux" la liste des demandes, faute de quoi "le divorce sera effectif". Il a répété samedi qu'en faisant "fuiter" selon lui la liste des 13 demandes, le Qatar "entrave la médiation koweïtienne".

L'ambassadeur du Qatar aux Etats-Unis, Meshal Hamad Al-Thani, a répliqué que les quatre pays voudraient "punir le Qatar pour son indépendance". 
Al Jazeera, l'un des plus importants organes de presse au monde, a dit "déplorer" l'appel à sa fermeture. Ce "n'est qu'une tentative de faire taire la liberté d'expression dans la région", a écrit la chaîne dans un communiqué.

Dans les 13 demandes qui lui ont été remises, le Qatar est aussi appelé à expulser les membres ou les éléments liés aux Gardiens de la révolution, armée d'élite de la République islamique d'Iran, se trouvant sur son sol, ont rapporté des médias. Il devrait aussi rompre toute coopération militaire ou dans le domaine du renseignement avec Téhéran. L'Iran et le Qatar exploitent conjointement un gigantesque gisement gazier.

Pour sa part, la Maison Blanche a estimé vendredi que la crise du Golfe était d'abord "une affaire de famille", se disant prête à faciliter les discussions mais appelant les pays de la région à trouver, entre eux, une porte de sortie.

 

Lire aussi

« L'Iran assiste, amusé, à la faillite du CCG, conçu contre lui »

Pourquoi l'axe Riyad/Abou Dhabi/Le Caire tord le bras du Qatar

 

Pour mémoire

Washington "perplexe" concernant la position saoudienne sur le Qatar

Des contrats de 2 milliards de dollars menacés par la crise du Golfe

Face à la crise Arabie-Qatar, la rébellion syrienne dans l'embarras

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

D'autant que le "cas tard " peut leurs renvoyer maintenant la même liste ...! :-) :-)

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants