X

Liban

Incompréhension générale face aux coupures de courant

Électricité

« Nous fournissons aujourd'hui plus de courant électrique que jamais », souligne une source proche d'EDL.

03/07/2017

Face aux coupures persistantes du courant électrique, Électricité du Liban (EDL), qui a récemment mis en marche deux moteurs inversés à Jiyeh et Zouk, affirme n'avoir jamais produit autant de mégawatts (MW) au cours des dernières années. Des affirmations contestées par une source proche des Kataëb qui dénonce une volonté de faire pression sur la population en imposant plus de rationnement pour que le très controversé projet de location de deux nouveaux navires-centrales soit accepté.

De source proche d'Électricité du Liban, on apprend que « l'alimentation en MW a augmenté dernièrement, notamment avec la mise en marche des deux moteurs inversés », installés dans les centrales de Jiyeh et de Zouk, respectivement les 27 février et 24 mars derniers. Ces moteurs déploient 273 MW supplémentaires sur le réseau, soit trois heures de courant en plus en moyenne, selon les chiffres d'EDL. « Nous fournissons aujourd'hui plus de courant électrique que jamais », souligne la source en réponse à ceux qui dénoncent une augmentation des heures de rationnement, tout en rappelant qu'« en l'état actuel des choses, personne ne parle de baisser le rationnement ou d'assurer l'électricité 24h/24 ». À noter que les centrales de Jiyeh et de Zouk peuvent déployer en théorie respectivement 346 et 607 MW, selon le site internet d'EDL.

La source estime que la demande grandissante en courant électrique, notamment de la part des réfugiés syriens, est un des facteurs qui expliquent la persistance du rationnement, même si l'apport général en courant a augmenté. « La croissance qui a eu lieu ces dernières années aux niveaux social et économique n'a pas été accompagnée d'une réelle croissance au niveau de l'électricité. EDL demande qu'il y ait de nouvelles centrales électriques dans le pays. Malheureusement, ce sujet a besoin d'une entente nationale et politique car les plans et les projets existent déjà », souligne la source.

Le rationnement pour faire pression ?

Interrogée par L'Orient-Le Jour, une source proche des Kataëb estime que le rationnement en électricité est pratiqué afin de faire accepter le projet de location des nouveaux navires-centrales avancé par le ministre de l'Énergie et de l'Eau, César Abi Khalil, dans le cadre de son « plan de sauvetage ». « Le dossier de l'électricité est semblable à celui des déchets. Ils ont laissé les poubelles s'amonceler dans les rues pour faire passer ce qu'ils voulaient. Ils font la même chose maintenant pour que l'on adopte les navires-centrales, indique la source. Ils sont en train de dire aux citoyens : soit vous acceptez les navires-centrales, soit il y aura davantage de rationnement », dit-elle.

Figurant parmi les cinq axes du « plan de sauvetage » pour le secteur de l'électricité, la location de deux nouveaux navires-centrales a fait l'objet de nombreuses critiques depuis sa validation « dans les grandes lignes » par le Conseil des ministres, le 28 mars. « Il est clair que le ministère de l'Énergie ne compte pas bâtir de nouvelles centrales avant d'en avoir fini avec la première étape et qui est celle de la location des barges. Mais il serait plus judicieux de lancer ces deux projets en parallèle afin d'avoir des centrales prêtes une fois le contrat de location des navires terminé », souligne la source. À noter qu'un projet de remplacement de la centrale de Jiyeh pourrait démarrer courant 2018 et qu'un projet de réhabilitation de la centrale de Zouk est en cours de négociation avec la société chargée de mener les travaux.
La source proche des Kataëb dénonce par ailleurs un manquement à la procédure d'envoi du dossier des navires-centrales à la Direction des adjudications. « Le dossier qui est arrivé à la Cour des comptes porte uniquement sur l'aspect financier alors qu'il devrait également comporter le cahier des charges et le mécanisme des appels d'offres », indique-t-elle.

Rationnement « sévère et arbitraire » à Tripoli

Le ministre du Travail, Mohammad Kabbara, a, pour sa part, fait état d'un rationnement « sévère et arbitraire à Tripoli et ses environs ». Il dénonce le fait que les propriétaires de générateurs « imposent leurs conditions et prennent avantage de l'absence du ministère de l'Énergie qui ne respecte pas ses promesses consistant à assurer des heures supplémentaires d'alimentation en courant électrique ». « Dans certains endroits, les coupures s'élèvent à plus de 6 heures par jour. La situation économique est difficile à Tripoli et dans la région. Les gens ne peuvent pas payer deux factures », a indiqué M. Kabbara.
« Le ministre de l'Énergie a inauguré il y a peu une nouvelle unité de production (à Zouk, en juin, mais le moteur était déjà en fonction depuis deux mois), mais on n'a pas l'impression qu'il y a plus de courant depuis », a déclaré le ministre du Travail. « Nous appelons le ministre de l'Énergie à assumer ses responsabilités et traiter Tripoli comme il traite les régions proches de son courant politique et qui bénéficient d'une alimentation en courant électrique exceptionnelle », a-t-il ajouté.

 

Pour mémoire

Générateurs : le gouvernement veut mieux contrôler les prix

Le plan sur l'électricité prisonnier du bras de fer politique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Remy Martin

L'arnaque gros calibre au vu et au su de tout le monde ... Ayez honte de votre ombre messieurs les concernes.

michel honein

Qu'on achète donc ces navires en attendant de construire de nouvelles unités. On pourra les revendre par la suite. Mais comme il y a mauvaise volonté chez nos décideurs il n'y aura jamais de solution au profit du bien-être du pauvre et misérable citoyen libanais.

Gros Gnon

Construisez de nouvelles centrales dans des zones non peuplées.
Démantelez les centrales de Jiyeh et surtout de Zouk qui polluent et posent un risque à la population.
Vendez les terrains en bord de mer pour en faire des projets touristiques.
Rien qu'avec la différence de prix du terrain vous pourrez financer 3 centrales modernes au gaz. Sans compter les économies par rapport à une location de bateaux.
Mettez-vous quelques millions en poche au passage si vous ne pouvez pas faire autrement, et histoire de sauver la face (je me comprends)...
Problème résolu et on n'en parle plus et tout le monde il est content.

Irene Said

L'unique "plan de sauvetage" valable serait de construire en toute urgence de nouvelles centrales électriques et de remettre en état celles qui en ont besoin.
Messieurs les "responsables" de ce dossier, vous êtes vraiment inefficaces en tout !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON VEUT IMPOSER D,AUTRES BARGES AU COUT EXORBITANT ET A LA LATTA DE MEME...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La réconciliation Frangié-Geagea : une dimension morale et une convergence d’intérêts

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

N’oubliez pas les femmes

Commentaire de Anthony SAMRANI

Il y a le feu dans la maison Saoud

Un peu plus de Médéa AZOURI

Dans ma bulle

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué