X

Économie

Générateurs : le gouvernement veut mieux contrôler les prix

Électricité

Les propriétaires libanais auront notamment jusqu'à fin septembre pour équiper leurs moteurs de compteurs.

20/05/2017

Les ministres de l'Énergie, César Abi Khalil, et de l'Économie, Raëd Khoury, ont annoncé hier leur volonté de contrôler davantage les tarifs des générateurs, après avoir constaté plusieurs abus, lors d'une conférence commune tenue au ministère de l'Énergie.
Ils ont d'abord pointé du doigt une « hausse injustifiée » des tarifs des générateurs. « Alors que les prix du carburant sont en baisse, certains propriétaires de générateurs ont illégalement augmenté leurs tarifs », s'est insurgé M. Khoury. Il a en outre accusé certaines municipalités, non nommées, de complaisance avec des propriétaires de générateurs qui ne respectent pas les tarifications fixées par le ministère de l'Énergie, ce qui complique les contrôles. « Nous avons constaté des disparités entre les différentes régions avec des tarifs de générateurs variant de 7 000 à 40 000 livres (de 4,5 à 26,5 dollars) pour 5 ampères », a dit de son côté M. Abi Khalil.

Une hausse d'autant moins compréhensible, selon lui, que « nous avons observé durant ces deux derniers mois une nette amélioration en termes d'heures d'alimentation en électricité », a-t-il expliqué, accusant les propriétaires d'augmenter les tarifs pour conserver leurs marges. Car si le prix du carburant fixé par le ministère n'a reculé que de 4,4 % par rapport à mars (9,88 dollars les 20 litres), le rationnement hors Beyrouth a reculé de 22 % en un mois (pour 245 heures de coupure en moyenne en mars). Une situation liée à la mise en service par Électricité du Liban (EDL), après plusieurs mois de retard, de deux moteurs inversés installés dans les centrales de Jiyeh et Zouk qui déploient 273 MW supplémentaires sur le réseau, soit 3 heures de courant de plus en moyenne, depuis respectivement le 27 février et le 24 mars, selon EDL.

 

Compteurs obligatoires
« Cela nous a donc poussés à mettre en place, en coordination avec les ministères de l'Économie, de la Justice et de l'Intérieur, un nouveau mécanisme de contrôle des prix », qui devrait permettre « à la fois de protéger les droits des consommateurs et d'assurer des marges acceptables et justes pour les propriétaires », a affirmé M. Abi Khalil. Cela passera par un changement du mode de calcul utilisé par le ministère de l'Énergie pour établir les tarifs des générateurs sur base mensuelle. En effet, s'il continuera entre juin et septembre de se baser sur le prix du kWh, d'une part, et sur le prix d'abonnement par ampère, d'autre part, il commencera dès fin septembre à ne prendre en compte que le prix du kWh, a expliqué M. Khoury.

À cette date, tous les propriétaires de générateurs devront avoir déjà équipé ces derniers de compteurs, ont annoncé les ministres. « La première étape consiste en l'installation de compteurs des heures de coupures à des endroits faciles d'accès pour les citoyens et les contrôleurs du ministère de l'Économie », a indiqué M. Khoury. « La seconde étape requiert l'installation de compteurs de kilowattheure (kWh) auprès de l'ensemble des abonnés aux générateurs avant la fin du mois de septembre. (...) Les coûts d'installation seront assumés par les propriétaires de générateurs et non par les abonnés », poursuivi M. Khoury, avant d'appeler les citoyens à dénoncer auprès des municipalités les propriétaires qui n'appliqueront pas ces directives. Mais elles se heurtent déjà à la réticence des propriétaires de générateurs : « Nous ne pouvons pas décemment travailler avec ces prix qui ne tiennent pas compte de nos frais d'équipement. On devrait au moins pouvoir facturer 35 000 livres par mois pour s'en sortir », a déclaré à L'OLJ un propriétaire de générateurs dans le Kesrouan. « Si le ministère s'obstine, nous allons nous mobiliser pour faire pression », a-t-il menacé.

Autre obstacle, le manque de moyens de la direction de la protection du consommateur, rattachée au ministère de l'Économie et en charge des contrôles. Elle ne peut compter qu'un peu plus d'une centaine d'employés pour assurer l'ensemble de ses missions et « ne peut pas exercer son pouvoir de contrôle sans la coopération des autorités administratives ou judiciaires », comme l'avait confié en 2015 à L'OLJ son directeur, Tarek Younès.

Pour rappel, cette intervention sur les tarifs des générateurs intervient dans un contexte où le gouvernement sera prochainement appelé à se prononcer sur une hausse de ceux d'EDL, prévue dans le plan « de sauvetage » du secteur présenté fin mars par M. Abi Khalil et approuvé dans les grandes lignes par le gouvernement. Interrogé hier à ce sujet, M. Abi Khalil a simplement répondu que les effets combinés des nouveaux tarifs et de la baisse du rationnement devraient permettre, selon lui, « au citoyen d'économiser 45 à 54 % de sa facture (globale) ».

 

Pour mémoire

Tensions entre les propriétaires de générateurs et le ministère de l’Énergie

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Encore, cette histoire de l'électricité sans fin: il y a à peine une semaine on félicitait le maire de Zahle pour son exploit de 24 h d'électricité avec les moyens de bord, privatisant EDZ et générateurs et baissant beaucoup les prix...
Nous avons l'impression de vivre dans un autre pays en lisant des articles pareils: comment se fait-il que ce qui est faisable à l'Est de Mont-Liban n'est même pas envisageable dans le reste du pays?
De plus, nous savons depuis belle lurette que certains défavorisés ne payent pas un sou d'électricité et qu'en plus, les branchements illégaux se multiplient alors que ce sont toujours les mêmes qui payent la facture salée...
On ne parle plus de tout cela, la foire du midi continue, de combines en magouilles, de dessous de table, en conférences de presse: une masquerade sans fin...
Pauvre Libanais de la classe moyenne!

Bouez Chahine

Au lieu de construire des centrales électriques, l'Etat discute avec la mafia des générateurs... Entre temps, les commissions changent de poches...
Allons cracher sur tout ce monde s'il vous reste encore de la salive en bouche et les prisons ne sont pas faites pour les chiens. !

gaby sioufi

je cite : ""Cela nous a donc poussés à mettre en place, en coordination avec les ministères de l'Économie, de la Justice et de l'Intérieur, un nouveau mécanisme de contrôle des prix », qui devrait permettre « à la fois de protéger les droits des consommateurs et d'assurer des marges acceptables et justes pour les propriétaires », a affirmé M. Abi Khalil.""

SACHANT BIEN QUE MEME LE POLICIER commis a la circulation N'OSE PAS VERBALISER , de peur d'avoir affaire a un(e) caid, ou par paresse.
ALORS LA, AFFRAYER LA MAFIA DES GENERATEURS PARCE QUE LA JUSTICE S'EN OCCUPE........ TRES DROLE VRAIMENT

je cite encore "La seconde étape requiert l'installation de compteurs de kilowattheure (kWh) auprès de l'ensemble des abonnés aux générateurs avant la fin du mois de septembre. ""
C DIRE QUE LES RESPONSABLES N'ESPERENT PAS DU TOUT- PIRE- SAVENT BIEN QUE LE PROBLEMEM DE L'ELECTRICITE N'EST PAS PRET A ETRE RESOLU DANS UN LOINTAIN AVENIR MEME.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Dabké avec Bachir

Commentaire de Scarlett HADDAD

Retour sur un passé douloureux...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.