X

À La Une

Washington "perplexe" concernant la position saoudienne sur le Qatar

Crise du Golfe

Une porte-parole de la diplomatie américaine a appelé les parties à régler leurs différends.

OLJ/AFP
20/06/2017

Les Etats-Unis sont "perplexes" face au manque d'explications apportées par l'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe pour justifier l'isolement imposé au Qatar, a indiqué le département d'Etat mardi.

Signe de l'impatience croissante de Washington face au rôle joué par Riyad dans la crise, une porte-parole de la diplomatie américaine, Heather Nauert, a appelé les parties à régler leurs différends. "Maintenant que cela fait plus de deux semaines depuis que le blocus a commencé, nous sommes perplexes face au fait que les Etats du Golfe n'aient pas donné au Qataris ni au public de précisions sur leurs accusations visant le Qatar", a-t-elle déclaré. "Plus le temps passe, plus le doute s'épaissit à propos des actions entreprises par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis", a-t-elle ajouté, visant directement ces deux proches alliés de Washington.
"A ce stade, nous faisons face à une question simple: est-ce que ces actions découlaient véritablement de leurs inquiétudes face au soutien présumé au terrorisme du Qatar?", a-t-elle asséné. "Ou est-ce qu'elles découlaient des griefs anciens entre les pays du GCC", le Conseil de coopération du Golfe, a ajouté la porte-parole.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, l'Egypte et le Yémen ont depuis deux semaines rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de "soutenir le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran, rival régional du royaume saoudien. Parmi ces pays, les alliés du Golfe ont fermé leurs frontières terrestres et maritimes avec le richissime émirat gazier et lui ont imposé de sévères restrictions aériennes.

Aux premiers temps de la crise, le président Donald Trump a donné l'impression de prendre le parti de l'isolement du Qatar, qu'il a accusé de financer "le terrorisme à un très haut niveau". Mais le département d'Etat et le Pentagone ont multiplié de leur côté les appels à l'apaisement et au dialogue.

Le Qatar abrite la plus grande base aérienne américaine dans la région, où se trouve le quartier général des opérations contre le groupe jihadiste Etat islamique en Irak, en Syrie et en Afghanistan.
Le ministère américain de la Défense a en outre annoncé, la semaine dernière avoir conclu un accord avec le Qatar pour la vente d'avions de combat F-15 pour un montant total de 12 milliards de dollars.

La semaine dernière, le département d'Etat a indiqué que le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a annulé sa participation à une réunion de l'organisation des Etats américains (OEA) pour rester à Washington et se concentrer sur la crise du Golfe. "Le secrétaire d'Etat va continuer ses efforts pour faire baisser les tensions dans la région du Moyen-Orient par des rencontres et des discussions téléphoniques avec les dirigeants de la région et du Golfe", a indiqué le département d'Etat dans un communiqué.

 

 

Lire aussi

Crise du Golfe : le Qatar et ses adversaires campent sur leurs positions

Qatar Airways envisage de saisir les tribunaux internationaux

Des contrats de 2 milliards de dollars menacés par la crise du Golfe

Face à la crise Arabie-Qatar, la rébellion syrienne dans l'embarras

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

L'Iran = je montre mes muscles...donc j'existe !
L'Arabie Séoudite = idem
Le Qatar = idem
Le Bahraïn = idem
Les Emirats Arabes Unis = idem
L'Egypte = idem
Le Yemen n'a plus de muscles, mais...idem !

Et puis après, la vie des ces pays et de leurs peuples en est-elle meilleure ???
Irène Saïd


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE VEUT EXACTEMENT WASHINGTON ? ET POURQUOI LA GAFFE SAOUDIQUE ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants