X

À La Une

Le pire de la guerre est "derrière nous", estime Assad

Syrie

"Les choses vont aujourd'hui dans la bonne direction", affirme le président syrien. 

 

OLJ/AFP
04/06/2017

Le président syrien Bachar el-Assad a assuré que les pires heures de la guerre dans son pays appartiennent désormais au passé, après une série d'avancées de ses troupes sur le terrain, appuyées par l'allié russe.

L'armée syrienne et ses alliés ont repris ces derniers mois le contrôle de plusieurs zones, notamment la deuxième ville du pays Alep au terme d'années de combats.

"Les choses vont aujourd'hui dans la bonne direction (...) car nous infligeons une défaite aux terroristes", a affirmé M. Assad dans une interview donnée à Damas à la chaîne de télévision basée en Inde WION.
Le régime qualifie de "terroriste" tous les groupes ayant pris les armes contre lui qu'il s'agisse de modérés, d'islamistes ou de jihadistes.

"A moins que l'Occident (...) et ses alliés, ses marionnettes, soutiennent massivement ces extrémistes, je suis sûr que le pire est derrière nous", a déclaré le président syrien, dans un entretien publié samedi par la présidence syrienne.

 

(Lire aussi : L'assaut sur Raqqa lancé "dans quelques jours", annoncent les FDS)

 

Lors de l'interview, M. Assad a une nouvelle fois nié toute responsabilité dans l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun dans la province rebelle d'Idleb (nord-ouest) survenue en avril et qui avait coûté la vie à 88 personnes dont 31 enfants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 avec la répression sanglante de manifestations pacifiques contre le gouvernement. Elle a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés.

Lors des derniers pourparlers de paix en mai au Kazakhstan, la Russie et l'Iran, alliés de Bachar el-Assad, et la Turquie, soutien des rebelles, avaient adopté un plan russe visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions.

"Nous n'avons pas eu jusqu'à présent de véritable initiative politique (...) même si Astana a permis d'obtenir des résultats, disons partiels, à travers (la mise en place de) zones de désescalade en Syrie, ce qui est positif", a affirmé le président syrien.

 

Lire aussi

Les rencontres russo-US pourraient-elles baisser les tensions dans le Sud syrien ?

La Russie a frappé l’EI près de Palmyre avec des missiles de croisière

« A Saydnaya, les gardiens torturent pour le plaisir, sans but, juste pour se distraire »

 

Pour mémoire
L'armée syrienne dit avoir tué le chef militaire de l'EI en Syrie

Nombre record de civils tués par la coalition internationale en un mois

Quand Washington et Téhéran règlent leurs comptes en Syrie

Le régime syrien en passe de contrôler totalement Damas

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET IL REVE ! IL REVE !

Chady

C'est tragique ce qui se passe en Syrie, tout ca a cause des complots americano sionistes... Les assad ne sont pas des enfants de coeur, mais ca c'est pas nouveau, tous les pays arabes sont comme ca.

Bery tus

On n'abondinne jamais un peu de sa liberté pour un peu de sécurité car on finira par n'avoir ni l'un l'autre !!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL EST DEJA SUR LA CHAISE D,EJECTION...

HABIBI FRANCAIS

Il y a un autre dictateur au venezuela qui dit lutter contre les terroristes...des soldats cubains deguises en policiers venezueliens,tirent sur la foule...ca me rappelle quelque chose....

Saliba Nouhad

Quel homme machiavélique....
Mais, au-delà de la tragédie humaine et les massacres qu'il a infligé à son propre peuple, on se pose la question de savoir ce qui se serait passé en Syrie s'il avait dialogué avec les rebelles, ou démissionné, scénarios à la libyenne ou à l'égyptienne, soit le chaos total ou le remplacement par un autre despote à la Sissi.
Le malheur des pays Arabe, c'est l'absence totale de culture démocratique, des mentalités de factions confessionnelles ou tribus antagonistes qui, laissées à elles-mêmes ne connaissent que le language de la violence, avec des replis identitaires suicidaires.
Serait-il un moindre mal dans ce cirque infernal?

Bery tus

oh toi tu n'a plus voie au chapitre ... tu peux bien dire ce que tu veux on sait tous que tu ne decide plus de rien ni au MO ni en syrie meme !! meme pas a tartouse

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants