X

Idées

Emmanuel Macron, ou la politique autrement

France
27/05/2017

L'élection d'Emmanuel Macron est la concrétisation d'une nouvelle forme de gouvernance dans les démocraties occidentales.

Suite à la chute de l'URSS, à l'échec dévastateur du néolibéralisme économique initié au début des années 1980, à la mondialisation accélérée et à la révolution digitale, de nombreux défis se sont posés. La disparition de l'idéologie communiste, à laquelle plus personne ne croyait, ne fut pas remplacée par une approche humaniste qui aurait pu redonner un sens à l'action politique, confinée désormais à une gestion administrative des États et des économies.

Le désastre de la crise de 2008, imputable au néolibéralisme qui instaura l'avidité comme seul valeur du comportement économique, a déteint négativement sur le libéralisme, seul véritable système créateur de richesses devant être équitablement distribuées entre les entrepreneurs et les couches moins prospères de la population.

La mondialisation, qui n'a pas voulu prendre en ligne de compte les rythmes différents d'adaptation à ce bouleversement, s'est transformée pour les perdants et les déstabilisés en un cauchemar. La révolution digitale a brisé des frontières et permis des rapprochements impensables jusque-là, facilitant la vie à des centaines de millions de personnes. Mais elle a, par contre – tant l'individualisme avait au préalable atteint un très haut degré – augmenté l'isolement physique et le contact dématérialisé, au détriment de la solidarité.

 

(Lire aussi : Macron face au défi posé par les perdants de la mondialisation)

 

À tous ces problèmes, les élites politiques n'ont pas su répondre. Les partis traditionnels français, avec leur ligne de fracture gauche-droite, finissaient par se confondre dans leur inefficacité. Parallèlement à leur déclin, se sont renforcés ou ont surgi les populistes qui répercutent, certes, le malaise général, mais qui n'offrent aucun programme crédible. En Espagne, Podémos a obtenu la gestion de villes qu'il a menées à la faillite ; en Italie le mouvement Cinq Étoiles, qui présente les traits d'une secte, a réussi à faire élire l'une des siennes maire de Rome, dont la principale réalisation est d'être l'édile la plus critiquée de l'histoire du pays. Donald Trump, en cent jours de pouvoir, a amassé des avanies, effectué des reculades, atteint une impopularité qu'aucun de ses prédécesseurs n'a jamais approché.

Le mouvement En Marche, lui, s'est distingué en proposant des solutions, et non des idées à partir de positions idéologiques. Car sur les questions de fond, il n'existe plus de véritables désaccords. Plus personne ne remet en question la démocratie, la liberté et les droits de l'homme. La gauche n'a plus l'exclusivité de la justice sociale, et la droite, celle du libéralisme économique. La gauche et la droite ne se disputaient plus que sur des mesures ponctuelles et opportunistes, qui augmentaient la chance de l'un ou de l'autre d'accéder au pouvoir, sans prendre à bras-le-corps l'ensemble des défis. Conscients que leurs différences de principes s'effacent, ils ont malgré cela continué de pratiquer l'obstruction chaque fois qu'ils étaient dans l'opposition. Les votes unanimes sur quelques lois tellement évidentes sont les exceptions qui confirment la loi de leurs raidissements de posture partisane. Cela les a discrédités et leur a fait perdre les élections. Leur mépris pour l'intelligence des électeurs les a disqualifiés.

On a reproché au programme d'En Marche d'être flou ou ambigu. Il est en fait consensuel, sans inhibition de principe, non définitif parce que plus personne ne peut prétendre apporter ou connaître de façon certaine quelles sont les meilleures solutions. Par la composition de son premier gouvernement, Emmanuel Macron indique que les politiques sans les compétences de la société civile, qui n'y fait pas cette fois uniquement de la figuration, ne peuvent réussir.

 

Responsable du master Info – Com de la faculté des lettres et des sciences humaines de l'Université Saint-Joseph

 

Pour mémoire

Premiers pas de Macron qui va devoir trouver une majorité

Emmanuel Macron, une victoire nette, mais tellement fragile

Les cinq grands défis du président élu Macron

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Paul-René Safa

La France étant intellectuellement ma seconde patrie, je ne peux que lui souhaiter le meilleur. L'analyse pertinente de M A. Issa laisse espérer que les choses devraient aller dans la bonne direction.
J'espère donc que mon scepticisme quant au prochain redressement de ce magnifique pays sous la gouvernance de son jeune et dynamique Président sera vite gommé, car pour l'instant je doute encore que ces réunions internationales surmédiatisées débouchent sur quelque chose de concret.
Attendons voir.

gaby sioufi

Bravo Mr. A Issa.
description toute objective ET reelle de la situation mondiale.

rarement aussi bien decrite .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.