Rechercher
Rechercher

Lifestyle - This is America

George W. Bush, du bureau Ovale au chevalet

Que deviennent les présidents américains, une fois terminée leur mission à la Maison-Blanche ? Ils donnent des conférences et s'occupent de leur bibliothèque. L'ancien locataire républicain fait figure d'exception.

L’ancien président devenu artiste. Photo tirée du site George W. Bush Presidential Center

On retrouve aujourd'hui George W. Bush dans le rayon des best-sellers, en tête du classement des meilleures ventes de livres du New York Times, catégorie essais et documents, et premier de la catégorie Arts et photographie du site de vente en ligne Amazon, signant un ouvrage intitulé Portraits of Courage. Ce n'est pas d'une belle plume qu'il fait montre ici, mais de pinceaux et d'une palette assurés. Car l'ancien président américain, inspiré par Winston Churchill, a décidé, après avoir terminé sa carrière politique en 2009, de se mettre à la peinture, en faisant son passe-temps favori.

Ce n'est qu'en 2014 que les Américains ont appris qu'il passait de longues heures devant son chevalet, par le biais d'un hacker qui avait pu se connecter à l'adresse électronique de sa sœur, Dorothy Bush Koch. Là, il trouve deux autoportraits nus de l'ancien président, l'un sous la douche et l'autre dans sa baignoire fixant ses pieds. Une fois passés la surprise et l'effet sensationnel, le public et les critiques ont pu remarquer le sérieux parcours artistique que suivait le président des guerres en Irak. Sa vision martiale s'est diluée dans une palette qui semble apaisée, où il a trempé des pinceaux qu'il a peu à peu apprivoisés.

Jerry Saltz, le critique d'art du New York Magazine, les ayant beaucoup appréciés, les décrivait en ces termes : « Ils sont simples et inattendus, joliment réalisés, avec beaucoup de naturel et d'intensité. Ils révèlent une personne qui fait de son mieux, sans avoir un don inné, mû par le seul désir d'accomplir quelque chose de bien. Ses personnages, saisis séparément, évoquent la quiétude de certaines natures mortes de Chardin. »

 

(Lire aussi : Bush parle d'un climat "plutôt détestable" à Washington)

 

Ses « portraits du courage »
George W. Bush avait ainsi expliqué son tournant artistique : « Pour la première fois de mes 66 ans d'existence, j'ai tenu un pinceau qui n'était pas destiné à peindre un mur. J'ai choisi un tube blanc et un autre portant une inscription qui m'avait plu, Burnt Umber (terre de sienne). Je n'avais alors aucune idée de ce qu'était cette couleur », disait-il, ajoutant avec une pique : « Sauf qu'elle me rappelait la cuisine de ma mère ! » Par la suite, le 43e président s'est mis sous la tutelle d'un enseignant pour, dit-il toujours avec humour, « découvrir l'influence de Rembrandt que je cachais en moi ». Trêve de plaisanterie, il s'était attelé à la tâche attentivement et scrupuleusement, prenant même un certain plaisir à cette nouvelle occupation en citant les grands maîtres dont il s'est inspiré : Lucian Freud, Wayne Thiebaud, Jamie Wyeth, Ray Turner, Fairfield Porter et Joaquin Sorolla.

Aujourd'hui, son Portraits of Courage a très bonne presse. Cet ouvrage rassemble les photographies de 66 de ses 98 toiles, chacune accompagnée d'un texte de présentation rédigé par Bush lui-même (simultanément accrochées sur les cimaises du George W. Bush Center, à Dallas) dépeignant des hommes et des femmes militaires rentrés du front. Ces physionomies portent les stigmates de douleurs physiques et mentales, soulignés par un jeu d'ombre et de lumière porté sur les yeux et les saillies du visage.

Le tout dégageant une authenticité du trait et une énergie expressive. Bush peintre a voulu décrire ces militaires pour, précise-t-il dans l'introduction de l'ouvrage, « honorer les services qu'ils ont rendus au pays et leur exprimer mon respect pour leur courage et leurs sacrifices. J'espère ainsi souligner les défis auxquels beaucoup doivent faire face en revenant des combats et réintégrant leur vie civile ». Les recettes de l'ouvrage iront au George W. Bush Presidential Center, son association qui a lancé un programme pour faciliter le retour des anciens combattants à la vie civile. L'ancien commandant en chef des forces armées américaines avait également eu une pensée particulière, durant la Journée des vétérans, pour ces « remarquables guerriers marqués par toutes sortes d'affrontements, en suivant mes ordres, et que j'ai connus ».

Rien d'un mea culpa dans ces peintures qui se veulent juste des toiles baignant, néanmoins, dans une belle atmosphère d'empathie. Même le sévère critique du Washington Post, Philip Kennicott, y a perçu que « l'ancien président, de toute évidence, est plus humble et plus curieux que le plastronnant président Bush en poste. Et sa curiosité artistique n'est pas seulement authentique, mais relativement sophistiquée ».

 

 

Lire aussi

George W. Bush dévoile sa face cachée d’artiste dans « Portraits of Courage »


On retrouve aujourd'hui George W. Bush dans le rayon des best-sellers, en tête du classement des meilleures ventes de livres du New York Times, catégorie essais et documents, et premier de la catégorie Arts et photographie du site de vente en ligne Amazon, signant un ouvrage intitulé Portraits of Courage. Ce n'est pas d'une belle plume qu'il fait montre ici, mais de pinceaux et d'une palette...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut