Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Affaire Bachir Gemayel : la Cour de justice jugera Habib Chartouni par contumace

Des militants du PSNS manifestent devant le Palais de justice en faveur de l'accusé.

L'ex-président de la République Bachir Gemayel, tué le 14 septembre 1982. Photo d'archives

La Cour de justice libanaise, sous la présidence de Jean Fahed, a décidé vendredi de juger par contumace Habib Chartouni, après avoir jugé que celui-ci est en cavale. Cette décision a été prise à l'issue de la nouvelle séance du procès des personnes impliquées dans l'assassinat de l'ex-président de la République Bachir Gemayel, le 14 septembre 1982. Une nouvelle séance est prévue le 28 avril prochain.

Durant la séance, la Cour de justice a également décidé de déchoir Habib Chartouni de tous ses droits civiques et de mettre à exécution le mandat d'arrêt à son encontre.

La famille de feu Bachir Gemayel, ses avocats, ainsi que ceux de Habib Chartouni étaient présents pour cette nouvelle séance. Militant du Parti syrien national social (PSNS), Habib Chartouni est le principal inculpé dans cette affaire. Il s'était échappé de la prison de Roumieh en 1990 et un acte d'accusation avait été émis à son encontre en 1996. Il est toujours recherché par la justice libanaise.

Le procès s'était ouvert le 25 novembre dernier, 34 ans après l'attentat qui avait coûté la vie au fondateur des Forces libanaises ainsi que celles de 32 autres personnes. L'ouverture du procès venait satisfaire une demande en ce sens présentée en 2012 par le fils du disparu, le député Nadim Gemayel, auprès de la Cour de justice, tribunal d'exception dont les jugements sur les crimes portant atteinte à la sécurité intérieure de l'État sont sans appel et devant lequel les dossiers déférés sont considérés comme imprescriptibles. Par sa démarche, le jeune député a voulu réactiver le dossier gelé de facto à la faveur des circonstances politiques.

Parallèlement à la séance de vendredi, des dizaines de militants du PSNS qui se revendiquent du "mouvement du 8 juillet" (date du décès d'Antoun Saadé, fondateur du parti) se sont rassemblés vendredi devant le Palais de justice afin d'afficher leur soutien à Habib Chartouni. Ils ont brandi des portraits de l'accusé, ainsi que des slogans de leur parti.

Cette manifestation a été critiquée par l'avocat de la famille Gemayel, Edmond Rizk, lors d'un point de presse à sa sortie du Palais de justice. Les manifestants n'ont pas tardé à évacuer les lieux à la demande des forces de l'ordre. "La justice doit prendre son cours, et nous avons confiance en la personne du président de la République Michel Aoun", a déclaré M. Rizk. "Nous n'affrontons pas une personne, mais le crime en soi. Et la force du président de la République se mesure par sa capacité à appliquer la justice", a conclu l'avocat.

 

Pour mémoire

Trente-quatre ans après, le meurtre de Bachir Gemayel parvient devant la cour

Décongélation, l'éditorial de Issa Goraieb

À Bickfaya, une messe pour le 34e anniversaire de l’assassinat de Bachir Gemayel

Bachir Gemayel, le « rebelle avec une cause »

Le 23 août 1982, Bachir Gemayel était élu président de la République

La Cour de justice libanaise, sous la présidence de Jean Fahed, a décidé vendredi de juger par contumace Habib Chartouni, après avoir jugé que celui-ci est en cavale. Cette décision a été prise à l'issue de la nouvelle séance du procès des personnes impliquées dans l'assassinat de l'ex-président de la République Bachir Gemayel, le 14 septembre 1982. Une nouvelle séance est prévue...
commentaires (6)

Pn SS, plutôt, Portier de l'ambassade Nazie à Beyrouth entre 40-43 sous Vichy ! Tféhhh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

00 h 06, le 04 mars 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Pn SS, plutôt, Portier de l'ambassade Nazie à Beyrouth entre 40-43 sous Vichy ! Tféhhh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    00 h 06, le 04 mars 2017

  • Les kataebs de Bashir ont été des précurseurs en matière de résistants aux envahisseurs. Le seul reproche à leur faire c'était leurs fréquentations nauséeuses. Ce procès pourra nous éclairer.

    FRIK-A-FRAK

    21 h 22, le 03 mars 2017

  • 34 ans après l'attentat de Bachir la justice attend le meurtrier . Bravo

    Antoine Sabbagha

    21 h 11, le 03 mars 2017

  • C'est comme si on dansait pour celebrer le deces du martyr Hadi Nasrallah, comment nos freres Chiites prendraient cela???

    George Khoury

    20 h 05, le 03 mars 2017

  • Saleté de PSNS.

    Achkar Carlos

    19 h 20, le 03 mars 2017

  • OUF ! IL ETAIT TEMPS...

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 56, le 03 mars 2017

Retour en haut