X

À La Une

Haro sur les médias ou quand la campagne présidentielle française se "trumpise"

france

"La manière dont Trump défie la justice et insulte les médias, avec le +fake News+ et tout ça, quelque part suscite de l'émulation de Fillon et de Marine Le Pen", note l'universitaire Hervé Le Bras.

OLJ/AFP/Charlotte HILL
28/02/2017

Les charges antimédias, amplifiées par les réseaux sociaux, se multiplient à gauche et à droite dans la campagne présidentielle française, stratégie qui fait écho à celle du président américain Donald Trump.

La candidate d'extrême droite Marine Le Pen, qui proteste régulièrement contre un traitement médiatique jugé "militant", a intensifié ses attaques contre le quatrième pouvoir ces dernières semaines, sur fond d'affaires.
En meeting à Nantes (ouest) dimanche, la présidente du Front national a accusé les journalistes de faire campagne "de manière hystérique pour leur poulain", le centriste Emmanuel Macron, s'en prenant notamment à l'homme d'affaires Pierre Bergé, l'un des propriétaires du quotidien Le Monde.

A l'autre bout du spectre politique, le tribun de gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, qui avait parlé dès 2010 de "métier pourri", assume son aversion des médias.
Le candidat de La France insoumise, qui a lancé sa chaîne YouTube pour contourner les "médias traditionnels", a notamment accusé dernièrement la radio publique France Inter de "déloyauté" ou l'AFP d'avoir publié "deux fausses dépêches" concernant ses positions sur la Syrie.
En novembre 2016, il s'en était aussi pris nommément à une journaliste du Monde, évoquant "les pauvres rubricards (qui) restent accrochés à leur sujet comme les moules à leur rocher".

Pour l'historien des médias Patrick Eveno, "les attaques contre les journalistes ne sont pas nouvelles: on peut en retrouver dans les années 30" et de la part des anciens présidents De Gaulle, Pompidou ou Mitterrand.
Mais "la situation est beaucoup plus violente", observe-t-il. "Les politiques sont de moins en moins bien considérés, les journalistes aussi, chacun se renvoie la balle face à l'opinion".

(Lire aussi : Macron attaqué par le FN et à droite sur son patrimoine)

 

"Surenchère"
Début février, le candidat de la droite François Fillon a accusé les médias de vouloir le "lyncher" sur des présumés emplois fictifs de sa femme. Et ciblé le média en ligne Mediapart: "Moi je n'ai jamais eu de redressement fiscal". Reporters sans frontières s'était alors inquiété d'un "climat nauséabond".
Pour Dominique Wolton, spécialiste en communication politique, l'étape, "bien symbolisée par Trump", ce sont des politiques qui "essayent de faire une alliance avec l'opinion publique contre les médias" dans une forme de "revanche".

Aux Etats-Unis, Donald Trump a fait des attaques contre les médias "malhonnêtes" sa marque de fabrique, classant certains comme "ennemis du peuple". Son administration a même privé plusieurs titres phares (New York Times, CNN, ou Politico) du briefing de la Maison Blanche. Récemment, le vice-président du Front national Florian Philippot a aussi repris une formule du président américain pour accuser l'AFP de "fake news" (fausses informations) concernant une infographie sur les programmes des candidats.


(Lire aussi : Trump et les médias : une guerre inédite dans l'histoire américaine)

 

"La manière dont Trump défie la justice et insulte les médias, avec le +fake News+ et tout ça, quelque part suscite de l'émulation de Fillon et de Marine Le Pen", note l'universitaire Hervé Le Bras.

La directrice de l'information de l'AFP Michèle Léridon relève que "depuis l'élection de Trump, la critique, voire le harcèlement des médias, est devenue une stratégie pour certains politiques".
"Ils utilisent le terme +fake news+ pour des informations exactes, mais qui n'ont pas l'heur de leur plaire. Nous ne répondons pas au coup par coup pour ne pas participer à cette partie de ping-pong virtuelle et malsaine. Notre meilleure réponse, c'est d'être le plus rigoureux possible", dit-elle.

Jérôme Fenoglio, directeur du Monde, souligne que "pour donner l'impression d'être antisystème, le plus simple est de taper sur les médias" et que la nouveauté de l'interpellation directe par des politiques "dans des blogs ou sur Twitter" crée autour des journalistes "un climat de tension".
Selon un récent sondage Odoxa, si les Français doutent de l'impartialité des journalistes, 74% pensent que les critiques des politiques sont le plus souvent "un moyen d'éviter des questions qui les gênent".

 

Lire aussi
Fillon dénonce une « quasi-guerre civile » et suscite l'ironie du gouvernement

Ces Franco-Libanais dans l'entourage des candidats à la présidentielle française

En France, une élection présidentielle à l'issue très incertaine

Évolution ou révolution française ?

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

« Selon un récent sondage, si les Français doutent de l'impartialité des journalistes, 74% pensent quand même ; toujours ; que les critiques des politiques sont le plus souvent "un moyen d'éviter des questions qui les gênent". » !
CHANCE !
Il reste donc encore 74% de Français Non-abrutis !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"La candidate d'extrême droite Le Pen la Marinade, s'en est prise notamment à l'homme d'affaires Pierre Bergé, l'un des propriétaires du quotidien Le Monde." !
OUF ! Sauvé....
Pour une fois ce n'est pas un Musulman, mais un Juif !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE VIRUS EST PASSE ET INFECTE...

M.V.

Voilà par exemple, un effet positif en France , de la campagne D. Trump , d'avoir cassé les codes du politiquement correct fossilisé (mais instrumentalisé) ...qui en eux-mêmes , étaient des obligations sociétales admises ,d'ailleurs , aussi ridicules qu'obsolètes ...mais imposées par l'establishment...! donc , si en France une candidate hausse le ton ,en proclamant tout haut des vérités....! que les fonctionnaires d'état, comme le syndicat de la magistrature et son fameux " mur des cons" , ne veulent pas entendre ...Alors , pourquoi ne pas défier, les juges suspects , qui enseignent la présomption de culpabilité à la place de la présomption d'innocence...!

Ma Fi Metlo

Il était grand temps de réaliser que les médias entre les mains de qui on sait tous, soient denoncés avec force et sans complaisance aucune.

Trop gros que ce 4em pouvoir s'en prenne toujours aux mêmes cad aux larbins d'une politique bien établie.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.