X

À La Une

Ces Franco-Libanais dans l'entourage des candidats à la présidentielle française

repère

Deux types de profil se dégagent : les uns sont des élus ou cadres de parti; les autres sont des hommes d'affaires au carnet d'adresses fourni.

24/02/2017

Emmanuel Macron fin janvier, Marine Le Pen il y a quelques jours... Une visite prévue début février puis annulée à la dernière minute pour François Fillon, empêtré dans le "Penelopegate. Des rumeurs quant à un passage de Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.

Le Liban semble être une destination privilégiée des candidats à la présidentielle française.

 

 

(De gauche à droite) Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen. Photos AFP

 

Plusieurs facteurs expliquent l'attrait de ces candidats pour le Liban, un pays qui compte environ 17.000 Français inscrits sur les listes électorales, dont la grande majorité possède également la nationalité libanaise. En vrac, sa proximité avec la Syrie et les conséquences du conflit en matière de terrorisme et d'afflux de réfugiés, la défense des chrétiens d'Orient et les liens historiques unissant la France et le Liban.

Pour leurs déplacements au Liban, plusieurs des candidats engagés dans la course à l'Elysée s'appuient sur des personnalités libanaises ou d'origine libanaise qui font partie de leur entourage plus ou moins proche. Deux types de profil se dégagent : les uns sont des élus ou cadres de parti; les autres sont des hommes d'affaires au carnet d'adresses fourni.

Voici une sélection de ces personnalités gravitant dans les sphères politique et économique qui forment les réseaux libanais de chaque candidats.

 

 

FRANÇOIS FILLON

 

Elie Aboud, le député


Né à Beyrouth en 1959, l'élu Les Républicains (LR) de l'Hérault a été chargé du dossier des chrétiens d'Orient au sein de l'équipe de campagne du champion de la droite. Le 30 janvier dernier, M. Aboud, médecin de formation, exposait son approche de ce dossier dans une interview accordée à L'Orient-Le Jour.

Il doit notamment sa nomination à sa proximité avec Bruno Le Maire, candidat malheureux à la primaire de son camp et chargé par M. Fillon d'être son représentant pour les affaires européennes et internationales.

 

Fouad Makhzoumi, l'homme d'affaires



L'industriel libanais et fondateur en 2004 du Parti du dialogue national est l'un des interlocuteurs privilégiés du candidat de la droite à l'élection présidentielle. Ce philanthrope né à Beyrouth en 1952, qui a fait sa fortune dans la vente de pipelines aux monarchies du Golfe, a rencontré M. Fillon à plusieurs reprises au Liban et en France ces trois dernières années.

François Fillon peut également compter sur la mobilisation des militants de la section LR au Liban, animée par Fabienne Blineau, 46 ans, directrice de la campagne du candidat de la droite au pays du Cèdre.



(Lire aussi : En France, une élection présidentielle à l'issue très incertaine)

 

 

BENOÎT HAMON

 

Rita Maalouf, l'étoile montante 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle ne fait pas partie de l'équipe de campagne du vainqueur de la primaire socialiste, mais la candidate malheureuse du PS dans la 10ème circonscription des Français de l'étranger lors des législatives de 2012, née à Beyrouth en 1971, monte progressivement les échelons du parti.

Dans une interview accordée le 6 février à L'Orient-Le Jour, la secrétaire nationale à la Politique industrielle et des entreprises, rattachée au secrétaire général du PS Jean-Christophe Cambadélis, a déclaré qu'elle pourrait être investie par son parti pour concourir aux prochaines législatives.

 

Par ailleurs, Daad Naffi, une Franco-Libanaise vivant au Liban depuis une dizaine d'années, a été désignée par le Parti socialiste pour concourir face à Alain Marsaud dans la 10ème circonscription des Français de l'étranger.

 

 

MARINE LE PEN

 

Jean-François Jalkh, le cadre 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l'ombre des ténors du Front national, cet ancien journaliste de 59 ans est député européen depuis mai 2014 et l'un des quatre vice-présidents de ce parti d'extrême-droite, chargé des affaires juridiques, depuis 2012. Son nom est cité dans l'affaire de la politique d'embauche des assistants parlementaires de l'ancien président du Front national, Jean-Marie Le Pen, dont il a été l'assistant au Parlement européen de 2009 à 2014.

Actualisation le 28/04/2017 : Le 28 avril 2017, quelques jours seulement après la nomination de Jean-François Jalkh à la présidence par intérim du FN, suite à la décision de Marine Le Pen de se mettre en congé de la présidence de son parti jusqu'à la fin de la campagne présidentielle, le vice-président du FN, Louis Aliot, annonçait que M. Jalkh était remplacé par le maire d'Hénin-Beaumont et député européen FN Steeve Briois. Une décision prise alors que M. Jalkh était accusé de propos négationnistes qu'il a démentis. "C'est M. Briois qui prend la suite de l'intérim, et on n'en parle plus", a déclaré M. Aliot. (lire ici)

 

 

Elie Hatem, l'avocat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ce membre revendiqué de l'Action française, un mouvement d'extrême-droite qui milite pour le rétablissement de la monarchie en France, est l'un des organisateurs du déplacement de Marine Le Pen au Liban.

Décrit comme "très influent" par le quotidien français Le Journal du Dimanche, cet ancien candidat du FN à Paris, âgé de 46 ans, fut l'avocat du mercenaire français Bob Denard et de l'ancien secrétaire général de l'Onu, Boutros Boutros Ghali.

 

Lors de la visite au Liban de Marine Le Pen, plusieurs personnalités libanaises ont en outre été aperçues à ses côtés, dont l'homme d'affaires Roger Eddé qui a organisé un dîner en son honneur à Jbeil, le soir de son arrivée, et Albert Jamo, conseiller en affaires internationales.

Plusieurs personnalités du parti ont des liens très forts avec le Liban. Le trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, fut l'avocat du chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Thibaut de la Tocnaye, conseiller régional et membre du bureau politique du parti, a fait partie des proches du parti d'extrême-droite qui ont combattu auprès des milices chrétiennes durant la guerre civile.

Lors de son exil en France, Michel Aoun a rencontré Jean-Marie Le Pen à plusieurs reprises, tout comme l'avocat Gilbert Collard qui a accompagné la présidente du FN lors de sa visite au Liban et dont la mère, Odette Tarrazi, possède des origines libanaises.


(Pour mémoire : Marine Le Pen refuse de se voiler et quitte Dar el-Fatwa sans rencontrer le mufti libanais)

 

 

EMMANUEL MACRON

 

Bernard Mourad, le communicant 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L'ancien directeur général adjoint du pôle médias du groupe SFR, filiale du groupe Altice, a rejoint en octobre dernier le candidat d'En Marche! dont il est l'un des conseillers spéciaux. Il doit apporter au mouvement "sa connaissance des milieux d'affaires, et sera notamment actif dans la levée de fonds", était-il indiqué dans le communiqué publié par En Marche! officialisant l'information.

Né en 1975 à Beyrouth, cet ancien banquier d'affaires chez Morgan Stanley est le fils d'un cardiologue libanais et d'une mère française d'origine marocaine.


Jean Riachi, le banquier



Né en 1963, le fondateur et président de la FFA Private Bank, l'une des plus grandes banques libanaises d'investissement, était aux côtés d'Emmanuel Macron lors de sa visite au Liban. Il a notamment organisé un cocktail dans une galerie d’art Agial à Mar Mikhaël en présence de plusieurs personnalités libanaises.

 

JEAN-LUC MÉLENCHON

Le leader de la France insoumise ne compte pas, a priori, de personnalités politiques d'origine libanaise dans son équipe de campagne. Et compte tenu de la sociologie politique des Français installés au Liban, qui penchent dans leur majorité à droite, le candidat à l'élection présidentielle a relativement peu d'attaches électorales avec le pays du Cèdre.



*Photos tirées des comptes Facebook et Twitter

 

 

Lire aussi

Marine Le Pen à « L'OLJ » : Il pourrait y avoir des exceptions à la suppression de la double nationalité

Emmanuel Macron à « L'OLJ » : Les intérêts des chrétiens d'Orient ne sont pas liés à Assad

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Opportunisme.... Génétique.
Et d'un classique !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AUTOUR DE TOUTE CHOSE ET PARTOUT ORBITENT DES LIBANAIS...

OPTION POTION

Tentaculaires ces libanais .....

Le Liban et les libanais ne mourront jamais , sinon ça serait su.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ses proches, Aoun ne cédera pas

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué