Rechercher
Rechercher

À La Une - Dans la presse

Au Caire, Aoun évoque à nouveau les armes du Hezbollah : "Elles dépendent de la stratégie de défense"

L'arsenal du parti chiite "pourrait faire partie de la stratégie de défense nationale comme il pourrait en être exclu, cela en fonction des besoins", a toutefois nuancé le président libanais, dans un nouvel entretien télévisé.

Le président libanais Michel Aoun (à droite) prenant congé du président de la Ligue Arabe Ahmad Aboul Gheit, le 14 février 2017 au Caire. Photo AFP / STRINGER

Le président libanais Michel Aoun a une nouvelle fois évoqué via les médias égyptiens la question de l'arsenal du Hezbollah, cette fois lors de deux entretiens télévisés : l'un accordé à la chaîne d'information Nile TV, et l'autre à ONTV, dans le cadre de sa visite officielle de deux jours en Égypte.

La question des armes du Hezbollah "dépend de la stratégie de défense nationale que nous essayons de mettre en place, mais nous avons été débordés par les événements", a déclaré M. Aoun dans l'entretien diffusé lundi soir, sans donner plus de précisions sur ce qu'il entendait par "événements". "Le Liban, de par ses capacités humaines et économiques, ne peut pas mettre en place une force armée capable de faire face à l'ennemi" israélien, a fait valoir le chef de l’État libanais. "Pour cela, il doit employer des moyens militaires spéciaux pour le combat, en ayant recours aux forces armées régulières et populaires. Voilà l'idée qui peut aboutir à un plan réaliste".

 

 

Samedi, le président Aoun avait tenu des propos similaires, provoquant une polémique dans les milieux libanais hostiles au parti chiite. "Les armes du Hezbollah n'affaiblissent en aucun cas l'État. Elles représentent l'un des piliers essentiels de la stratégie de défense du pays", avait ainsi dit le président dans un entretien accordé à la chaîne égyptienne CBC. Au début du mois, M. Aoun avait également estimé que "construire un État implique la mise en place d'une stratégie de défense et la solution serait d'inclure la résistance (le Hezbollah) dans ce plan".

Dans un autre entretien accordé à la chaîne égyptienne ONTV et diffusé lundi soir, Michel Aoun a toutefois adopté des propos plus nuancés. "Le Hezbollah a combattu au Liban-Sud pour libérer nos terres occupées par les Israéliens. Une partie de ces terres a été libérée, une autre est toujours sous occupation. Pour ce qui est de la politique intérieure libanaise, le parti ne la traite pas en usant de ses armes. La question de l'arsenal du Hezbollah est examinée dans le cadre de l'élaboration d'une stratégie de défense nationale. Ces armes pourraient en faire partie, comme elles pourraient en être exclues, cela en fonction des besoins".

Le 7 mai 2008, des affrontements armés avaient opposés le Hezbollah à ses opposants, notamment les partisans du Courant du Futur et du Parti socialiste progressiste. Les combats avaient pris fin grâce à un accord politique signé à Doha.

 

Voir l'intégralité de l'entretien accordé par le président Aoun à Nile TV ici

 

Lire aussi

Les propos de Aoun, un glissement vers le Hezbollah

Aoun en porte-à-faux avec son discours d'investiture

Force et faiblesse, l'édito de Michel Touma

Derrière la polémique, cherchez la proportionnelle ! Le décryptage de Scarlett Haddad

Geagea rejette la proposition de Nasrallah et propose un retour au projet Bassil

Nouvelle vague de réactions à la position de Aoun sur les armes du Hezbollah

Hariri : Je ne permettrai pas le retour à un clivage au Liban


Le président libanais Michel Aoun a une nouvelle fois évoqué via les médias égyptiens la question de l'arsenal du Hezbollah, cette fois lors de deux entretiens télévisés : l'un accordé à la chaîne d'information Nile TV, et l'autre à ONTV, dans le cadre de sa visite officielle de deux jours en Égypte.
La question des armes du Hezbollah "dépend de la stratégie de défense nationale...

commentaires (8)

MAIS ELLE OFFENSE... QUI ? LES LIBANAIS !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

18 h 32, le 15 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • MAIS ELLE OFFENSE... QUI ? LES LIBANAIS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 32, le 15 février 2017

  • Le recours aux " forces armées régulières et populaires " pourquoi pas ? Mais en cas d'invasion étrangère, ce qui n'est pas le cas actuellement. D'autre part cela ne peut concerner le Hezbollah. Sa milice n'a rien de "populaire ": d'une part elle est exclusivement celle d'un parti, d'autre part, elle prend ses ordres ( comme ses armes et ses finances ) d'un pays étranger.

    Yves Prevost

    21 h 37, le 14 février 2017

  • C,EST REGRETTABLE CAR PAR UNE TELLE GAFFE ON LEGALISE L,INTERVENTION DU LIBAN DANS LES GUERRES QUI RAVAGENT LES PAYS ARABES... OU LE HEZB Y EST PRESENT... AU REGARD DES INSTANCES INTERNATIONALES... ON NE PEUT PLUS CRIER AU LOUP...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 39, le 14 février 2017

  • Mais que fait le Hezbollah en Syrie, en Irak ou au Yemen avec les armes destinées à défendre le Liban ???? A chaque fois que la guerre a été déclarée contre Israel c'est sur décision unilatérale du Hezbollah sans aucune décision gouvernementale légale?De qui se moque Mr Aoun lorsqu'il exprime ce genre d'informations ? Il donne l'impression d'être le porte parole du Hezbollah

    FAKHOURI

    18 h 04, le 14 février 2017

  • "Ce même Äâoûn a provoqué une polémique, naturellement, dans les milieux libanais hostiles à ce héZébbb Fakkihîste en affirmant ; sans même sourciller en tant qu'ex-(chef!) de l'armée de cet État et son actuel (président!) : Que l'on imagine un tant soit peu ; que les armes de ce héZébbb n'affaiblissent en aucun cas ; yâ harâââm ; l'État ! Tout en ajoutant qu'une partie des terres du Sud-Liban a été libérée, alors qu'une autre est toujours sous occupation." ! Alors que l'ONU elle-même, confirme que ces terres soi-disant libanaises encore sous occupation, sont bel et bien absolument SYRIENNES ! Le comble ! En sus, il ajoute que "pour ce qui est de la politique intérieure libanaise, ce héZébbb ne la traite pas en usant de ses armes Perscés." ! Yâ wâïyléééh, alors qu'il les a bien utilisé ce "fameux" 7 Mai-là tant à Bâïyroûth, qu'au Äâkkâr que dans le Choûf ! Yâ harâââm, yâ "État?" libanais....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 39, le 14 février 2017

  • "...la stratégie de défense nationale (quel grand mot)... etc." Quels évènements ont bien pu vous "déborder"? Les réfugiés syriens qui continuent de rentrer au Liban par tous les moyens possibles à travers une frontière bien gardée par une armée bien équipée ? Un parti, le Hezbollah, qui sous prétexte de "résistance" fait ce qu'il veut et possède, lui, des armes fournies par l'Iran ? Le peuple libanais qui s'enfonce chaque jour dans la misère de par la faute de nos IRRESPONSABLES-INCAPABLES ET CORROMPUS ? Le petit peuple libanais, ne mérite-t-il pas aussi une stratégie de défense, de survie même ? Irène Saïd Mais voilà, notre Président de la République s'imagine redorer le blason de notre pays par des visites-bla-bla ici et là et probablement aussi se donner bonne conscience ?

    Irene Said

    15 h 34, le 14 février 2017

  • Selon le (Caporal), "la question des armes du héZébbb dépend de la stratégie de défense nationale que nous essayons de mettre en place, mais nous avons été débordés par les événements (?)." ! Sans donner ; évidemMent ; plus de précisions ; yîîîh ; sur ce qu'il entendait par.... (événements), yâââï ! Puis, ajoute-t-il, ."Le Libannn doit employer des moyens militaires spéciaux ; ré-yâââï, pour le combââât, en ayant recours aux forces armées régulières et, surtout.... populaiiires ! Suivez surtout son tenndre regaaard vers "l'arsenal!" Per(s)cé en tôles ondulées de ce même héZébbb, please ! Wâllâh yâ äâmméhhh, Äsraël a dorénavant en face de lui, un "vrai" el-Che.... libanais(h) à présent ! Yâ harâââm ! Il n'a donc qu'à bien se tenir alors, mahééék ? Yâ hassértéééh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 19, le 14 février 2017

  • Quand on dit que le Phare Aoun visionnaire , fait toujours partie des forces de la résistance et que son engagement est indéfectible et infaillible parce qu'il a très bien compris l'enjeu face aux prédateurs au sud du sud , parfois on se fait censurer . J'espère que cette fois ci on publiera parce que je pense exactement comme le dit le COMMANDANTE Kheneral phare Aoun. REPENSER LA STARTEGIE DE DÉFENSE DU TERRITOIRE , TELLE EST LA QUESTION . WOU BASS BAA. ...

    FRIK-A-FRAK

    14 h 42, le 14 février 2017

Retour en haut