Rechercher
Rechercher

À La Une - conflit

Assad : Des "terroristes" se cachent parmi les réfugiés syriens

Le président syrien rejette le projet de Donald Trump d'établir des "zones de sécurité" pour les civils en Syrie.

Le président syrien Bachar el-Assad a affirmé que des "terroristes" se cachaient parmi les millions de réfugiés ayant fui le conflit dans leur pays, dans un entretien publié vendredi. SANA/Handout via REUTERS

Le président syrien Bachar el-Assad a affirmé que des "terroristes" se cachaient parmi les millions de réfugiés ayant fui le conflit dans leur pays, dans un entretien publié vendredi.

Interrogé par Yahoo News sur les propos du président américain Donald Trump, selon lequel des extrémistes se cachent parmi les réfugiés, M. Assad a appuyé ses dires, affirmant: "Vous pouvez trouver cela sur le net".

"Ces terroristes en Syrie, qui brandissent des fusils ou tuent des gens, sont des réfugiés pacifiques en Europe ou en Occident", a-t-il ajouté.

Il n'a pas précisé quelle était la proportion de "terroristes" parmi les quelque 4,8 millions de réfugiés syriens. "Vous n'avez pas besoin d'un nombre significatif pour commettre des atrocités", a-t-il encore dit.

M. Assad a par ailleurs rejeté le projet de Donald Trump d'établir des "zones de sécurité" pour les civils en Syrie. Le président américain avait affirmé le mois dernier que le gouvernement américain envisageait la création de zones sécurisées pour accueillir les Syriens déplacés.

"Des zones de sécurité pour les Syriens ne peuvent être établies que lorsque vous avez la stabilité et la sécurité", a soutenu le président syrien. "Là où vous n'avez pas de terroristes. Là où vous n'avez pas un flux de terroristes soutenus par les pays voisins ou les pays occidentaux".

"C'est beaucoup plus viable, beaucoup plus pratique et moins coûteux d'avoir la stabilité que de créer des zones de sécurité. Cette idée n'est pas réaliste du tout", a affirmé M. Assad.

Le chef de l'Etat syrien a assuré que la crise des réfugiés avait été provoquée par des actes "terroristes" soutenus par les forces "étrangères" ainsi que par les sanctions occidentales imposées à la Syrie. "Beaucoup de gens n'ont pas quitté la Syrie seulement en raison des problèmes de sécurité", a-t-il soutenu.

Donald Trump avait évoqué la perspective de "zones de sécurité" en Syrie ayant pour objectif d'éviter que des Syriens ne quittent leur pays pour aller se réfugier dans les pays voisins ou en Europe.

Les modalités pratiques de ces "zones de sécurité" n'ont pas été détaillées. Selon des médias américains, le Pentagone doit établir sous 90 jours un plan en vue d'établir de telles zones en Syrie ou dans des pays frontaliers.

 

Lire aussi
La Russie et la Turquie vont renforcer leur coordination militaire en Syrie

Ankara dit progresser face à l'EI à Al-Bab, regarde vers Raqqa

Assad : La défense de la Syrie passe avant la CPI

Après leurs derniers revers, où en sont les rebelles syriens ?

Des forces syriennes anti-EI ont reçu leurs premiers blindés des États-Unis


Le président syrien Bachar el-Assad a affirmé que des "terroristes" se cachaient parmi les millions de réfugiés ayant fui le conflit dans leur pays, dans un entretien publié vendredi.
Interrogé par Yahoo News sur les propos du président américain Donald Trump, selon lequel des extrémistes se cachent parmi les réfugiés, M. Assad a appuyé ses dires, affirmant: "Vous pouvez trouver...

commentaires (5)

LIM3ALLEM BYIA3RIF TLEMIZOU...

L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

11 h 16, le 11 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • LIM3ALLEM BYIA3RIF TLEMIZOU...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    11 h 16, le 11 février 2017

  • VIEILLE HISTOIRE. CONNUS POUR EN ETRE LACHES !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    19 h 04, le 10 février 2017

  • Et voilà "Saint Bachar" qui nous débite, une fois de plus, des déclarations "pures et véridiques" à l'intention des moutons-suiveurs-bêleurs de tout poil laineux... Et tant pis pour tous les innocents qui meurent chaque jour ici et là ! Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 06, le 10 février 2017

  • Ce n'est pas un scoop , cette menace fut détectée ,par les services de renseignements occidentaux , mais les " blocages politiques " avec le régime syrien , n'a pas permis ,( via éventuellement Interpol) , à beaucoup de pays ,d'avoir les listes de déserteurs et leurs signalétiques , idem , pour les criminels libéré/évadé de prisons où autres terroristes etc.. ...

    M.V.

    16 h 35, le 10 février 2017

  • Le pire dans l'erreur qu'on commet c'est de persister dans son erreur tout en pensant que des solutions erronées peuvent régler les choses . ON FINIRA PAR RECONNAÎTRE QUE LE HÉROS BASHAR A ÉTÉ CELUI QUI AVAIT DIT LA VÉRITÉ, À CEUX QUI PENSAIENT POUVOIR LE FAIRE PARTIR EN MARS 2011. ON FERA PAS LA LISTE DES POLITICARDS QUI NE SONT PLUS DANS LA COURSE 6 ans plus tard , mais il reste que CE HÉROS DE SON PEUPLE ET DE SON PAYS , LUI , EST TOUJOURS LÀ, BIEN CAMPÉ SUR SES TALONS DROIT DANS SES BOTTES .

    FRIK-A-FRAK

    16 h 20, le 10 février 2017

Retour en haut