Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Conflit

Assad : La défense de la Syrie passe avant la CPI

Le président syrien Bachar el-Assad a estimé que la défense de la Syrie était plus importante que le risque d'être poursuivi devant la Cour pénale internationale (CPI) qui juge des crimes contre l'humanité.
« Pour moi, en tant que président, quand j'assume mes responsabilités de défendre le pays, et il en va de même pour le gouvernement et pour l'armée, nous ne regardons pas cette question, nous n'y prêtons pas attention », a déclaré M. Assad à des journalistes qui l'interrogeaient sur l'éventualité que des responsables de crimes contre l'humanité soient jugés par la CPI basée à La Haye. « Nous devons défendre notre pays par tous les moyens et (...) nous ne prêtons aucune attention à ce tribunal ou à aucune institution internationale », a martelé le chef de l'État dans un entretien accordé à des journalistes belges et publié hier par l'agence officielle Sana. « Nous savons tous que les institutions de l'ONU sont biaisées en raison de l'influence américaine, britannique et française, principalement. Elles n'agissent pas pour promouvoir la stabilité dans le monde ou pour chercher la vérité ; elles sont politisées pour appliquer le programme de ces pays », a encore déclaré M. Assad.
Le dirigeant syrien a, par ailleurs, estimé que les propos du président Donald Trump, qui a défini la lutte contre l'organisation État islamique (EI) comme l'une de ses priorités, sont encourageants, toujours selon Sana. « Je pense que c'est encourageant, mais il va falloir attendre car il est trop tôt pour espérer une quelconque mise en pratique » (des propos de Donald Trump), a déclaré Bachar el-Assad.

(Sources : agences)

Le président syrien Bachar el-Assad a estimé que la défense de la Syrie était plus importante que le risque d'être poursuivi devant la Cour pénale internationale (CPI) qui juge des crimes contre l'humanité.« Pour moi, en tant que président, quand j'assume mes responsabilités de défendre le pays, et il en va de même pour le gouvernement et pour l'armée, nous ne regardons pas cette...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut