X

À La Une

Erdogan et Trump d'accord pour lutter ensemble contre l'EI

Terrorisme

Le directeur de la CIA, Mike Pompeo, doit se rendre en Turquie jeudi pour évoquer la question des milices YPG ainsi que la lutte contre le réseau Gülen.

OLJ/Reuters
08/02/2017

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et Donald Trump ont convenu dans un entretien téléphonique nocturne d'agir de concert dans la lutte contre le groupe Etat islamique qui contrôle les villes d'al-Bab et de Raqqa en Syrie, indique une source présidentielle turque mercredi.

Les deux dirigeants ont évoqué la question de l'établissement d'une zone de sécurité en Syrie, celle de la crise des réfugiés et celle de la lutte contre le terrorisme, précise cette source.

Erdogan a demandé au président américain de mettre fin au soutien que les Etats-Unis apportent aux miliciens kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) qu'Ankara accuse d'être une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) considéré comme une organisation terroriste.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de milices soutenues par les Etats-Unis, ont entamé samedi une nouvelle phase de leur campagne contre le bastion de l'EI à Raqqa. La Turquie, qui appartient à l'Otan, a demandé à plusieurs reprises de faire partie de cette opération de reprise de la ville tout en refusant que les milices YPG, membres des FDS, y soient associées.

A Al-Bab, l'armée turque et les rebelles syriens se sont rendus maîtres des faubourgs à l'ouest de l'agglomération mercredi au moment où les forces soutenant le régime de Bachar el-Assad s'approchent du théâtre des combats. "Les défenses de l'Etat islamique ont été brisées lors de l'assaut de la nuit dernière et la progression se poursuit", a déclaré un représentant des rebelles turkmènes syriens s'exprimant dans la ville turque de Gaziantep.
L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a annoncé que les troupes turques et leurs alliés de l'Armée syrienne libre (ASL) avaient pris possession d'une colline à la périphérie occidentale de la ville.

 

(Lire aussi : La Turquie n’a plus de politique étrangère : les trois volte-face d’Erdogan)

 

Avec M. Erdogan, M. Trump a évoqué "la longue relation de proximité entre les Etats-Unis et la Turquie et leur engagement commun à combattre le terrorisme sous toutes ses formes", a indiqué dans un communiqué l'exécutif américain. "Le président Trump a renouvelé le soutien américain à la Turquie en tant que partenaire stratégique et allié de l'Otan. M. Erdogan avait appelé M. Trump pour le féliciter après les élections de novembre, mais c'était la première discussion entre les deux hommes depuis la prise de fonction de l'homme d'affaires.

Le directeur de la CIA, Mike Pompeo, doit se rendre en Turquie jeudi pour évoquer la question des milices YPG ainsi que la lutte contre le réseau du prédicateur turc Fethullah Gülen, qui vit en exil en Pennsylvanie.

Recep Erdogan accuse Gülen de diriger un réseau dont les membres ont infiltré l'administration turque et l'armée avec l'intention de renverser le gouvernement. Selon lui, Gülen est l'artisan du coup d'Etat manqué commis en juillet dernier.

Le gouvernement turc mène depuis cette date une répression à grande échelle dans l'administration. Plus de 4.400 enseignants, policiers et universitaires supplémentaires ont été limogés pour leurs liens présumés avec cette organisation, annonce un décret publié mardi. Au total, plus de 125.000 personnes ont été démises de leurs fonctions et 44.000 arrêtées depuis le putsch en Turquie.

 

 

Lire aussi

Les enjeux de la bataille d’al-Bab

Aoun pour des zones sécurisées en Syrie, réservées aux réfugiés

Donald Trump promet de vaincre le "terrorisme islamique radical"

L’armée syrienne reprend du terrain face à l’EI dans la province d’Alep

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

On perd beaucoup à lâcher un allié qui vous a servi comme un larbin en permettant aux bactéries wahabites de s'infiltrer en Syrie et en Irak.

Trump pète réalisera que le terrain lui dictera sa conduite, pas le rêve ni l'illusion que se font les sympathisants de ces bactéries wahabites.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LIM3ALLEM WILL TELMIZ !!! HAHAHA

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TRUMPONNEMENT DE TOUS LES EXTREMISTES SALAFISTES ET FAKIHISTES ARRIVE A PAS DE GEANT...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des griefs anciens et nouveaux difficiles à dépasser

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants