X

À La Une

L'époux meurtrier de Nisrine Rouhana écope de 25 ans de prison

Liban

Jean Michel Dib a été condamné pour meurtre par le président du tribunal pénal du Mont-Liban, le juge Fayçal Haïdar.

OLJ
03/02/2017

Le Libanais Jean Michel Dib, époux de Nisrine Rouhana, qu'il a tuée à 38 ans le 25 novembre 2014, a écopé vendredi d'une peine de 25 ans de prison, rapporte le site Legal Agenda, qui milite entre autre pour la défense des femmes libanaises victimes de violences conjugales.

Le meurtrier a été condamné par le président du tribunal pénal du Mont-Liban, le juge Fayçal Haïdar. Il a également été condamné à verser à la partie plaignante la somme de 200 millions de livres libanaises en guise de dommages et intérêts.

Après de longues années de maltraitance et de violence, Jean Michel Dib abat son épouse de deux balles dans la tête et dans l'épaule puis se débarrasse du corps au niveau de Nahr Ibrahim. Sur décision de justice, Nisrine avait quitté le domicile conjugal depuis six mois après avoir été battue à plusieurs reprises par son mari.

 

(Repère : Violence conjugale : ces Libanaises qui ont perdu la vie ces trois dernières années)

 

De nombreuses femmes libanaises ont été tuées ces dernières années par leur mari, certaines d'entre elles succombant aux coups de leur conjoint.

En août dernier, des manifestations ont eu lieu en vue d'obtenir un recours en cassation dans l'affaire Manal Assi, tuée sous les coups de son mari, Mohammad Nhaïly, en février 2014. La justice avait décidé que le meurtrier de Manal Assi sera libéré dans moins de deux ans. Ce dernier échappait à la peine de mort et à la perpétuité après que la juge s'était référée à l'article 252 du code pénal, qui stipule que le crime "non prémédité", perpétré par Mohammad Nhaïly, doit bénéficier de circonstances atténuantes, étant le résultat d'un excès de colère provoqué par un "acte injuste, grave et dangereux de la part de la victime", en l'occurrence l'infidélité de sa femme découverte le jour du crime, perpétré il y a six ans.

 

Pour mémoire

La société civile affirme son rejet de la justice machiste

Après ses propos controversés sur le viol, le député Marouni s'explique

« Bil qanoun », ou la démarche légale pour se protéger de la violence domestique

« Les interrogations de Zalfa », une campagne de sensibilisation à la loi 293 sur la violence domestique

Loi sur la violence domestique : quid de l’application et de l’efficacité ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants